UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Chemins

Voilà des jours et des lunes que je pense à écrire, je pense, je pense et ça ne dépasse pas le stade des pensées, comme une barrière au passage à l'acte.

Un brin de cafard, une brindille de flemme, une branche de sommeil en retard et tout un arbre d'occupations toutes aussi concrètes (ou pas) que variées !!!

Cet hiver qui dure est le nid douillet d'un introspection profonde ? d'une germination prometteuse ? Peut-être aussi même si je me fais plutôt l'effet d'hiberner ! Il se passe des choses mais j'exteriorise peu par pudeur ou par raison ou parce que pour le moment j'ai bien du mal à y voir clair ... ouh la la ce message est aussi fouilli que mes pensées :)))


Voyons quel titre ai-je choisi ? Chemins ...


Ah oui, chemins ... nos chemins, le mien qui est maintenant allégé de bien des fardeaux, un petit sentier de campagne, plein de fleurs des champs, de parfums de sous-bois, un chemin plein d'amis en farandole qui tracent chacun leur sillon. Nos chemins tressés chassent les solitudes, consolent les chagrins, guident les coeurs et les corps, dessinant une voie élargie.


Mais chacun reste maître de son chemin et doit apprendre le respect. Où commence et surtout où s'arrête l'effet guide de nos chemins tressés ? La liberté de pensées se doit-elle d'être absolue, quand on a l'illusion d'être seul c'est plus facile de répondre par l'affirmative mais quand on a tressé des chemins de vie bien serrés avec un conjoint, des enfants, sa famille qu'en est-il de cette liberté ?

Et quand les traversières comportent à nos yeux des obstacles qu'on n'a pas envie d'affronter que fait-on de la jolie tresse ?

 

Chemins ...


free music

 

http://www.deezer.com/listen-552655

 

chemins.jpg

Commentaires

  • Hiberne, hiberne, petite Marmotte. Quand tu te réveilleras, tu nous diras que l'hiver est fini !

  • Très sensible cheminement de la pensée presque au sortir de l'hiver !
    L'esprit est libre, mais comme votre arbre, il a de multiples ramifications.
    Mais n'est ce pas cela la liberté, de vivre les contraintes que l'on a choisies ou pas, en se laissant un peu porter par le vent qui agite les branches en décidant au fur et à mesure vers laquelle on va décider d'aller.
    Vers les jeunes pousses du printemps porteuses de vie et d'espoir....

  • Être chemin et se savoir chemin, puisse le marcheur trouver la résonance du pas qui libère, l'enraciné est-il plus libre que le déraciné et l'intuition qui réside dans la marche apprend au marcheur de vivre en harmonie avec la mobilité de sa semelle. La liberté de marcher est intuitive, elle permet d'être en unité avec toutes les conjugaisons, toutes les formes, tous les modèles sans lesquels il est possible de vivre la simplicité. Je connais ces moments de lassitude, d'égarement et où le mot vivre s'il a encore un sens m'est si difficile à porter, cette impression que la largeur du chemin est immense, qu'elle immole mes pieds affaiblis et ma marche est comme anémique, empoisonnée par le poids rigide du doute. Chaque déraison me permet de gouter pleinement la sérénité de l'effort et si je suis encore bien éloigné de la conscience historique du départ, mon chemin est pour moi comme une nourriture qu'il convient que je partage avec tous les égarés. En vérité à rechercher notre agrément personnel, nous oublions que nos chemins ne sont en fait qu'un seul et même chemin pour une unique destination qui est celle de mourir, mourir à soi même déjà.

    Porte toi bien ma pettiote ...

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • chemins....
    oui notre chemin,il tantôt rude ;tantôt plein de soleil , .de fleurs ,agréable a parcourir ; puis vient le long du parcours,
    des pentes ,des precipices...tous nous passons sur ce chemin qui est le notre!j 'aime à penser aux petiers sentiers qui debouchent dessus,amenant, l 'amitié,la difficulté .duchoix, ou celui d 'amour..tous ces petits sentiers ..qui m "apportent tellement!!!
    tu parles aussi de tresse bien serrée, il reste toujours la possibilité d'y ajouter une fleur ou un ruban.
    pour en revenir au chemin: les petits sentiers qui ouvrent sur notre chemin et s'y inserrent, forment aussi une tresse.
    ta note laisse une impression de douceur, de reflexion calme .je vais essayer de suivre ton chemin
    je t 'embrasse naik

