UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mon chemin

Demain j'irai sur le chemin, je ferai mes valises, regarderai au loin et d'un pas franc j'entamerai une nouvelle portion. Les encombrements ont été nombreux ces derniers temps et les croisements dangereux, plus d'une fois devant la patte d'oie il a fallu choisir. Puis il y a eu l'impasse et il a fallu faire demi-tour, renoncer à un itinéraire imaginaire qui ne menait qu'à un miroir aux alouettes, redoublant de courage nous avons fait la route en sens inverse croisant alors ceux qui nous avaient soutenus et parfois même indiqué le chemin. Les regards se croisent étonnés et déçus " vous étiez partis d'un si bon pas ! Oui mais ceux qui indiquent la route ne sont pas ceux qui marchent et un conseil ne remplace ni carte ni boussole si tant est que de ces chemins là il y eu des cartes, quelques esquisses peut-être mais ni mappy ni tom-tom !

Qu'importe ! la vie c'est surtout le chemin, dans un sens ou dans l'autre, à reculons ou à cloche-pied le chemin reste le chemin même quand il est de traverse, même quand il se fait sentier qu'il soit battu ou non.

51268aefd93db18f458d35891982d887.jpg

Demain je prendrai vraiment la route et voilà le pourquoi de cette note, quelques 700 kilomètres qui vont me ramener dans ma Lorraine natale, vers la Meuse et sa petite Sibérie toute chargée de ses souvenirs guerriers. Verdun et c'est toute mon enfance qui me revient, celle qui m'a formée, forgée, façonnée avant qu'un beau matin je ne les quitte : l'enfance et la Meuse ! Verdun et mes parents dont je vous parle si peu.

f28b124a90b21bfe42b000593fd497a5.jpg

Et puis il y a MA SOEUR. Et je sens déjà l'odeur des croissants, des gros pains dans lesquels nous ferons les plus grosses tartines pour faire, des goûters, des souvenirs sucrés pour nos sept nains enfants, nous parlerons des heures jusque tard dans la nuit, profitant de toutes les minutes pour se ressourcer l'une à l'autre, moi la petite toute blottie contre sa grande sensibilité, on va se dire, on va pleurer et puis on va rire aussi jusqu'à en avoir la voix un peu cassée quand le froid de la nuit envahit la maison et que l'on goûte, encore une heure, encore une minute au plaisir d'être ensemble. Elle m'appelera "son piot" et je l'appellerai "ma grande" nous glousserons et nos ados de filles diront d'un air amusé "elles sont folles" les maris mi-amusés, mi-agacés sauront bien que jamais rien ni personne ne pourra nous enlever cette complicité si forte, ce lien qui nous unit. Un lien si fort parce que nous l'avons voulu et que nous l'avons construit un peu tard qui vaut mieux que jamais.

5f494d447aeff3ad0e4d7bc46b02e7ca.jpg

Demain j'irai aux racines, là où tout a commencé et quand je serai arrivée, je me retournerai et je contemplerai le chemin parcouru, je sais déjà qu'elle me plaît bien cette route, elle est un peu sinueuse et parfois ça grimpe dur mais c'est la mienne et j'en suis fière parce qu'elle me ressemble. C'est une route pas ordinaire et ceux que j'y ai croisé garderont pour toujours une place particulière dans mon coeur, les hôtes comme les bandits car sans eux pas d'aventure !

Vous qui partagez mon voyage, je m'en vais à la source et quand je reviendrai nous écrirons ensemble un nouvel itinéraire, les besaces chargées de pâtisseries fourrées à la crème confiance.

Que les jours à venir vous soient sucre et miel, j'espère avoir le temps de vous faire un petit signe de la main de temps en temps entre deux .. goûters ! 

7ad04c4dda756de2e6536212e4ec7b9e.jpg

Commentaires

  • Marie, j'ai failli pleurer en lisant ta note. Cela me fait penser à tellement de choses. C'est beau, c'est triste, c'est tellement de souffrance, c'est tellement d'amour. Je n'ai pas lu jusqu'au bout mais j'y reviendrai. J'imagine que tu reviendras après les fêtes, plein d'étoiles et de souvenirs dans les yeux. Je me suis arrêtée au passage sur ta soeur qui m'a beaucoup touché mais j'en parlerai une autre fois. Ta note, ton texte, tout est charme et sensibilité, je suis encore toute émue. Il est presque deux heures du matin donc bien fatiguée. Tu m'as donné l'envie de parler de ma soeur. En fait, on enfouit tellement de trucs au plus profond de nous qu'il faut un bon aspirateur (ndlr) pour aspirer toute la poussière et dire, dire, dire. Marie, je t'embrasse affectueusement et te souhaite un bon séjour chez toi et de merveilleuses fêtes de Noël, reviens vite. Alix

  • Bonne route Marie, à toi et les tiens, je vous souhaite à tous un joyeux noël et de bonnes fêtes de fin d'année...
    Que 2008 te soit plus douce que 2007.
    Va et suis ton chemin, sereinement, tu es entouré d'amour et surtout tu sais en donner, j'aime tes mots, j'aime cette Marie si forte et si fragile à la fois.
    Profites bien de ta grande soeur, et de ta famille pour à ton retour nous en raconter de belles !

