UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Im-mobilité

«Il suivait son idée, c'était une idée fixe et il était surpris de ne pas avancer.» Jacques Prévert

Commentaires

  • Le grand Jacques Prévert et son frère Pierre, enfant j'étais très influencé par Jacques Prévert " Les feuilles mortes " notamment les deux récitations que je chantonnais sans cesse :

    A l'enterrement d'une feuille morte
    Deux escargots s'en vont
    Ils ont la coquille noire
    Du crêpe autour des cornes
    Ils s'en vont dans le soir
    Un très beau soir d'automne
    Hélas quand ils arrivent
    C'est déjà le printemps
    Les feuilles qui étaient mortes
    Sont toutes ressuscitées
    Et les deux escargots
    Sont très désappointés
    Mais voilà le soleil
    Le soleil qui leur dit
    Prenez prenez la peine
    La peine de vous asseoir
    Prenez un verre de bière
    Si le cœur vous en dit
    Prenez si ça vous plaît
    L'autocar pour Paris
    Il partira ce soir
    Vous verrez du pays
    Mais ne prenez pas le deuil
    C'est moi qui vous le dis
    Ca noircit le blanc de l'œil
    Et puis ça enlaidit
    Les histoires de cercueils
    C'est triste et pas joli
    Reprenez vos couleurs
    Les couleurs de la vie
    Alors toutes les bêtes
    Les arbres et les plantes
    Se mettent à chanter
    A chanter à tue-tête
    La vraie chanson vivante
    La chanson de l'été
    Et tout le monde de boire
    Tout le monde de trinquer
    C'est un très joli soir
    Un joli soir d'été
    Et les deux escargots
    S'en retournent chez eux
    Ils s'en vont très émus
    Ils s'en vont très heureux
    Comme ils ont beaucoup bu
    Ils titubent un p'tit peu
    Mais là-haut dans le ciel
    La lune veille sur eux.


    Page d'écriture

    Deux et deux quatre
    quatre et quatre huit
    huit et huit font seize...
    Répétez ! dit le maître
    Deux et deux quatre
    quatre et quatre huit
    huit et huit font seize.
    Mais voilà l'oiseau-lyre
    qui passe dans le ciel
    l'enfant le voit
    l'enfant l'entend
    l'enfant l'appelle :
    Sauve-moi
    joue avec moi
    oiseau !
    Alors l'oiseau descend
    et joue avec l'enfant
    Deux et deux quatre...
    Répétez ! dit le maître
    et l'enfant joue
    l'oiseau joue avec lui...
    quatre et quatre huit
    huit et huit font seize
    et seize et seize qu'est-ce qu'ils font ?
    Ils ne font rien seize et seize
    et surtout pas trente-deux
    de toute façon
    et ils s'en vont.
    Et l'enfant a caché l'oiseau
    dans son pupitre
    et tous les enfants
    entendent sa chanson
    et tous les enfants
    entendent la musique
    et huit et huit à leur tour s'en vont
    et quatre et quatre et deux et deux
    à leur tour fichent le camp
    et un et un ne font ni une ni deux
    un à un s'en vont également.
    Et l'oiseau-lyre joue
    et l'enfant chante
    et le professeur crie :
    Quand vous aurez fini de faire le pitre !
    Mais tous les autres enfants
    écoutent la musique
    et les murs de la classe
    s'écroulent tranquillement.
    Et les vitres redeviennent sable
    l'encre redevient eau
    les pupitres redeviennent arbres
    la craie redevient falaise
    le porte-plume redevient oiseau.

    Bises ...

    Pat ♫♫♫♥♥♥

Les commentaires sont fermés.