UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Plongée en ordre inverse


Journée studieuse.
Ce matin j'ai pris le chemin des écoliers et j'ai suivi les conseils de Marcus qui nous en dit plus sur le télé-travail, vous l'aurez compris je vais travailler en grande partie à la maison et il va falloir trouver un nouvel équilibre, de nouvelles règles pour qu'à ses heures la maison soit bureau/machine à café/cafet et qu'à d'autres elle soit nid douillet, jardin d'enfants, étude du soir et aussi blanchisserie, cantine et autres joies et bonheurs de la ménagère qu'elle ait moins ou plus de cinquante ans !

Puis j'ai travaillé sur la valorisation patrimoniale de mon entreprise.
Il s'est donc agi de pister tout ce qui peut donner de la valeur à l'entreprise afin de pouvoir, au moment de la reprise, répondre à la question "et combien vous en voulez" ?
Mes pièces comptables étant classées en ordre inverse je me suis donc plongée pendant quelques heures dans 3 ans de vie d'entreprise, de vie tout court, du plus récent au plus ancien.

Lentement, le temps de noter, d'estimer la valeur résiduelle de chaque pièce tellement chargée de taxe certes mais surtout de déjà souvenirs que lentement, le temps de repenser, est monté le blues.

Le dernier salon à Tours, puis Rennes (septembre), les nouveaux documents commerciaux (fin août), la procédure de dépôt de brevet à l'international (juillet), Handica à Lyon (juin 2007) les nouvelles affiches pour le salon Géront-expo (mai 2007) celui où je n'étais pas pour cause de mauvaise galipette, Autonomic grand est (septembre 2006) , Autonomic Paris en juin, Hôpital expo notre premier salon en mai 2006 et ainsi non pas de suite mais ainsi d'avant, jusqu'au dépôt de brevet français (août 2005), dépôt de marque, immatriculation de l'entreprise au greffe, jusqu'au bout du début en mai 2004.
Il y a ce qui se chiffre par de méchants calculs d'amortissement et puis il y a le reste, à combien vous estimez l'investissement personnel, à combien vous estimez les nuits à remplir des dossiers, à combien vous estimez les week-ends de travail, à combien vous estimez l'espoir, surtout celui qui ne fait pas vivre ?

Ben moi je dis que mon entreprise est inestimable parce que nous y avons mis tout notre coeur, trop peut-être.
Elle a, à mes yeux la valeur d'une belle aventure humaine, le goût du risque, la couleur de la passion mais aux yeux des financiers le canada dry ne remplacera jamais le glennfidish.

J'ai refermé les classeurs.

Il est temps de tourner la page ou plutôt d'entamer un nouveau cahier, de calligraphier sur la première page une nouvelle enseigne, de s'imprégner d'une nouvelle couleur mais en haut à gauche d'un trait net et décidé j'écrirai mon nom pour inventer une suite à mon histoire.

Je vais bien.

Une page se tourne, nous allons la tourner ensemble si vous voulez bien, je suis bien là avec vous, non ?


Commentaires

  • Oui Marie tu es bien là avec nous, toujours...
    les mots me manquent parce ce que tu vis est douloureux mais à la fois il te faut tourner la page de cette formidable aventure qui s'arrête (pardon je ne sais pas pourquoi, j'avoue ne pas avoir tout suivi), mais surtout gardes en le meilleur !
    et puis ensemble nous sommes à tes côtés pour les bons et les mauvais moments... parce que notre Marie est unique, géniale, pas banale, quelqu'un de bien, de très bien !
    je te fais de gros bisous ...

  • Salut Marie ! Sans tout connaitre le pourquoi du comment (car je débarque juste chez toi), j'ai le coeur serré de lire ce billet. Je m'en vais faire une plongée (en ordre inverse également !) dans tes archives pour connaitre le pourquoi, et comprendre le comment.
    Très amicalement.

  • Je viens te faire un gros bisous
    Bonne nuit

  • Bonsoir Laurence, je t'ai fait un petit mail rien que pour toi ;)

    Balmeyer bonsoir, plonge donc mais en fait je n'ai pas beaucoup raconté le début de la fin je crois, les mots il y a ceux que l'on écrit et puis il a ceux quon tait, par pudeur et aussi à cause du buzinesssssssss et de la joie pas toujours partagée de me voir ainsi bloguer ... mais peut-être sauras-tu lire entre mes lignes ?

  • Oui, oui, on est bien là avec toi !!! Moi qui commence mon entreprise, je comprends tout ça, tout ce qui est inestimable, tout ce temps passé, cette énergie... Ce n'est pas quantifiable, mais comme tu a eu l'énergie de la monter cette entreprise, tu aura le courage de rebondir !

  • Toi seule est en capacité de bien comprendre ce qui peux sembler un échec pour nous, alors méfie toi des conseils émanant de blog et consorts aussi futés qu'ils le laissent paraîtrent et admiratifs de ta petite personne, c’est la vie qui m’a apprit ce regard sur les choses …*

    Pat …*

  • Dis Marie, je peux te tenir la main pour faire un bout de route ensemble? on est bien ici, pas vrai ma belle? Big bisous

  • denis-M : oui c'est vraiment mon sentiment, c'est inestimable tout ce temps et l'énergie alors oui plutôt qu'y voir un échec je me dis que je me me suis enrichie humainement, j'ai fait de belles rencontres dont certaines m'ont menée jusqu'ici, jusqu'à vous tous et ça c'est vraiment sans regret !

