UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le secret de l'éphémère


Découvrez Frédéric Chopin!


http://www.deezer.com/listen-4490347


463940661.JPGPar un doux matin de printemps, dans la lueur pâle de la pointe d'un nouveau jour, naquit au pied d'un roseau, une éphémère. Toute nimbée de sommeil la frêle déploie ses ailes diaphanes au soupir d'une caresse de brise. Sa fragilité transparente arrête, le temps d'un instant, jusqu'au souffle du vent, et la voilà qui s'envole déjà. Curieuse de tout, elle se presse sans souci de l'impossible lendemain, papillonne, danse au bord de la rive, ivre de vie.

Un jeune chêne aux feuilles si vertes lui tend un peu de son ombre fraîche, amusé de ses tourbillons il lui offre un abri des tourments de la pluie. La belle à tire d'ailes va, vire et revient conter au chêne, son ami, les milles fleurs, l'arc en ciel d'une perle d'eau, la disparition de l'ombre.

Ses balades se font absence, elle brûle au soleil de midi d'un unique amour, se consomme, se consume et le chêne soudain si conscient de ses racines ne peut la protéger, il gémit sa fureur de toute sa ramure. Prisonnier malgré lui il attend le retour de la frêle qui apparaît soudain dans un épuisement ravi. Vibrante de chaque minute vécue elle lui offre en cadeau les fruits de ses rencontres et lui confie dans un soupir sublime la plénitude de ce jour: "j'ai aimé" lui dit-elle. Puis dans un ultime effort, portée par d'improbables forces offertes au vent, dans une dernière danse passe sur l'autre rive et disparaît.

Le chêne depuis lors abrite les voyageurs solitaires, les amoureux d'un jour ou pour toujours, les presque-pendus et parfois une cabane comme en construisent les enfants. Tous s'y sentent bien car le chêne devenu centenaire connaît la recette du bonheur, il l'appelle le secret de l'éphémère.

Faites qu'au zénith de chaque éphémère instant vous puissiez dire dans un souffle, fut-ce t'il le dernier : "j'ai aimé"


Commentaires

  • Ta note est très belle Marie. Elle laisse une profonde réflexion.
    Elle rejoint un paragraphe de ma dernière note.
    L'éphémère instant reste gravé dans nos mémoires pour devenir éternel. J'ai toujours aimé ce sentiment d'éphémère et il est devenu pour moi, plus que jamais, souvenirs immortels.

  • Je t’ai offert mon souffle où j’avais capturé ton haleine, mais tu l’as avalé et tu en as craché les parfums pour mon imagination… parce qu’elle avait trop de retenue m’a tu dis ?

    Pat qui connaît bien l’éphémère, qui peut retenir la force du soufle …

    Bises ..****

  • Tu vois Marie, c'est pour ça que je vais le moins possible sur l'autre rive, l'angoisse de disparaître à jamais sur le continent sans doute.
    Réécoutons Brassens pour l'occasion :
    http://www.deezer.com/track/38541
    Qu'est-ce que tu écris bien, toi…

  • Ephémère
    instant de vie
    eternité
    souvenirs

    éphémère
    fais nous danser avec toi
    chanter nos souvenirs

    ephémère tu voles
    de ci de là
    mais souvenir
    tu reviens toujours
    en mon coeur
    bises naik
    petit ps: la paix est revenue en mon âme merci

  • il faut que je rajoute:
    grâce au chêne ce cher Pat
    j 'ai repris mon envol,
    il m 'a tendu une de ses
    jolies branches verte
    pour poser ma peine
    et reprendre mon envol , merci
    à toi Marie de ta belle note
    et à toi mon Pat d 'avoir été là


    bises naik

  • Ne me remercie pas ma chère Naik, je suis la, ici avec vous tous et pour qui que se soit qui a de la peine, du chagrin, de la misère, on n'est pas ici pour maîtriser ? nom d'une charrette en bois !

    Bise ...

    Pat ...****

    ( pour celles et ceux qui aiment les poèmes, j'en ai écris un nouveau sur ma page, il a beaucoup plu à notre chère Patounette)

  • Bravo pour ce texte magnifique!

    Marie, je mets les voiles pour quelques semaines et m'en vais

    glaner, j'espère, beaucoup d'éphémères dans les hautes

    montagnes du Sud, afin de découvrir moi aussi ce grand secret...

    Plein de bises à tout le monde.

    Michèle

  • Je suis venue relire ta note tant je la trouve belle.

    Entre les poèmes de Pat et Danny, tes textes, ta peinture :))))...où vais je trouver la place d'encadrer tout ça ???

    Un jour, il faudrait faire une rencontre expo des blogs.
    Un jour...

  • A Naïk
    Je suis heureuse de te lire sur les blogs, et plus particulièrement aujourd'hui.
    La paix revenue en ton âme...c'est une belle phrase que je me sens de prononcer certains jours. Pas tous les jours.

    J'ai lu ton commentaire sur le pardon. Il m'a interpellée. J'aimerai pouvoir communiquer avec toi Naïk, en dehors des blogs, si tu le veux bien.

    Je t'embrasse bien fort

  • bien sûr patricia,
    quand tu veux, tu as mon adresse
    sur ton blog!
    merci à tous de ce que vous faites
    passer de l 'un à l 'autre.
    je t 'embrasse patricia, et merci à Marie
    des belles chosesqu'elle nous donne naik

  • Cela fait longtemps que je n'étais pas venue te voir et je lis un texte magnifique... Merci !

  • Ah Zoridae quel plaisir de te savoir ici, et de ta part de peintre des mots ce merci me va droit au coeur :)

    C'est aussi parce que je lis (ou lie) des personnes comme Bameyer ou toi que je parviens à me lâcher-prise :)

    Alors merci à toi et aux autres :)

Les commentaires sont fermés.