UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les femmes en disent

  • Entre deux levants

    Entre eux deux, le vent

     

    Quand tu es dans la vie, petite sœur
    Je suis le vent chantant bonheur
    Quand tu es dans la joie, petite sœur 
    Je suis le vent taquin, joueur
    Quand tu es dans l’amour, petite sœur
    Je suis le vent des soupirs protecteurs
    Quand tu es la sagesse, petite sœur 
    Je suis le vent des souffles intérieurs
    Quand tu es en labeur, petite sœur
    Je suis le vent portant fraîcheur
    Quand tu es dans la peine, petite sœur
    Je suis le vent qui sèche tes pleurs
    Quand tu es dans la plainte, petite sœur
    Je suis le vent des murmures du coeur
    Quand tu es en douleurs, petite sœur
    Je suis le vent qui caresse tes heures
    Quand tu es dans la peur, petite sœur
    Je suis le vent attisant ta valeur
    Et, quand tu es dans la mort, ma sœur
    Nous sommes le vent venu d’ailleurs.


     J'écris cette note pour ma soeur qui est dans la peine d'avoir perdu une jeune amie de 37 ans terrassée par une leucémie foudroyante, sa petite soeur de coeur, RIP Stéphanie Steiner <3 http://www.estrepublicain.fr/edition-de-bar-le-duc/2017/03/15/deces-de-stephanie-steiner 

  • Vents marins

     Et le violon pleure des larmes d’argent en rivières de sang, glacé. La chair pétrifiée a soudain compris, la privation du bien et du simple désir. Il aura donc suffi d’une goutte de lumière au désert de sa trop longue nuit pour qu’elle comprenne alors, pour qu’elle comprenne enfin, dans quel sol aride elle tentait de fleurir quand la simple survie était déjà de peine. Misérable poupée aux mains du créateur, privée de tout sentir à en aimer les chaînes et les liens trop serrés qui torturent l’esprit aux rêves de hublot. Quand l’horizon entier s’offre à votre regard, sans phare ni jetée pour briser l’infini et que c’est consentant que vous aimiez la geôle, un vertige vous prend à vous voler le souffle et vous ne savez pas par quel heureux mystère vous avez renoncé à toutes vos souffrances. La peine est derrière et s’offre à vous la vie, l’amour et le plaisir. De tout temps respirez l’air des vents marins, sans bagages embarquez laissant loin les rivages, il suffit d’un instant, d’un rayon, d’une note, d’un accent de silence pour qu’éclatent en myriades vos murs les plus puissants. Et l’eau des yeux balaye les barreaux cristallins des croyances apprises et des douleurs choisies, quand le violon du vent chante à vos cœurs confiants l’or des matins libres et des soirs vibrants.

     




  • Jour de vent

    Une petite note écrite voilà quelques jours de mistral, les gens d'ici le savent bien, ce vent vous rend fous, fous mais pas à lier, fous à lever les voiles !

    En ces temps de vents et de brouillards, confusion montre son visage de cendres et de brumes, fardée comme une putain et les langues sont épaisses sur les lèvres desséchées. 

     Aujourd'hui je me libère, ainsi va la plume au gré du papier, du temps et des oiseaux.

    N'entendre, que ce chant, sous les assauts du vent.

    Ils sont devenus fous ! Brasseurs fermentés, gargouillis d'intestins et pensées frelatées.

    Aujourd'hui me libère, j'éteins le plafonnier. Ces minutes sont précieuses et faciles à gâcher. Quitte à les dépenser j'aime autant les écrire. Pas à pas égrener chaque souffle, brouillonne.

    Mon cerveau est confus, bourdonne, tance et condamne ; mais mon âme vagabonde entre feuille et campagne. Ne vous méprenez pas, pas celle des oriflammes, celle des champs humides et des airs profanes.

    Dansez, sifflez, bruyantes vapeurs ! Une bonne fois en finir pour épouser les choeurs !

    Aujourd'hui me libère, offre un rituel, pur jus, pur soufre, trop enfermé serré pour une boîte crânienne.

    ça cogne de plus belle, à soulever le fond, remuez bien la lie,mélangez les humeurs et voilà que ça tourne et les mots sont mêlés, ventrelus, échevés, la bouillie foutreniaise, raison dépitoyable sans latin ni trompettes.