  • Sortant de ma salle de bain à l'instant, je pensais les promenades sans pas ne mènent nul part, ne tracent ni chemin, ni rêve, mais comment construire des chemins d'ambitions quand les pas de l'homme ne sont que provisoires ! Sans doute nous faut-il abolir le temps matériel dans ces moments où la créativité nous déserte. Il existe des gens qui refusent de marcher, il faut s'interroger ….il existe même des ânes qui refusent d'avancer. Le drame est que dans la grande privation des hommes nous ne pouvons malgré nos sensibilité faire le choix, la recherche en toute sérénité du chemin idéal et toutes nos intuitions s'en trouvent altérées, nos privations nous dévorent, par ailleurs le sans abris y trouve un refuge, ne dit-on pas : il est retourné à la rue ! finalement le chemin n'est illusoire à défaut de n'être qu'une illusion et pourtant il faut avancer, marcher !

    Je t'embraze ma chère insoumise et bon dimanche ...

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • Les liens tressés ne sont que les traces de choix précédents, ils n'entravent pas notre liberté, ils en sont la manifestation.
    A nous, parfois de les ré-estimer... à l'aune de nos intentions, de nos résultats et de nos choix.

    OC à la bourre mais en pleine procrastination

  • il est des chemins tortueux, d'autres plus doux, nous sommes tous sur nos chemins de vie avec des rencontres, des cailloux parfois, des fleurs aussi, sur mon chemin Marie, tu es l'une des plus jolies fleurs que j'ai rencontré et qui enchante mon chemin...

    j'aime ta nouvelle photo, ..hibernes encore, reposes toi, le printemps est bientôt là.. enfin presque, et tu pourras faire fleurir tes jolis mots.

    Je t'embrasse très fort, je pense à toi...
    Laurence

  • Mon chemin me plaît bien, les pas sont parfois plus pesants, les marches hautes, mon interrogation est bien celle de la conjugaison des chemins, on a beau faire, on a beau dire j'ai sans doute semé hier les réalités de cet instant mais je ne suis pas le seul semeur ni, en l'occurence le seul promeneur et les voies des promeneurs jusque là conjugués ont tendance à faire des détours déjà visités ou pas attirants alors quoi ? on divise ? on attend que le brin qui s'éloigne revienne ? oui c'est certainement ça que j'appelle le respect ... mais ce n'est pas toujours facile d'être spectateur, bon Ok on va tresser des autoroutes avec voies secondaires libres ;)

  • oh non pas d'autoroutes, plutôt des chemins de traverse.. que ta nuit soit douce jolie Marie

  • J'entends cette expression : suivre son petit bonhomme de chemin ! Mais quand le chemin est déjà semé d'embuches nous avons le devoir de nous mettre en sécurité, non pas de couper à travers les champs, ce qui serait prendre la fuite, non pas mobiliser la largeur du chemin, ce qui serait une situation de monopole, non pas de trainer les pieds, ce qui serait imposer l'immobilisme, mais l'obligation morale d'avancer. Le chemin le plus court est le chemin intérieur, le contact humain, réapprendre sans cesse à se reconnaître dans l'autre, se conjuguer dans les mêmes erreurs, les faire siennes, c'est me semble t-il ce que l'on nomme l'adoption, adopter un chemin cela ne serait pas si mal non ? On adopte bien une ligne de vie tout simplement parce qu'elle appartient à un autre ! Se sentir meilleur chaque jour, chaque seconde est l'un des actes les plus compliqués dans la vie d'un être humain et être sur le bon chemin, nous pouvons le faire à la seule condition d'épouser par l'abnégation toutes les conditions, les plus terrifiantes comme les plus apaissantes, je dis depuis mon enfance : je maitrise, faut croire que ça marche !

    Je t'embraze ma chère petiote ....

    Pat ♫♫♫♥♥♥

  • cette note et tous ces commentaires font refléchir!ce qui m ' paru le plus important c 'est ce que tu dis , marie, le" respect".l 'écoute de l 'autre,
    s"asseoir dans l 'herbe au bord du chemin
    regarder, ecouter l 'autre,dans un moment de paix...
    je t 'embrasse naik

Les commentaires sont fermés.