UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Des livres Moi !

    Quelques livres de répit ont égayé mon été. Certains que je lis petit à petit pas, comme le pavé d'Irvin Yalom "Thérapie existentielle" qu'il est nécessaire de distiller tranquillement pour en tirer l'essence, cet autre que j'ai consommé "le jeu de l'ange" de Zafon qui m'a évadée à nouveau jusque dans la vieille Barcelone ensorcelante et puis, et puis le deuxième livre de Maxine. C'est fait, ma grande Fantastic à commis son deuxième livre "Osmose".

    Quel bonheur de trouver dans ses lignes l'écho de mes pensées, mais pas comme on recrache une leçon trop bien apprise,non, des pensées faites siennes, approfondies sous son regard lucide, observées avec son propre angle de vue et puis surtout, surtout, données avec ses mots, simples, doux, impitoyablement forts et percutants.Pas de sujet tabou, de l'abandon à la mort en traversant des vies d'amour, des vérités à facettes. Cette fois il faut que je cherche un éditeur, vraiment. Pour le premier mes deux tentativettes avaient échoué, là elle compte sur moi je dois y mettre toute ma volonté et c'est bien ce que je compte faire !

    Pour le moment je vais rejoindre la poésie de François Cheng dans "Le dit de Tian-Yi" ; ses poésies du "livre du vide médian" lues l'année dernière sont, depuis, toujours à portée de regard tout comme celles de l'Ode à un rossignol" de Keats.

    Depuis toujours lire m'évade et me transporte, lire délivre et vous ?

  • Le coeur dense des poupées russes

    Ils avaient tant joué que les fards s'accumulaient à leurs joues jadis rebondies. Les jeux étaient de société ou de complaisance, de culture ou d'ennui. Tant de rôles endossés, tant de chapitres appris par coeur, bravement répétés. Savaient-ils seulement encore qui ils étaient, l'avaient-ils jamais su ? Étaient-ils ?

    Invisibles sont les larmes de ceux qui ont le coeur pour visage et la vérité silencieuse pour cri.
    Bruyants de vouloir et de peurs s'agitent les oublieux du secret.

    Au creux du sillon creusé dans les masques, brille le coeur dense des poupées russes.