UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Source

42260a474dc08f54d2052d0972b6cde8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

987a55e0ba3762c7fee75372ae7c108f.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4 petits bouquets de fleurs des champs et pissenlits et puis j'ai retrouvé mes sunglasses pour le bonheur d'un livre dans le jardin, sous un soleil déjà fier, comme une caresse, un baume sur les peines de ces derniers mois, jours, minutes (ce matin j'ai appris qu'une cousine nous avait quittés elle aussi, 39 ans)

 

ef609a32d239e184778fd52ecc85c0f5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Penser au regard porté loin, loin au delà des collines et sentir sur mon visage la douce chaleur irradiante du soleil, laisser le souffle léger du vent me traverser, sentir l'énergie qui nous entoure, devenir une infime partie du décor et sentir au plus profond ces liens qui nous unissent, tous, à jamais.

 

9338428e95ac22fd215f5d6464674fb7.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

060e10a6eb61e5e742d3bcaa5eda8316.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans l'enchevêtrement du saule voir nos vies croisées.

 

Etre

 

Une journée pour aller à la source, se recentrer, se rassembler, comprendre, accepter.

Demain pour avancer

Commentaires

  • Merci Marie, pour ces petits bouquets, ce soleil mêlé au vent de ta belle Provence, merci Marie pour tes mots qui nous enchantent toujours et nous apportent tant... parce que tout simplement, moi j'aime venir me ressourcer dans ton blog, que ce soient pour les bonnes ou les mauvaises nouvelles, il y fait si beau, et tu es ce rayon de soleil qui fait tant de bien.
    je te bises

  • Comme c’est étrange chère insoumise, on finit toujours par s’en remettre aux choses, aux objets, les fleurs, les fruits, même les étincelles d’un feu suffisent, les êtres vivants, les hommes sont des créatures curieuses. Je suis convaincu que ce détachement est pour moi une nécessité, ce besoin de sentir un bouquet de fleurs, respirer l’odeur des fruits, humer un arbre, caresser son écorce qui me rassure. Il me faut me libérer des forces insuffisantes, éviter de me disperser, éviter les aspérités pathologiques qui griffent mon âme, certes ma vie est déjà si pleine de morts. J’ai écris un jour, longtemps j'ai été un puit et au fond de ce puit il y avait l'eau d'une source où se pressaient des flots de souffrances toujours renouvelés, aujourd'hui je suis un obélisque, j'apprends doucement à déchiffrer mes hiéroglyphes. Tu es bien forte Marie l’insoumise, j’aime beaucoup tes mots colorés, la vie est belle n’est ce pas ?

    Pat ….*

  • Bonsoir ma chère Laurence, tu va bien ?

    Je vous embrasse les filles ...

    Pat ...*

  • Dans le calme de la nuit tombée vos messages sont des étoiles.

    Profitez bien de cet instant si doux comme je m'en suis nourrie, demain sera combat ^-^

    l'insoumise ce nom me plaît vraiment bien en ce moment, si un jour j'écris un livre je l'appellerai comme ça ;)

  • L'insoumise, l'insoumission, c'est la rébellion et la maîtrise assumée ....

    Pat ....*

  • On dirait le Sud
    Le temps dure longtemps
    Et la vie sûrement
    Plus d'un million d'années
    Et toujours en été.

    Il est très joli, cet espace de travail, Marie.

  • Dis Marie-la-joie ???
    Tu l'as fait analyser ta "source" ???
    L'est pas poluée au moins ???
    Parce que manquerait plus que ça...

  • Marcus oui tu as raison je suis vraiment mieux installée qu'avant et la véranda est sans doute une des pièces les plus agréables de la maison.

    j'adore cette chanson, comment l'as -tu deviné ? :))


    Ma Danny, je parlais donc de ma source intérieure !! malgré tout je vais réfléchir à ta remarque, peut-être qu'aprés tout cette souce n'est pas encore la bonne ou mérite d'être purifiée ... je me faisais cette réflexion tout à l'heure : je ne suis pas encore quelqu'un de bon, tu sais comme ces personnes qui le portent sur leur visage, bien sûr que tu le sais ... tu en fais partie :) biz Danny.

  • Que sais tu de la bonté ma petite cocotte ? La beauté engendre la bonté nous disent les sots et les aveugles, mais la laideur n'est pas l'infirmité, j'ai écris un jour que cette laideur était un rayons qui dépassait la simple régularité des traits puisqu'elle marque toujours son empreinte sur un coin quelconque de notre visage. Tu es une belle personne mon amie Marie, et je suis fier de te connaitre, n'oublie jamais ma belle insoumise, nous sommes les claviers qui percent les murs de nos prisons ...

    Pat, libre et rebelle ...*

Les commentaires sont fermés.