UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La lumière de l'espace


Découvrez Michel Jonasz!


Faire des espaces pour laisser passer la lumière

Nous sommes un. Dans le ressenti d’une existence dilatée il devient alors naturel de ressentir intimement l’empathie, la gratitude, l’immense fierté d’être, l’émerveillement, le pouvoir de la contemplation, un amour puissant et infini et si on partage la tristesse du monde on en partage aussi la joie.
S’ouvrir à un amour inconditionnel pour tout ce qui nous entoure, car il s’agit du fruit de notre création dont nous sommes le fruit, fruit de nos désirs.
Atteindre un niveau de conscience nouveau de nos désirs car ils sont les graines de notre réalité future.
Si nous parvenons à laver nos désirs de toutes nos peurs et à les exprimer avec amour alors nous sommes la source de bonheur.
Nous avons et sommes exactement ce que nous avons désiré être, il devient important de l’accepter si nous aspirons à la sérénité et à l’harmonie et pour prendre conscience de l’immense pouvoir qu’est le notre d’être responsable de notre dessein.
Nous sommes un, le tout dans le temps et l’espace, nous n’avons rien à demander que nous ne possédions déjà : la force du fleuve, la beauté du couchant, l’émotion du levant, en nous coule la mémoire du monde.

justmarieD
Barcelone, 19 août 2008

Commentaires

  • Certes mon amie, notre espérance doit reposer dans la transparence d'une nudité parfaite, sur la sincérité aussi claire et pure d’une eau de roche, mais en acceptant généreusement le fait de mourir à tous nos désirs, ce n’est qu’à cette condition fondamentale que notre foi pourra fluidifier notre raison en l’amour de l’autre.

    Pat …***

  • Cher Pat, moi qui redécouvre depuis quelques semaines le pouvoir du désir, veux-tu bien éclairer pour moi ton "mourir à tous nos désirs" ? N'est-ce pas le désir, le rêve, le jeu qui donnent ses couleurs à la vie ?

    En ce qui concerne ce petit jeu qui a déstabilisé Naïk, j'ajouterai une question : êtes-vous prêts à penser que je suis partie d'un "seau de lettres" piochées au hasard ?

  • Le ou les désirs sont porteurs d'égalité, or l'égalité et un antinomisme à la liberté, les désirs sont contraires à la liberté sans laquelle la foi est vaine. Là encore le désir s’inscrit dans la nostalgie, une forme de conquête, une lutte passionnelle d’appropriation, j’oserai dire qu’il ne manque rien à celui qui n’a rien !

    Oui et non pour ta question, je pense que tu as saisi un par un tous les étages de ta tour de Babel, et que tu essaie de trouver un langage nouveau pour trouver Dieu et toi par la même occasion.

    Pat ...***

  • J'entends par désir tout sauf l'envie ou l'exigence attentiste. J'entends par désir l'expression de notre pensée pure et vraie à notre coeur, dans une liberté absolue. Une liberté de croire seulement à ce qui nous convient, loin des diktats d'une société de masse et de sa nécessaire organisation. Si nous nous interrogeons longuement sur nos désirs justes je doute fort que l'écran plat et le four à micro-ondes en fasse partie !

    J'ajouterai également que nous n'avons rien à demander que nous ne possédions déjà, nous ne pouvons que remercier non ? (merci à Kiki si elle nous lit)

    Quant à ma tour de babel, tu sais si bien dire haut ce que je pense :)

  • marie, pour répondre a la question que tu m 'as posée:ma forme d 'eprit, de reflexion, de m 'exprimer est totalement différente de toi et pat! normal que je ne vous suive pas! je redis chacun est fait selon le dessein que Dieu(et je n 'emploie pas le maître du jardin)a choisi pour chacun de nous!tout en étant différents nous
    ne faison qu'un dans
    Dieu!mais je crois que nous devons nous exprimer chacun selon ce dessein et ne pas se croire obligé d'être d' accord ou de suivre les autres desseins, on serait bancals!
    oui nous pouvons remercier d 'être ce que nous sommes

    bises naik

  • Dans le mot désir, la désirance, existe déjà la convoitise, or ici la convoitise n'est qu'un des rouages du mécanisme d'égalité au bonheur dans la parfaitude de la liberté tronquée, la question est : sommes nous véritablement libre dans un monde comme le notre, fait de droit et de suffrage universel où la réalité d'un pauvre, d'un mafieux, d'un athée vaut bien celle d’un croyant, d'un milliardaire ! Notre foi est elle liée aux mécanismes des marchés de la finance mondiale au point d’avoir du désir ? Rend à César ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu ! La foi étant un don, il faut donc s'intérroger ! rien ne nous appartient, on arrive à poil, et l'on repart à poil ...

    Qu’entends tu par tu sais si bien dire haut ce que je pense....