    Pat : Pat, ange gardien ? mais tu sais Pat mon slogan personnel c'est "même pas peur !" mais merci de veiller sur moi, attention la limite entre prudence et méfiance est tenue.

    Béa : on dirait bien Béa que nous allons vivre une aventure commune si tu te laisses tenter par le télé-travail !

  • Ma chère Marie, je connais bien la vie et ses aléas, j'ai appris cela à travers mon corps usé et mon esprit alerte, mon corps usé par les coups reçus et mon esprit éclairé par ma foi en la vie, mais il m'arrive de déraper, notamment quand je suis fatigué ...*
    Pat ...*

  • Faudra qu'on en reparle ensemble, j'avoue être tentée par la chose mais ne pas trop savoir comment faire...

  • Oui sans doute cette plongée en ordre inverse dans laquelle tu nous entraîne a de quoi émouvoir bien au delà des limites de ton propre ressenti.
    Mais ce qui m'interpelle surtout ce matin c'est de voir, une fois de plus, à quel point tu te situe résolument dans l'action, dans le mouvement, quand tu n'es pas le mouvement lui-même. Ce n'est pas le moindre des paradoxes apparents pour une PMR, mère de famille nombreuse, mais c'est tellement important qu'il en soit ainsi.
    De fait, cette page n'est pas encore définitivement tournée que tu t'apprêtes déjà à en écrire une autre.
    Alors bien sûr, je serais là aussi pour suivre cette nouvelle aventure qui s'annonce déjà palpitante pour le lecteur spectateur que je suis.

  • Que la page soit ouverte ou fermée, que le cahier soit vieux ou neuf, moi je m'en moque puisque nous sommes ici et là, maintenant et avec vous.

    Mais quand même, appliquez vous pour écrire votre nom sur la première page du nouveau cahier :) Moi j'aime bien "Comic sans MS style normal taille 12". C'est pas de la calligraphie? Ah bon !

  • Pat : du courage mon Pat,

    Béa : pas de problème c'est ensemble que nous trouverons les solutions

    Marcus : une PMR en mouvement l'idée a tout pour me séduire, bien sûr que je compte sur vous pour aujourd'hui et pour demain.

    Soeur à moi,je : oh ça oui je vais m'appliquer, sur tous les nouveaux cahiers d'ailleurs ...

  • on est entrepreneuse dans l'âme je crois. Peu importent les chutes, les échecs, on rebondit, on recommence et sur le métier nous remettrons encore notre ouvrage.
    Une entreprise est comme un enfant, qu'on a porté en son sein durant des mois, puis mis au monde, élevé, fait grandir, s'en séparer que ce soit choisi ou non est douloureux.
    J'ai vécu cela sans avoir eu le temps de choisir, aujourd'hui je fais partie des personnes qui travaillent chez soi, entre thé, et escargot, msn et papotage.
    Plus de temps même si moins de vie sociale, alors on s'engage ailleurs pour ne pas rester enfermée.
    Bon courage Marie.

  • Merci Dom, oui c'est douloureux mais comme dirait quelqu'un qui me veut du bien : le succés est au bout de l'échec. C'est un échec économique certes mais humainement j'ai beaucoup appris, le petit creux d'énergie était prévisible et bien normal mais je sais aussi que le rebond approche à grands pas alors je "profite" un peu de ces quelques jours pour me (dé)livrer un peu !

  • Marie : je n'ai qu'une chose à dire en ayant lu tout cela ... ET JE SUIS COMPLETEMENT EN ACCORD avec Dom... Il a tout dit ... enfin pour ma part ... son avis est très touchant et très réaliste en même temps ...
    Mais je sais que tu ne laisseras pas surprendre par de mauvaises nouvelles !!!... Allez hop...
    Nous on est limite actuellement !!!...
    Bisoussss
    cris...

  • hi hi Cris juste une précision ce Dom c'est Dom(e) des ménagères !!!
    d'ailleurs ça me fait penser qu'on a plus vu Domino depuis bien longtemps !

  • Marie, ce retour en arrière, de la presque fin au début, je le vis également moi aussi actuellement, pas tout à fait pour les mêmes raisons tu le sais mais je comprends la peine et la nostalgie que cela peut provoquer.
    Echec il n'y a pas. Ce n'est qu'enrichissement personnel, et humain. Une expérience, une belle aventure, comme la vie sait nous en apporter parfois.
    Tu as vécu quelque chose de nouveau qui a transformé ta vie en quelques sortes et ta vision sur bien des choses.
    Tu as appris concrètement la vie d'une entreprise, la polyvalence dont il faut savoir faire preuve et tout le reste !
    Et très bientôt, toute cette belle expérience te sera très utile dans ta prochaine nouvelle aventure. Et c'est génial !

  • Télé-travail : je l'ai pratiqué quelques temps...
    Difficile de gérer d'un côté le temps-travail et de l'autre le temps-famille...
    En tous cas moi j'ai eu du mal à savoir faire la coupure...
    (et pourtant j'avais une pièce réservée au bureau...)

    Fin d'une entreprise : j'ai connu aussi...
    37 ans de travail : au départ une création, à l'arrivée une entreprise ayant eu jusqu'à 110 salariés...
    Pour pouvoir prendre en peu de repos, et une retraite amplement méritée, on cède la place à ses cadres...
    Et 30 mois après ils déposent le bilan... sans nous avoir payé la faible somme demandée (qui représentait à peine plus que ce que nous avions investi au fil des années...)
    Difficile à vivre...

Les commentaires sont fermés.