  • L’agilité aux doigts fins est bien plus qu’un semblant de mensonge et les prétentieux vicelards à defaut d'être des fourbes, qui voudraient nous guider sur la route sont légions, avec ceux qui vous encense comme : Bravo Marie, ou encore ceici, tu es un bel exemple etc, j’en passe des meilleurs, il suffit de relire … ces gens là m’agacent sérieusement les os et me font bouillir la moelle qui je crois est de couleur bleu d’Ecausse. Les promenades sans pas qui mènent nulle part ma chère Marie l’espiègle ne tracent ni chemins, ni routes, nous avons tous notre chemin de misère à traverser, parfois c’est plus dur pour certain car il faut traverser la forêt, et dans la forêt, il y a le loup. En 1978, j’ai fais mon armée dans ta belle région, j’arrivais avec 47 degrés chez le fourrier qui me donne une paire de botte fourrée, j’ai compris la douleur un mois plus tard, encore une bizarrerie de mon existence, j’avais été appelé sous les drapeaux dans une caserne disciplinaire, moi le tendre de chez tendre, au grand dam de ma commune et de ma famille … Ah ! Cette région me laisse bien des souvenirs, le silence des gens, l’hivers permanent sur leur visage, tandis que les gars de la caserne étaient plutôt mal vu, et bien moi le Pat comme à mon habitude toujours reçu chaleureusement, accueilli dans les fermes du coin, buvant le petit vin du pays, l’alcool de pomme de terre, ça jalousais dur à la caserne, ça disait ceci, bin mon vieux comment qui fait pour être bien vu ? En tout qu’à je me suis bien caillé les roustapouailles (- 27 degré l’hivers) dans ta Meuse natale ma chère petite cocotte …*

    Pat …*

  • Arriverez-vous à Verdun en passant par Saint-Mihiel, par la Voie Sacrée, après être sortis de l'autoroute à Toul ?

    Pour les cousins cousines, ces retrouvailles doivent être aussi un grand moment, j'imagine. Bon voyage, bon séjour et amitiés à la boulangère.

  • Pat : oh oui la froide Meuse militaire. Je t'imagine bien, j'aime bien l'image de l'hiver sur les visages.

    Alix, pardon de t'avoir ainsi émue, parfois mes mots sont plus chargés que je ne le pense.

    Laurence, ça me fait plaisir de te savoir à nouveau ici, je te souhaite de belles vacances mais tu sais bien que je viendrai avant la rentrée, ici c'est aussi chez moi et le réconfort il vient aussi par vous, embrasse ton Petit Prince pour moi.


    Oh Marcus je vois que tu connais ma région !
    Nous allons d'abord à Eurville où la boulangère a fait construire une maison ACCESSIBLE avec chambre et salle de bain ADAPTEES !!! Eurville en Haute Marne quand nous irons à Verdun nous passerons par Bar le Duc berceau de nos amours ...
    Saint Mihiel c'est la ville de Bernardo est y aller respirer l'absence de Maria y sera sans doute trés douloureux cette année. Oui nous emprunterons donc la voie sacrée !

    Mais promis pas de balade à la tranchée des baïonnettes ou à l'ossuaire !

    Joyeux Noël mon Président.


    A tous, ça y est les valises sont bouclées, je vous embrasse fort.

    Marie

  • bonnes vacances à toi, pleines d'amour et d'émotions, de retour aux sources de chaleur et de souvenirs... je reviendrai lire le fruit de ces moments de bonheur...

  • Ma chère Marie,

    Si un jour, il devait m'arriver de quitter ce monde,
    plus tôt que prévu, je voudrais
    que tu te souviennes de moi,
    en cette phrase toute symbolique ....
    " La route est belle, oui la route est belle ....*
    Et malgré nos blessures si profondes, nos corps usés des fatigues
    J'aime l'idée de la route, car la route c'est l'amour,
    c'est l'amitié en marche,
    c'est ce vent mystérieux qui nous caresse l'âme,
    qui nous fait avancer,
    allez ma petite cocotte de la Meuse si hivernale,
    la route est belle, oui la route est vraiment belle ...*

    Pat ...*

  • Bonne route, bonnes vacances, bon repos et bons repas... et encore plein tout plein de bonnes choses.... je t'embrasse très très fort et te (vous) souhaite un super bon noël.

  • Quel merveilleux partage que ton billet de ce jour !

    Profite ma douce, profite des bons moments que la vie te donne !

    J'ai moi aussi la grande richesse d'avoir une famille "forteresse" et "tendresse"...
    Et Dieu que ça fait du bien de pouvoir se reposer un peu "en eux"...
    Et d'y puiser la force de continuer "le chemin"...

  • Bonsoir Marie,

    En lisant ton billet,j'ai pensé à ces jeux vidéo où l'environnement est dynamique (les tableaux se succèdent automatiquement), le personnage est obligé d'avancer, c'est mécanique sinon il sortirai du cadre. Alors t'as le choix, soit tu lâches les manettes et le personnage reste immobile et se mange tous les obstacles (ben oui le jeu se termine lors du game over mais avant le jeu continu avec ou sans ton action), soit tu essayes de faire de ton mieux, bien sûr nous manquons d'agilité, tu avancera sans attendre d'être pousser et tu réussira même à éviter certain obstacle.