    Pat ...*** …

  • Je n'arrive qu'à survoler le fond, quant à la forme, je suis complètement larguée, j'ai rien compris aux premières étapes, tu fais peuuur des fois, je sais pas si je vais oser venir t'aborder moi ! :-D
    (Pourtant d'habitude j'aime assez codes et enigmes, mais là euh.....)

  • Pat je pense que nous ne sommes pas d'accord sur le mot alors que sur le fond ... il n'ya aucune convoitise à mon sens dans le désir que je ressens, pouvons-nous réèllement nous contenter de vivre en remerciant d'être ce que nous sommes alors que nous pouvons, si nous le désirons peindre la vie de mille couleurs et découvrir alors une richesse jusqu'alors insoupçonnée qui s'appelle liberté ! Et on n'arrive à poil, on repart à poil dans la vision matérielle des choses, l'esprit lui même nu (surtout nu) connaît la richesse infinie de l'amour.

    Naîk : je ne souhaite en aucun cas énoncer des vérités mais vous livrer un peu de mon parcours, le choix de la forme (Céline) est un jeu histoire de vous inviter à vous poser la question de la fin et du début ..
    IRL je suis parfaitement abordable comme fille :))

  • oui marie après relecture de ton dernier billet,je nuancerais mes paroles!et je suis même assez d 'accord sur la fin de ce dernier )))))
    on lit( les premiers, les autres etc... et on a peur) on se trouve complètement naze de rien comprendre!!! je n 'avais qu' à attendre le dernier
    pour être moins naze)))
    bonne fin de journée

  • Nous causons la même chose Marie, sauf que j'accorde plus d'importance à ce mot " Désir " je lui redéfini sa forme matérielle, théologique du moment, mais pour le fond nous sommes parfaitement d'accords. Je n'ai jamais eu de grand rapport avec le désir, ni même l'argent, j'ai su très tôt dans la réalité de la vie, l'absurdité de l'existence, ayant eu à diverses reprise dans mon enfance dû faire fasse à la mort ...

    Je t'embrasse ....

    Pat ....***

  • Merci Naïk, vois-tu il faut aussi de la confiance pour se prêter à ce genre d'exercice, non pas sur la compréhension du message mais pour les réactions qu'il provoque :) ; nous avons tous des niveaux de compréhension, de décodage différents, le premier message contenait tout le dernier, il aura fallu l'organiser en éléments, eux-mêmes organisés et enfin séparés dans la forme pour être "lisible" dans nos conventions actuelles.

    Qaunt à la question qui est du début ou de la fin ? c'est parce que je suis partie de la fin que j'ai pu vous donner ce début mystérieux. Combien de tirages de seaux de lettres différents et combien de temps aurait-il fallu pour retomber sur ce texte en se fiant au seul hasard ?

    Maintenant il est possible que d'autres textes soient contenus dans ce "seau de lettres" là, j'avoue je n'ai pas cherché, je connaissais la fin :)

  • bon alors moi je débarque, je suis un peu perdue en lisant tous ces mots, je retiens pourtant le mot "désir", et voilà, en ce jour, le 14 septembre, il y a quatorze ans, mon fils naissait, j'avais un désir dans la vie, avoir un enfant, un petit garçon...
    désolée si je suis à côté de la plaque, sans doute les "contractions" qui me sont revenues ... je vais me poser et relire tous ces mots au calme...

  • Coucou Laurence !

    Non tu n'es pas à côté de la plaque puisqu'o en est venu à parler de désir ! Le désir de la mère est justement un de ces désirs qui sont d'abord rêves un peu fou puis battements de coeur puis grossesse puis enfant puis Petit Prince ! Un très joyeux anniversaire à Maxime, et bien des biz !

  • Wahou c'est trop cérébral pour moi. bonne nuit les petits!!! je ne pourrais jamais avoir une discussion aussi "haute"avec vous, je suis tout en bas de l'echelle et a peur du vide.
    bises marie

  • Là encore, Marie tu es dans l’erreur, le désir d’enfant c’est la convoitise inconsciente de l’enfant de l’autre. La femme capable d’enfanter vit dans l’espérance d’enfant, le désir la convoitise est une inadéquation de l’espérance qui elle englobe tout « je veux tout », tu ne peux désirer ce qui ne t’appartient pas. L’espérance d’enfant, c’est la liberté universelle de cette capacité d’enfanter, c’est dire aussi que les enfants nous vous appartiennent pas comme le dit si fort le chrétien maronite qui se trouve sur la colonne gauche de ton blog, ils sont les enfants de la vie à la vie …

    Bise ma chère insoumise & Laurence, Maxime …

    Pat …**

  • Non Pat je ne peux pas te laisser dire ça, le désir d'enfant n'a rien à voir avec la convoitise de l'enfant de l'autre comme tu le dis on n'a pas un enfant on est une mère ou un père et une nouvelle fois je ne parle pas de possession mais de don, désirer un enfant c'est sentir en soi sa capacité à aimer, c'est s'aimer soi-même suffisamment pour se dire qu'on est capable du don d'amour, l'amour qui nait de la fusion de deux êtres rejailli sur l'enfant car les coeurs des parents en débordent ... dans l'ordre des choses ...