    Mi-chahut, mi-chaman.

    Aujourd'hui me libère, j'irai humer la brume, lumière d'or et de sang, jusqu'au son des trois lunes.

    Voilà que ça s'apaise. C'est fini. C'est passé.

    Et maintenant. Soyez.

    Nul besoin de voter pour ou contre les autres.

    En ces temps de mistral soyez qui vous voulez, pas esclave servile à vous-même loyal.

    Le vent de la croyance, brise à vos embarcations, voile et dévoile vos êtres de chair.

    Voyez ce que vous croyez.

    Mais n'oubliez pas de décroître pour mieux lever les yeux. C'est la terre qui nous forme, le monde qui nous élève, la vie qui nous nourrit. Et l'esprit nous contemple. C'est ainsi que vivent les gens libres.

    Si quoi que je fasse je perds mon temps, j'offre mes mots aux jours de vent.

  • Les chevaliers de l'arche : un peu trop beaucoup calme

    Je me suis évadée. J'ai commencé à me prescrire mon propre traitement : poudre d'escampette, dare-dare, fissa, estime de soi à gogo, liberté en bandoulière. Ma gambette folle et moi on s'est fait la malle !  Le vendredi de cette semaine chez les ortho-furieux, devise si t'as un marteau pas besoin de cerveau. Je suis partie en consultation à Marseille et ... je ne suis pas revenue à l'hôpital.

    En invité-surprise dans cette série B comme Bigre un chevalier ! j'ai nommé l'ambulancier chaleureux qui comme Ulysse me ramena au port de Marseille puis au port de chez moi, après avoir planqué mes affaires sous la couverture du brancard parce que Madame l'infirmière ne voulait pas que je les emmène et que je revienne à 13h pour repartir à 16h on voit bien que ce n'est pas elle que les transferts lit/brancard font défaillir de douleur. Comme c'est aussi lui qui porte, roule, aller-retourne il a eu vite fait de comprendre le scénario et de s'inventer réalisateur en faisant ce qu'il était logique, économique et humain de faire.

    Je suis donc rentrée au bercail. Toute cassée abîmée.

    En guise de ponte à Marseille j'avais vu un neuf : un chirurgien catégorie poussin, tout ébouriffé dépassé, en plus le CH d'Aix avait donné le scan ... d'une autre patiente, ah ah moi je perdais ma patience et eux les dossiers. De toutes façons le chef de clan n'était pas là, il était ... à Grenoble ah ben oui forcément, le congrès, les ligaments, les parts de marché ... j'étais donc repartie sans autre avis que faut opérer, heu oui ça je m'en doutais un peu vois-tu Poussin c'est quand même la troisième luxation sur cette hanche et le scan je l'ai vu moi, faut opérer en janvier parce que nous on ferme pour les vacances ! Alors voilà ça c'était le cadeau de l'ARS pour les vacances, le service des urgences ortho c'est la Timone mais là dans votre état et la complexité n'y allez surtout pas (sic ! amis PACAsiens : accidents interdits pendant les fêtes, tenez-vous le pour dit ! ). Donc restons en contact et revoyons nous ... en janvier ...

    Allongée sur le dos dans ma chambrette, après avoir interroger les amis en chair de la France entière, le temps était venu d'invoquer d'autres chevaliers. Ceux de l'invisible. Et c'est ce que j'ai fait.

    Tout était calme. Un peu trop beaucoup calme ...

  • Les chevaliers de l'arche : l'enjeu

    Ce n'est pas pour nous

    Trop abîmé, trop compliqué, chsépakoifer, ainsi parlait Houset'espas, chirurgien de sa fonction, don particulier : la disparition car c'est sur ces mots élégants que ce monsieur me délégua à d'autres et d'ajouter : lundi après un scan vous serez transférée sur Marseille, avant de disparaître de son service. Selon les bruits de couloir il se faisait opérer du canal carpien dans une clinique privée, selon la presse il passait la semaine en congrès d'orthopédie à Grenoble, porte d'entrée des Alpes et de sortie des entorses du genou et autres déchirures des ligaments croisés, l'humain est terriblement ironique (j'aurais bien ajouté Ta mère mais vraiment je n'ose abîmer cette vision bucolique de centaines de chir ortho attendant en sirotant du genepi que la montagne vomisse les clients de l'année nouvelle, se  partageant peut-être les parts de marché et de gâteaux offerts par les fabricants de prothèses aïe-teck et fournis par le lobbying des produits laitiers qui sont nos amis pour la vie enfin surtout les leurs mais je m'égare vous avez les vidéos du professeur Joyeux pour gai-rire de vos addictions fromagères) 

