UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Être, là, maintenant.

Un soir après un matin, puis un matin, l'un après l'autre, être, là, simplement. Les priorités, les responsabilités, et une certaine forme de lâcher-prise.

Chaque jour vous remercier d'être là.

 

 


Commentaires

  • tous les jours c'est le premier jour ; nos bavardages, nos fous rires, nos larmes qu'elles coulent ou qu'elles ne coulent pas, nos regards complices, nos batailles, nos rayons de soleil ...
    à tous ces instants ma Marie, à tout ceux que l'on va encore inventer, vivre et regretter ...à tous ces regards humains que nous allons encore croiser, à tous ces instants et ces bouffées que nous allons respirer profondément pour les graver à jamais !!!!

  • bisous marie pense fort à toi je sais que tu es forte et que tu vas t'en sortir peu à peu le temps fera le reste prends soi de toi surtout c'est l'essentiel pour moi. et n'hésites pas tu fais quoi dimanche on fête les 16 ans de chachou si tu veux venir manger un morceau de gateau c'est volontiers??

  • bonjour marie,
    comment vas-tu depuis tout ce temps, je suis honteux de ne pas t'avoir donné de mes nouvelles. Personnellement, je viens de passer mon doctorat de philosophie, mais la question se pose "et maintenant que puis-je faire avec ce joli diplome ? Des recherches sur l'handicap, oui mais à qui s'adresser. Et toi, donnes moi plus de nouvelles. Amitiés jean edouard

  • que chaque matin Marie, vienne avec un bouquet d'amitié,et que chaque soir tu t'endormes avec devant les yeux ce bouquet.que la paix soit avec toi tout au long de ta journée.je t'embrasse. naik

  • en ce qui me concerne ,c'est moi qui te remercie ...la force de tes mots est le carburant de vie de mes jours ,mélangé à l'amour que nous partageons chaque matin devient un véritable jour de vie .
    oui c'est le premier jour du reste de nos vies ,et elles sont belles ,quoiqu'il arrive .
    ta soeur

  • A force de réclamer à corps et à cris le juste droit d'être une femme comme les autres Quelqu'un t'a un peu trop bien entendu et t'a accordé le droit si sympathique de te faire larguer!
    J'étais vraiment en rage quand tu nous en as informé. C'est vraiment le genre de chose qu'on trouve insuportable quand cela touche des personnes qu'on apprécie.
    Mais effectivement et heureusement le quotidien est souvent plus fort que tous les drames, il nous permet de continuer d'avancer et finalement nous emmène parfois sur de nouveaux rivages plus sympathiques.

  • Merci à vous toutes, Lolo, Nath, Naïk, Masoeur, vos messages et présences me portent vraiment, la marche est rude et haute, trop si je devais l'affronter seule.

    Jean-Edouard,docteur es philosophie! félicitation ! j'admire ta persévérance !

    Cleanette : :)
    je me suis bien sûr fait cette réflexion de la femme "comme les autres" ...bah là je me serais bien passée de cette preuve ... et même je me suis dit que "flûte, je ne méritais pas ça" et puis, et puis, les jours où j'arrive à relativiser un peu plus je me dis que je n'aurais pas aimé qu'il reste par obligation ou pire. Il se sent le droit de me quitter, comme d'autres hommes quittent leurs femmes, ordinaire de nos jours, malheureusement.
    Pour l'instant il y a beaucoup plus de jours Caliméro que de jours Dalaï Lama ... !

    Bisous à tous.

  • En fait je me dis que je ne réclame pas le droit d'être comme les autres, je réclame le droit d'être moi, avec des besoin vitaux d'être entourée, protégée et pas maltraitée, d'être prise en compte dans tout ce que je suis, y compris ma fragilité, je ne suis pas celle qui peut tout endurer.

  • le quotidien c'est comme le tissage un pas après l'autre, a son rythme, et au final une magnifique étoffe. Pour se réparer rien de mieux. tendresse ma Marie

  • Oui ma Brigitte, d'ailleurs l'art de repriser une étoffe porte un nom mais il m'échappe, tu dois savoir ça ?
    Merci pour la tendresse et la belle image du tissage ma Bribri

  • Dans toutes souffrances, quelles qu'elles soient, il faut se laisser le temps d'absorber sa douleur afin de se préparer à mieux vivre demain.
    Je pense à toi ma douce.

  • Marie, je pense à toi très fort et aux fantastiques... malgré ta fragilité, tu es forte, tu es toi, Marie que l'on aime tant pour ses mots, pour sa douceur, pour son sourire, ses rires, ses larmes,... pour tout ce que tu es : une femme formidable... et on va pas te lâcher, crois moi ! bisous

  • Marie, je pense bien fort à toi et à tes 4 miss. Envie de te serrer dans mes bras. Courage à toutes les 5. Grosses grosses bises.

  • Merci Zazou. Zazou ? Zaza ?

    Bisous ma Patounette, Laurence "on va pas te lâcher crois moi !"j'ai trop aimé cette phrase :)) merci,je sais que je peux compter sur vous!

  • Une marche après l'autre… Ça va aller Marie, tu vas voir. Une pensée pour tous les tiens.
    Grosses bises

  • Merci Marcus. Je transmets les bises et pensées ...

Les commentaires sont fermés.