  • Il ne suffit pas d'inventer un enfant pour se savoir aimant, connaitre la valeur intrinsèque du verbe aimer, l'amour lui " Il " est là depuis l'origine, et nous le dévisageons chaque fois que nous avons la prétention de nous aimer nous même. L'amour qui n'est en aucun cas une sexualité d'opposition est un don, l'acte sexuel qui consiste à procréer est un des nombreux mécanisme à la naissance d'un enfant ...

    Pat ...***

  • Mon Pat a aucun moment je n'ai dit qu'il suffisait de devenir parent pour se savoir aimant. Ni avant, ni après, il y a bien des exemples qui montrent le contraire, j'ai seulement dit que de l'amour entre deux êtres pouvait naître une envie de donner tout cet amour nouveau et pourquoi pas à un enfant. Prétention de s'aimer soi-même ? comment trouver l'amour extérieur si nous ne le ressentons pas de l'intérieur ? Il est en nous et un jour nous le découvrons. Ce jour là est lumière.

    Donner la vie à un enfant ne relève pas de nous je le sais bien, nous ne sommes que les berceaux puis les guides, à aucun moment les parents n'ont la prétention de maîtriser, ils n'ont que des responsabilités. La première étant de nourrir d'amour, ce faisant pas besoin d'opposition de sexes pour cela ...

  • Mais, mais (forme adversative j’en conviens) c’est tous les jours que les enfants sont tués, soit sur les champs de guerres, dans les madrasas, ceux qui sont obligés de cuire la sciure dans la boue formant un pain pour leur donner le goût de la farine, ceux que l’on empêche de vivre par l’esclavage. L’amour est inné, et il englobe tous les lieux, tous les temps comme le disait si bien Thérèse, et au nom de la prétention d’égalité l’on tue chaque fois nos gosses ? Pour être père et mère, il faut adopter ses enfants, ce n’est qu’à ce principe majeur et fondamental que l’on devient véritablement parent. Si un jour nous devons rendre des comptes, alors ce sera au titre de l’amour, l’amour que nous aurons eu pour le bien donner, offert gratuitement, mais également au titre de l’amour que nous aurons eu à causer du tort, du mal, de la souffrance donner, et offerte gratuitement. L’amour de l’homme qui n’est pas encore l’amour définitif en Dieu est une échelle qui contient tous les degrés de la conscience universelle, à nous de savoir ce que l’on veut bien en faire…

    Pat …***

  • j 'espère cette fois-ci ne pas tomber à côté...mais je crois qd même que c 'est à côté mais j 'ai envie de le dir:Khalil gibran , das le Prophète dit à la fin de son chapitre sur les enfants;vousêtes des arcs par qui vos enfants, comme des flèches vuvantes sont projetée.
    l ' Aecher voit le but sur le chemin de l 'infini, et Il vous tend de Sa puissance pour que Ses fleches puissent voler vite et loin.
    Que votre tension par la main de L'Archer soit pour la joie.
    Car de même quIl aime la flèche qui vole, Il aime l arc qui est stable.

    oui je sais c'est loin du sujet donner la vie à un enfant, mais ça le cotoie: c 'est mener l 'enfant
    à réussir sa vie!

    naik

  • La page de Marie s'est chargée et qu'est ce que je vois ? Des mots accolés. J’ai pensé que c’était la mise en page qui débloquait. Je ferme, je rouvre, toujours pareil…Il faut dire que nous avons eu un problème de TGV hier et que nous sommes rentrés à 3h du mat. Je marche au ralenti.
    Ensuite je survole les commentaires…Je n’ai rien compris. Donc je vais revenir dans l’après midi. Je comprendrais peut être un peu mieux.

  • Désir, convoitise...vous pourriez écrire des phrases et des phrases et au fil de vos échanges, vous apercevoir d'un petit élément oublié qui peut modifier vos pensées du départ. Je vous lis et mes propres pensées affluent. Je ne saurai encore les exprimer pour le moment.
    Mais je sais que l'essentiel est d'aimer, de vouloir le bien, de faire de son mieux pour donner le bien, de se sentir en paix et en harmonie avec soi même et avec les autres.
    Que l'on ait la foi, que l'on ne l'ait pas.
    Bisous les amis !

  • Moi je passe, je lis et je vous dit "bonsoir" ne me sentant pas en capacité d'entrer dans vos commentaires.

    Ah, si, quand même un mot a retenue mon attention : empathie, celui là je l'aime ; ou plutôt j'aime ce qu'il signifie.

Les commentaires sont fermés.