    La veille au soir j'avais eu le malheur de croiser l'existence de l'aide-soignante qui se croyait un bourreau, Après une manipulation sans aucun ménagement l'idée saugrenue m'était venue de lui demander si elle savait seulement ce que j'avais et pourquoi j'étais dans ce lit et sa réponse m'avait rendue dubitativement extralucide : Pour quoi faire ? - ah mais oui me direz-vous, qu'on soit un sac de patates ou un être humain et qu'on ait une rupture de la coiffe ou une luxation de prothèse ça se manipule de la même façon non ? Mais si vous savez bien : sans ménagement et sans méninge non plus ! ça s'était pour le côté dubitatif, pour le côté extralucide j'ai su immédiatement que les nuits du week-end allaient être trèèèèèès longues.

    ndlr : Bon alors là il me semble que je vous dois une explication, pourquoi l'humour ? Bien. Parce que d'une part cette histoire racontée froidement serait, je pense, parfaitement indigeste, comme c'est l'hiver et qu'il fait déjà assez froid comme ça je ne veux pas mettre en plus ma mayonnaise sur la gastro galopante de janvier. Pour vous. Mais aussi pour moi. Et aussi pour mes filles. Se replonger dans le passé pour en tirer l'essence peut se faire sans trop revivre les émotions du moment, voire même en le relisant sous un autre angle. Et que d'autre part vous êtes intelligents, vous avez vous aussi traversé des moments difficiles et vous saurez sans aucun doute lire entre mes lignes et mes pitreries (je prépare un one-woman show, autrement dit en plus contemporain un stand-up donc un sit-down pour moi ;) )

    Et elles le furent. Longues. Les nuits. Surtout quand elles commencent par une attente instable et douloureuse sur un bassin trop plein de ce pipi retenu depuis l'appel au samu, attente qui va durer ... allez les paris sont ouverts ... 10, 15, 20, 30 ... non! ... 45 fatales minutes, fatales car instabilité et longue attente ne font pas bon ménage et qu'à cet instant vous baignez dans votre urine jusqu'au milieu du dos et que l'aide-soignante qui se prenait pour un bourreau entreprend de changer non pas de métier mais les draps de votre lit APRES avoir essayé de juste remettre une alèse par dessus ça ira bien.

    Nous voilà donc rendus au lundi matin, vous êtes sensés dire adieu à vos projets, votre dignité, votre estime de vous et tutti quanti, non mais dis donc vous êtes à l'hôpital là, pas au club-med, ah mais oui dis donc heureusement qu'elle le dit à qui veut l'entendre l'aide-soignante, j'ai failli confondre ! Le confort, la chaleur humaine, l'exotisme ! C'est surfait en fait le club-med, hop une bonne luxation et tu te payes une semaine de vacances aux frais de la princesse, l'accueil, la prise en compte de vos besoins tout y est ! Bref, lundi matin, 6 heures, 8, 9 10 heures vous n'avez toujours vu personne d'autres que le personnel hôtelier, vous avez dû confondre l'entrée des urgences avec celle de l'ibis budget. Bon vous sonnez. Oui à l'hôpital vous êtes comme un mobile orange :  ça vous met appel en cours mais il n'y a pas de réseau ou alors le bureau des infirmières est sous un tunnel. Quand soudain, alors qu'il est presque midi, une lumière blanche apparaît au bout du tunnel, miracle ... une infirmière ! Vous êtes sauvé ! Ah non faut pas trop en demander, elle n'a rien te concernant aujourd'hui dans son ordinateur, autrement dit tu n'as pas rendez-vous, ni avec elle, ni au scan, ni à Marseille. Le scan est prévu peut-être mercredi quant à Marseille on va envoyer vos radios on verra bien. 

