UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

3 décembre

3 décembre, journée internationale du handicap, je vous invite à lire l'article de playmobil J à ce sujet :

Chez les playmo et peut-être répondre à sa question : peut-on rester digne quand on est un playmobil, puisque le thème de cette journée était dignité et justice pour tous.

A l'heure où la flicaille se la joue gros bras dans les collèges de France je me dis que la question pourrait être "peut-on rester digne et où est la justice, pour tous" en France aujourd'hui ? A ce train là je crains le pire et je ne suis pas la seule :
podcast

Peut-on rester digne pendant et à la fin de notre vie ? Hé oui c'est dans cette actualité chargée que Monsieur Leonetti a remis son rapport concernant l'euthanasie, pas question de légaliser l'euthanasie, nous allons donc poursuivre nos macabres pratiques à savoir le "laisser mourir" qui consiste à cesser d'alimenter et hydrater une personne qui ne peut plus le faire de façon volontaire, la mort ne doit certes pas être longue à venir sur un corps fragilisé, enfin pas trop long ... il y a des minutes qui valent des siècles je pense. Vous pouvez voir une interview de mon ami Francis (souvenez-vous Don Quichotte de Compostelle) sur France 3, je reçois ce lien de Francis qui conclue par ces mots : sincères condoléances à mes amis français.

http://jt.france3.fr/player/1213/index-fr.php?jt=20081202&timeStamp=684

 

 

 

Alors, selon vous, en France dignité et justice sont-elles d'actualité pour les personnes handicapées ? pour tous ?

 

Moi j'ai comme un doute.

 

 

Bon le 3 décembre c'est aussi l'anniversaire de mon arrivée dans l'équipe d'Handicap.fr, un an déjà ! Le jour de la journée internationale du handicap, ça ne s'invente pas :).

 

Je remercie toute l'équipe pour le travail partagé, l'ambiance chaleureuse et joyeuse, l'humour jamais bien loin, les journées, les soirées, les voyages, les défis, les victoires, les délires, ce bout de chemin que nous partageons et que j'espère avoir la chance et le bonheur de poursuivre encore un peu, dans la dignité et la justice bien sûr !

Commentaires

  • Franchement, là comme ça, je ne sais pas Marie, si, en France dignité et justice sont d'actualité pour les personnes handicapées.
    Je te souhaite un bon anniversaire, à partager avec tes collègues et amis de Handicap.fr.

  • Moi aussi j'ai un doute...Et comme tu dis "pour tous", je pense immédiatement aux sans abris, aux rmistes en fin de droit, à toute cette population de Français grandissante pour qui, dignité et justice, ne signifie plus rien.
    Et à toutes ces personnes handicapées qui non seulement ont un revenu misérable mais qui n'ont pas le "luxe" de vivre dans des conditions normales adaptées à leur handicap.

  • Merci Marie pour ce sujet.

    Non, la justice n'existe pas en France, elle existe seulement pour ceux qui le méritent : "les avocats, les médecins, etc". En bref, les riches.

    Exemple, nos jeunes d'aujourd'hui n'ont plus aucune notion de l'argent, là où il faut qu'ils se construisent dans les seules compétences du plus forts (notes), alors pour le reste de la jeunesse, c'est les portables, la société de consommation où aucune limite ne leur est donnée.

    Mon fils par exemple assez jeune à l'époque a écopé d'amendes très fortes parce qu'il trainait sans travail avec une bande sans travail, alors comme ils s'ennuyaient, l'un deux a du faire briser un carreau d'HLM (il était fort : identification).

    Puis la société d'HLM s'est portée partie civile, résultat non seulement amende pour l'Etat et tout bénéf. pour l'HLM qui réclame aussi son préjudice, pensant que ces jeunes comprendront.

    Déjà, aucun jeune ne peut comprendre puisqu'ils n'ont rien. La punition aurait du être de refaire par exemple l'entretien de l'HLM pendant plusieurs jours et leur apprendre le respect.

    Mais mieux vaut enrichir l'Etat qui en soit ne fait rien, mais met des gendarmes partout pour de la répression au lieu de la prévention.