    J'ai cru comprendre que tu voulais monter ton entreprise, bon courage.
    D'après Ludo (http://www.instancespherique.fr/) il y a encore encore du travaille pour être reconnu comme chef l'entreprise lorsque l'on handicapé.

    Le Playmobil que je suis te souhaite un Joyeux Noël. ;o)

  • Bonsoir Marie, En lisant ton billet,j'ai pensé à ces jeux vidéo où l'environnement est dynamique (les tableaux se succèdent automatiquement), le personnage est obligé d'avancer, c'est mécanique sinon il sortirai du cadre. Alors t'as le choix, soit tu lâches les manettes et le personnage reste immobile et se mange tous les obstacles (ben oui le jeu se termine lors du game over mais avant le jeu continu avec ou sans ton action), soit tu essayes de faire de ton mieux, bien sûr nous manquons d'agilité, tu avancera sans attendre d'être pousser et tu réussira même à éviter certain obstacle. J'ai cru comprendre que tu voulais monter ton entreprise, bon courage. D'après Ludo, un webdesigner handicapé, il y a encore encore du travaille pour être reconnu comme chef l'entreprise lorsque l'on handicapé. Le Playmobil que je suis te souhaite un Joyeux Noël. ;o)

  • Oups désolé, je pensais que mon premier commentaire s'était pris dans la trappe à spam.

  • A Néa > à bientôt alors !
    A Pat > Pat de façon très solennelle : je t'en fais la promesse
    A Béa > à toi aussi ma Béa.
    A Danny > Oui Danny ma soeur est une forteresse à elle toute seule !
    A Jérôme > Salut playmo ! Oui tu as raison le paysage défile nous nous avons le choix de le subir ou de le vivre et de l'infléchir. Le mien est déjà passé par la case création d'entreprise, et pour moi ça a été une impasse mais je ne regrette pas du tout avoir visité cette impasse, mon chemin sera je l'espère plus calme l'année prochaine !

    Joyeux noël à tous !

  • Pour les huitres, c'est bien la coquille qui ne se mange pas !!!

    Bon réveillon ...*

    Pat ...*

  • Pat mon Sarthois de Noel ! Je t'embrasse et te remercie du conseil :)))

    de toute façon chez nous c'est pas "huitres" c'est ESCARGOTS et promis je n'avalerai pas les coquilles !! et pour DOM si tu nous regardes oui il y aura aussi des Lanvin !

    Pat j'espère que tu n'es pas seul pour cette veillée de noël, je garderai une pensée pour toi ce soir.

    Bisous glacés -5 ce matin.

    Ta petite cocotte ;o)

  • Si, si je suis seul ce soir, mais c'est un choix que ma famile respecte, aussi mes amis, tu penses bien que le Pat international est invité de partout à commencer par les miens, ensuite mes amis, mais il savent que le Pat n'a pas récupéré de sa santé, au mois d'août de suis tombé par l'infection ( inflammations, les os de mon bras sont du verre etc...), j'étais proche de la septiemachin d'après daniel, et j'éprouve beaucoup de difficulter à remonter la pente, mais je traine un tel bagage médical ! que j'en ris ah! ah! ah! la route est belle, oui la route est belle ...*

    Allez ma chère petite cocotte en clown passe avec les tiens un bon reveillon et un joyeux noël ...*

    Je t'embrasse ...*

    Pat ..*

  • Alors, les croissants chauds du matin avec un bon café crème, bien mousseux, dans la froideur matinale de la Haute-Marne, Hum, ça fait envie.

    Bisous les sœurs.

    PS l'avantage quand on a des grandes filles : c'est qu'elle ne se précipitent plus le matin au pied du sapin de Noël. Je vois le coup venir, elles ne seront pas levées avant 11 plombes. Allez je fille rejoindre Chris pour le petit déj. (Thé et pain de la veille). Joyeux Noël

  • Très beau billet Marie...
    Je te souhaite de douces et chaleureuses fêtes avec toute ta famille.

  • Merci Ariane, j'espère que tu te portes comme un charme en cette fin d'année et t'envoie des biz !

    A bientôt

  • J'ai l'impression que tout ceux qui ont un jour quitter la Meuse finissent par la regretter.

    J'espère que vous redécouvrirez Verdun avec le même plaisir que j'ai eu à la découvrir l'année dernière.

  • Bonjour Bertaga,

    j'ai visité votre blog que de souvenirs ! le monument de la victoire que j'évoquais l'autre jour, le coq hardi, l'estaminet !!

    Et bien cet année je n'aurai pas vu Verdun car comme dit Pat l'hiver est sur les visages et moi j'ajouterai dans les coeurs aussi. Je ne suis pas allée à Verdun mais je l'ai retrouvé chez vous d'ailleurs je vous ai ajouté en lien dans une catégorie es-spéciale !
    A bientôt !

Les commentaires sont fermés.