    On verra bien. Voilà, voilà. On verra bien. 

    C'est le temps qu'il m'a fallu pour comprendre que j'étais prisonnière d'un service sans chef de service et qu'en son absence, les consignes étant RV scan et transfert à Marseille sans notion de délai de prise en charge, mon cas n'était considéré ni comme urgent, ni digne d'intérêt, lundi devenait mercredi voir vendredi. Au secours maman. Le monsieur martyrisé du bout du couloir m'avait donné un cours pendant deux jours j'étais au top. Sauf qu'à ce moment-là je suis plus chant des partisans par France Gall que chant du cygne.

    Résiste. 

    Alors oui je sais le manque de personnel, les infrastructures débordées, la liste d'attente du  scanner, bandit-manchot des hôpitaux mais ... je ne suis pas obligée de le subir sagement en silence. Nous sommes alors le 7 décembre, vendredi conduirait au 11, lundi 14, 10 jours avant les fêtes de fin d'année et ça c'est une très très mauvaise période pour être en quête d'un chir ortho.

    Proteste.

    Agite-toi, fais du bruit, autrement dit : existe. Oui il y a des façons beaucoup plus zen d'exister mais zen dans un hôpital équivaut à "sans raison de s'en occuper". Attention je reste parfaitement polie "merci s'il-vous-plaît je comprends" car le soignant à cran, torturé à loisir dans les tenailles féroces patients/administration est parfois "légèrement" sur la défensive. 

    Alors. Ne vous méprenez pas quand je dis "résiste" ou encore "proteste" je ne vous parle pas d'égo (c'est à la mode), ni d'une quelconque supériorité. Je vous parle de stratégie. D'avoir 3 coups d'avance sur l'échiquier. Etre du monde des causes (et des dires) pour ne pas subir les effets ... de la maladire.

    Voilà donc l'enjeu : essayer d'en savoir plus sur mon état (je n'ai toujours pas vu la radio), continuer à surveiller ce que les élèves infirmiers collent dans la perf (deux fois déjà que j'échappe à de la morphine et consoeurs d'office alors que j'y suis allergique : ah oui c'est vrai c'est marqué j'avais pas vu désolée), trouver un chirurgien, fuir cet établissement. Et lire l'énoncé de l'exercice plusieurs fois pour commencer à en saisir toute la profondeur. 

    Arrivera alors une jeune interne. Mes demandes seront les suivantes : voir la radio, avancer le RV du scan, parler avec un psy pour discuter d'une des potentielles solutions : l'amputation totale de ma jambe droite. Dépassée elle fut et restera, me proposant, le jeudi de cette même semaine, de "rentrer chez moi et de me couper la jambe toute seule tant que j'y étais après que je lui ai réclamé les images du scan". 

    La partie s'annonçait complexe. Le remède ? Oser.

    Oser dire ses pensées, oser changer, oser partir. Dans une autre prose, bouger. Immobilisée sur un lit. Il fallait imaginer un mouvement dont je serais le centre, la vague et l'impulsion, telle une particule élémentaire au coeur d'un ... réseau. Tiens donc, oser, réseau ... souvent les mots nous parlent :)

    L'heure était venue d'appeler des alliés. Lever une armée d'amis. Visibles et bien en chair. Dans un premier temps. 

     Et c'est ce que j'ai fait.

  • Les chevaliers de l'arche - Le décor

    L'heure est peut-être venue de vous parler de l'expérience que je viens de vivre. L'expérience physique est passée et pourtant je ne redémarre pas encore "intellectuellement". Quelque chose me dit que je dois peut-être clore ou éclore ce voyage d'une autre façon, en le partageant peut-être. Façon ultime de valoriser l'étape, en ne gardant pas uniquement pour moi les fruits de l'exercice. Puis mettre en oeuvre les promesses.

    Comment commencer ?

