UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et si un code m'était conté ...


Découvrez Earth Trybe!


Reconnaître les éléments

un.ledilatéeildevientdel’empathie,la,d’être,,ledelaaspirons,
unNousamourfruitl’harmoniepuissantNousdésirsetinfinietsion
laduniveaumondeonenalorsaussila.àunlaverDansinconditionnel
sommespourtoutcepartagenous,carildufruitsommesdenotrecréationdont
n’avonspouvoirnouslefruitbonheur,denos.und’uneNousdeconscienceamour
ressentirsommesnouveaunaturelAtteindrepeursdenosl’espacedésirsnouscar
ilsdemandercoulesontlesforcedenotremémoireréalitéfuture.Siànostoutdésirs
existencel’immensetristessedetoutesintimementnosetàlesquijoieavecentoure
amouralorsnouss’agitfleuvelal’immensede.couchantavonsetconsciencesommes
exactementcetempsquenousavonsdésiréêtre,ildevientimportantdepossédionslevant
gratitudel’acceptermondesinousàlasourcebeautéetàcontemplationpartageetpourprendre
deressentipouvoirqu’estfiertélenotrenousexprimerd’êtreresponsabledeparvenons
l’émerveillementnotredessein.un,ledansleet,nousS’ouvrirrienàquenousnedéjà:
lagrainesdusérénité,ladusommes,du,l’émotionenladu.

Commentaires

  • Je comprends ton idée Marie, du moins l'expression de ton camouflage, c'est la petite guerre. Il faut que j’accepte ces moments où la joie me déserte, quand l’anémie de mon âme s’invite dans mes récréations, c’est une grande sensibilité que celui qui sache jouer encore avec son enfance. Mes mots seront toujours orphelins de quelques virgules, de points d’exclamations et d’accents graves pour traduire la sérénité du bonheur. Pourtant je n’aurais jamais l’énergie nécessaire à la palpation de mon fumier, ce fumier ombre de ma lumière. Tandis qu’il faut oser me reconnaître vide parce que capable de créer, me restaurer. Je ne serais jamais assez économe de mes mots pour exiger le bonheur alors qu’il est la cause première de mes malheurs. Il me semble que le bonheur comprend également le malheur, sinon comment pourrions nous le reconnaître ? Alors s’il faut passer par le chinois, j’accepte volontiers cette totalité indivisible. Ma chère petiote, la tristesse parfois nous fait violence, mais finalement c’est bien elle qui nous bouste …

    Je t’embrasse chère insoumise …

Les commentaires sont fermés.