    Quant à nous, personnes privées en situation de handicap ou non, nous n'avons pas de mots à dire contre la puissance du pouvoir, si nous devons des impôts et qu'à la fin de l'année, il ne nous reste pas grand chose, pas de problème pour l'Etat, on sera sa cible, mais si l'Etat commet une faute, il ne présentera jamais ni excuses, et d'ailleurs, il ne nous doit rien, ni dignité, ni reconnaissance de nos droits.

    Le sens de la justice ne peut pas être compris dans la répression mais par l'accompagnement dont le mot pour l'Etat est complètement négligé, puisqu'il punit, il harcèle, il ne permet à pas grand monde de s'en sortir de nos jours, il passe son temps à culpabiliser son propre peuple qu'il juge constamment mauvais, dit "handicapés ou non".

    La justice au demeurant n'est donc qu'une illusion, peine perdue, elle se traduit toujours par les juges, les avocats, les "flics" qui guettent la moindre petite erreur au lieu de passer par des étapes de conciliation, on attend que le mal s'envemine, s'empire car il n'y a rien entre.

    C'est pourquoi on se demande bien aujourd'hui si l'on a même le droit d'avoir un poil sur le nez...

  • Crépuscule, juste avant que je n'ailles chez mon spécialiste, eh ! oui c'est le jour, un fois le mois, je sais ton combat pour l'enfance, ça me rassure qu'il existe encore des gens digne du droit d'aimer dans cette France, et je le dis avec autant de force et de conviction que l'on m'a privé de la mienne, et quand j'entends cette Garde des Sceaux dont le sport national et de mettre les gens en prison pour X raison et quand du même coup je réalise que l'on veut mettre en prison des enfants de 12 ans, alors le mien, mon coeur d'enfant en prend un sacré coup, je suggère dès lors que l'on place en garde vue tous les échantillons de spermatosoïdes congelés et pourquoi pas eutanasier l'homme carrément ainsi peut être enlèverons nous toutes les tarres de la socièté française ! de 1939 à 1940 nous avions les mêmes droitistes, les bras jusqu'au pénis sur la couture du pantalon de la honte au garde à vous et des nons moins gauchistes en faire autant ... par contre Marie, je suis contre toute forme d'eutanasie, mais plutôt que les soins palliatifs soient aidés au maximun et je suis d'autant moins géné de le dire que j'ai assisté mon père nourricier dans ses derniers moments en 2005, allez je m'en vais car j'ai une tendance à l'exaspération qui me vient de très loin, je suis un être de vie et non pas de mort, je sais un jour je m'universaliserais et je deni à quiconque de m'y précipiter avant l'heure et pourtant j'aurais bien des raisons de vouloir partir.

    Pat ..***

  • je précise de 1939 à 1945, en suite leurs petits enfants etc...

  • OUF!! quel sujet délicat. moi je ne pense pas qu'il y est de la dignite et de la justrice pour un b on nombre de gens normals mais encore moins pour les personnes handicapées, j'aime pas ce mot, il m'enerve!!! en ce jour où l'on parle de tenethon comme tous les ans à la même periode où est la dignité et la justice pour toutes ces personnes enfants adultes qui souffrent!!! et là je vais peutêtre être mecahnte mais realiste malheuresement c'est toujours pour les m^mes et les autres bon sang de bonsoir comme dirait pat!!! ils existent aussi souffrent aussi, bisous marie jtmbcp et pense à toi

  • Euh pur l'ambiance chaleureuse, je plaide non coupable!
    Bon je retourne me taper la caboche contre les murs...

  • T'as raison Cheese pour toi j'aurais du dire torride :)))

    Je t'envoie une bise sur ta caboche et rappelle toi c'est beau, c'est B... tu crois qu'il y a un jeu de mot avec c'est moche ? C'est moche !

  • Merci pour le lien. (playmobil, quel terme... l'humour c'est beaucoup de dignité, je trouve)

  • cette journée-là... mais c'est tous les jours qu'elle devrait avoir lieu...

    bon anniversaire avec cette super équipe d'handica.fr !

Les commentaires sont fermés.