    N'étant pas Georges Lucas, par le début me direz-vous ;)

    ça commence donc, un vendredi matin 4 décembre 2015, un petit mouvement en prenant la douche, une sensation étrange dans la jambe, je me suis fait mal je crois, murmuré dans un froncement de sourcils. Le retour au fauteuil confirme que quelque chose ne va pas, je me cale, bouge le moins possible, toute la journée, faire l'autruche-guerrière qui met en oeuvre quelques pensées magiques qui rassurent et des saboteurs qui assurent, ne pas en faire un plat, pas une nouvelle fois, pas le temps, pas envie, pas maintenant. Et le voyage en Lorraine tout programmé, hôtel réservé, rendez-vous amies et anciennes amours impatiemment attendus et ce Noël en famille qui nous a tant fait défaut ces dernières années. Non, c'est non, et non, et non.

    Et si.

    Pourquoi ?

    Parce que c'est ainsi (font fond f'hon*) *interjection naturelle de l'ado qui est contre une idée et puis parce qu'il me fallait un troisième fond (d'oeil bien sûr sinon c'est moins drôle)

    J'ai tenu la journée mais le coucher du soir et la terrible nuit qui suivit, ne laissèrent la place à aucun doute, j'ai un grave problème au niveau de la hanche droite. Toute la nuit je me prépare, je réveille le vieux courage qui sommeille en moi, celui que je réserve aux hôpitaux, un vieux briscard à la peau tannée, un dur-à-cuire de la première heure, qui m'a déjà aidée à traverser tant de champs de bataille. Il ne fanfaronne pas. Il bougonne un peu, en écho à mes soupirs contrariés. Il faut bien dire que depuis l'accident de septembre 2014 (ah mais alors c'est ça le début ?), je ne l'ai laissé dormir que d'un oeil, combattant jours et nuits des douleurs perfides et insomniaques. Combat de titane, guerre d'os rouillés, vertèbres mâche-nerfs et muscles de pierre.  Je le sollicite bien moins qu'avant quand même, depuis de longues années maintenant d'autres chevaliers sont venus nous prêter main-forte, plus subtils, plus puissants que ma pomme et la seule force de caractère. Il y a dans nos rangs le vieux sage guérisseur-intérieur qui se reconnaît en Laurent qui est L'or-en, la force de l'Esprit des pierres et des prières à l'anagramme signifiant,  la puissance de la méditation qui ouvre le canal, l'énergie des guéris-sons, la vieille sorcière encapuchonnée qui communique en images et en langue des oiseaux et la plus jeune : l'âme-soeur, la vieille éléphante-chaman avec ses plumes, sa sauge et ses cailloux-cadeaux en forme de coeur à qui sait lire autre chose que des mots.

    En ce petit matin à l'aube usée, c'est au vieux courage que j'en appelle. En cet instant froid de décembre, n'être qu'un corps blessé au coeur vaillant. Composer le 15. Il est des lieux où les alliés de l'arche doivent savoir se faire puissamment invisibles.

    Chaque mot prononcé à partir de cet instant est sans surprise, du regard décontenancé du médecin du SAMU à son appel au tri, du couloir bondé des urgences du CH d'Aix au "c'est pas facile de lire vos radios" de la jeune interne qui m'annoncera quand même, triomphante que je n'ai "qu'une grosse sciatique" et que je vais pouvoir rentrer à la maison, avant de revenir, penaude, peuchère la pauvrette, une heure plus tard, avec un diagnostic de descellement total du cotyle, émis par un chirurgien orthopédique qui ne daignera même pas venir me voir sans s'appeler Gregory House pour autant. Les médecins et infirmières sont devenus pathétiquement prévisibles, cadenassés entre protocoles, charges de travail, annihilation programmée de leurs capacités dont en premier lieu leur liberté de penser par eux-mêmes. J'aurai un sourire triste et inquiet quand, trois jours plus tard, j'aurai enfin accès à cette radio, car un enfant jouant aux playmobils aurait compris que "la boule doit être dans la coupe " pour que l'articulation fonctionne, mais visiblement cette jeune femme était plus spécialiste de douche froide que de découpe de poulet du dimanche ; une enfance difficile peut-être, un stage en ortho à remplir des dossiers numériques au chevet du lit-porte ou du lit-fenêtre sans doute, pas devant des clichés de prothèses de hanche assurément. "On va vous mettre en chambre" claironne t'elle toute à sa joie de libérer un demi-box que je partage avec une gentille dame-cagole, car ou bien que aixoise, fraîchement liftée, qui vient de faire probablement un "accident ischémique transitoire mais c'est pas grave Madame" ...

    Samedi après-midi, je sais déjà que rien ne sera fait pour moi jusqu'au lundi. Commence alors une attente qui en fait de quelques trop longues heures va durer ...trente jours.

    Voilà pourquoi nous ne savons pas l'avenir. Monsieur Courage, aussi courageux soit-il, prendrait dare-dare la poudre d'escampette. Nous développerions illico moult stratégies d'évitement et à force d'éviter nous passerions à côté, - à côté de quoi  ? vous entends-je penser, de la lévitation justement ;) arghh allez va un petit zeste (avec ou sans e) d'humour ne sera pas superflu au cours de ce récit sop-horrifique, laidifiant et cruel. A côté de quoi ? insisteriez-vous, ne vous étant pas laissés noyer par mon poisson. Du potentiel de développement intrinsèque contenu pour vous dans la-dite expérience et de ses compagnons les sus-dits chevaliers. Ceux de l'arche qui, comme chacun sait, permet d'être dedans, par-dessus et au-travers tout à la fois. Voilà qui est dit. Et voilà qui éclairera peut-être ma précédente note qui propose d'aimer la vie pour tout ce qu'elle contient, on peut apprendre à tout aimer dans cette vie. Le conflit par exemple, non pas pour le conflit lui-même mais bien parce qu'il contient dans son essence même, tout le potentiel de Paix qui s'y rattache, et toutes vos possibilités de l'atteindre, la Paix pas le conflit. 

    Alors, rassurez-vous, il ne s'agira pas dans les épisodes qui vont suivre de transformer ce lieu qui m'est cher en bureau des plaintes, pleurs et complaintes, ni de vous raconter les longs hurlements nocturnes de la dame souffrant d’Alzheimer et d'une fracture du col du fémur de la chambre d'à-côté, ni de vous tirer les larmes en vous décrivant comme un homme qui souffre entre les mains de l'aide-soignante de nuit la plus incompétente qu'il m'est été donné de rencontrer, en vient à appeler sa mère tout en sanglotant et suppliant qu'on ne le touche plus. Maman, maman. Faut l'entendre pour y croire.

    Il ne s'agira (presque) pas de faire un procès à aux ARS(ouilles) pour les meurtres de nos hôpitaux publics.

    Il ne s'agira en rien de donner une quelconque leçon de vie / de courage / de cuisine macrobiotique.

    Mais alors ?

    Il s'agira de proposer un témoignage, d'explorer des possibles et des peut-être, teintés de pourquoi-pas & autres et si et si ... épissétout et c'est déjà beaucoup.

    Alors qu'on se le dise âmes non-sensibles s'abstenir car pour ce voyage en cet endroit l'envers est roi. 

  • De l'intention

    Jour deux de l'an 17

    Nous sommes en Vie. C'est un fait mesurable selon des critères physiques. Le souffle en mouvement. Sommes-nous vivants ? Qu'est-ce qu'être vivant ? Cela sert-il à quoique ce soit ou au contraire sommes-nous nuisibles ? Etre en vie est un miracle qui se suffit à lui-même ? Et si la vie n'avait d'autre sens que d'être ?

    L'an 2016 a été rude d'épreuves. Épurée. Nue. Expiatrice. Révélatrice.  Renaître quasi rien. Quasi.

    Certaines dimensions humaines me pèsent. Je m'agace puis je me souviens d'instants incroyables de conscience. Comment faire que ceux-ci transcendent ceux-là ? Tout choisir. Pas comme on trie mais comme on épouse.  Etre le hasard, sa propre chance.

    Je nous souhaite vos meilleurs voeux. Que les liens soient d'amour.

  • Sagesse de feuille morte

    Jardin noyé de pluie. L'automne a mené avec lui l'eau du ciel, salvatrice. Un automne doux, de renaissances.

    Enfin abreuvée la nature gorgée s'est offert un nouveau printemps, un supplément d'âme pour montrer que la vie est, patiente, tapie sous les sèches. Un éclat de verdure avant le grand sommeil.

    Là, dressée sur la nappe d'herbe crue, l'or élancé du prunier sauvage. Flamme éclatante d'un cycle qui touche au but. Or jaune d'un été glorieux, branches tendues au ciel d'azur.

    Et l'ondée s'est faite rage, puis déluge. Tonitruante Durance, mistral fougueux. L'été est mort dans la violence d'un sombre ciel au regard de cendres.

    Là, sur le tendre tapis, gisent les larmes dorées du vieux prunier.

    Vient l'ultime étape, éteindre un à un les soleils qui étoilent le jardin, pour les rendre à la terre.

    Pourrir, noblement, nourrir les futurs. Car c'est ainsi que vivent les hommes. Nature.

    Que naîtra-t-il de la rudesse ?

    Crachins, gelures, calamiteuses plaies viendront tourmenter l'hivernale nuit et quand les corbeaux, la sorcière et les êtres méchants, tous gonflés de nos peurs, s'arrogeront le printemps, il nous aura fallu du sauvagement doux et de longues veillées pour conter aux enfants la sagesse des pruniers.

    Aux armes citoyens et qu'elles soient de parole, d'actes clairs, coeurs purs, têtes hautes, vaillamment.

    Aimez-vous comme de l'or, vous qui n'êtes que des fruits, destinés à pourrir en regardant le ciel.

    Dans tous nos jardins les vieux pruniers sauvages, de la nature et des hommes sont souvent les plus sages.

    Pour qui vous pensez-vous qui prenez la parole, vous disant haut et fort maîtres des paraboles.

    Avez-vous seulement lu le livre des jardins car si vous l'aviez fait vous sauriez-vous nains, bienheureux sans le sou, aussi puissants que poux.

    Vous pensez écrire l'histoire, prétentieux humains, bruyants épouvantails qui ne verront demain. Votre langue est funeste, la pitrerie grotesque. Tout juste parviendrez-vous à dorer vos blasons mais n'égalerez jamais feuilles mortes au gazon.

    Taisez-vous donc alors et laissez la parole, à quelques feuilles d'or qui en savent plus encore.

  • Imagine

    auribeau,maxine decker

    Copyright © Maxine Decker

     

    Imagine

    Il y aurait l'absence, tue et je serais, là. 
    Il y a ici le banc, trop petit paraît-il,
    Est le silence, je m'y assois, encore, 
    Si j'ignorais, jusqu'alors, son existence 
    Éternelle fulgurance, de mémoire, subtile 
    L'homme derrière,  moi et le bois mort
    L'arbre à l'ombre douce, berce l'âme
    Seule. La lumière vit. Inonde l'essence,
    Au fond, le coeur des fleurs denses. Immobile,
    Tuer las le mal, d'une mauve souffrance
    Indolence vague au souffle. Visible, là.
    Tu es. Mon amour, infini. Sois encore.

     

  • Jouez violons !

    Symphonie maladroite, cacophonie merveilleuse, initiation féroce, rite de passage en humilité, épreuve d'ultime résilience.

    Pantin absolu ou guerrière de l'impossible ?

    Finalement ce qui fait la différence n'est pas le résultat de l'expérience qui, quel qu'il soit est parfait, mais la façon dont vous l'évoquez, creusant, au creux de vos neurones attentifs, la voie. Votre voie. Ce chemin unique dont vous serez dignement fiers ou résolument honteux. Progresser, en conscience de ce qui vous motive intrinsèquement et du comment vous souhaitez percevoir vos choix dans l'avenir, donne au présent son éclat puissant. 

    Faire de son mieux, avec coeur, tout est parfait, sont de grands libérateurs. Etre d'humbles responsables résilients : la voie, les pas et le dessein. Il faut, pour cela, bien s'aimer. Gonfler son âme entière de confiance. Savoir trébucher et renaître trois fois. Dépouillé, dépecé presque, ne conservant peut-être qu'un infime voile, pudique et mystérieux, sur l'abysse intérieur ainsi visité, traversé, illuminé. Ainsi va la voie. Etre non pas parvenu mais parvenant.  Par vices et victoires, défaites assommoirs, renaissances subtiles. Légers, comme de la cendre, au son des violons.