UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

De celles

Des petites nouvelles, le froid de janvier au fond du coeur, les fêtes sont passées, Noël réunis en douceur, une piqûre de rappel du manque qui s'installe un peu plus chaque jour. Pour le réveillon du jour de l'an il manquait un convive, nous étions trois couples plus une, et la solitude m'a prise à son bord.

De nouvelles facettes me heurtent, je suis de celles qu'on quitte, de celles qui n'ont pas su, pas pu, de celles dont on n'attend plus rien, de celles qui n'auraient pas pu changer, de celles que l'on délaisse pour partir le coeur en bandoulière. Je suis de celles-là.

Je lutte pour ne pas me laisser envahir par cette mélancolie qui m'habite inexorablement, pas durablement je l'espère car ce manteau de tristesse me pique et me pèse. Les larmes trop souvent au bord des cils, compagnes aussi soudaines qu'imprévisibles, une photo, une chanson, un prénom croisés au hasard de ces jours trop longs. Un Rendez-vous chez le notaire, l'avocat et son bureau sordide, et ces paperasses par centaine qui enterrent notre histoire, le mot fin qui se profile, ils eurent beaucoup d'enfants mais ne les élevèrent pas ensemble, le prince charmant s'éloigne laissant derrière lui une femme meurtrie. FIN

Comment est-ce possible ? Qui a inventé le mariage ? Les contes de fées ? Le divorce ? Le chagrin d'amour ? J'avais oublié comme ça fait mal.
Je vis, je travaille, je m'occupe des enfants, le poisson est mort, l’auxiliaire de vie est en panne de voiture et ne viendra pas ce matin, le radiateur de ma chambre ne fonctionne plus, tu peux signer mon carnet, faut payer la cantine, pourquoi papa est parti ?

Tenir. Oui mais combien de temps avec ce bloc de glace au fond de la gorge ?

Ces derniers jours sont difficiles, je dis "courage" aux enfants. Je dis courage aux miroirs. Courage. Je suis de celles qui ont du courage, heureusement.

Commentaires

  • tu est celle qui es ELLE
    elle la femme de feu
    la femme de force
    la femme au coeur si beau

    tu es TOI
    la mère
    la tendresse
    l'ecoute
    tu es là

    oui tu es celle qui éclaire
    la flamme qui m'a permis de sortir de la nuit ou la mort de denis m'avait plongé;
    j'ai mis du temps ,oui, c'est sûr
    maies tu as "toi" et pas quelqu'un d'autre fait sortir de moi la petite pousse verte du courage,tu m'as permis de reprendre doucement en cahotant mon chemin.

    tu es celle qui donne, et je voudrais te donner.... mais on ne se connait pas!!!!je t'embrasse. naik

  • Courage, oui, il en faut ! Rebondir pour soi, pour les enfants...et ne pas baisser les bras.
    Je souhaite que 2011 te fasse malgré tout retrouver ta joie de vivre et te fasse oublier ce mauvais épisode.

  • Marie, Marie, Marie..... je te lis, je t'écoute, et je t'entends. Je veux te dire plein de choses, plein de mots, ... mais quoi ? Rien ne sort, tous ces fameux mots sont creux , tout ce que j'ai envie de te dire me semble dérisoire face à ton chagrin. Je n'y arrive pas.... Juste , que je suis près de toi , et près de tes enfants, en pensée, tout le temps. Ta cousine Sylviane

  • je sais que c'est très dur pour toi , pour tes enfants. on n'avait pas le droit de te faire souffrir. le chagrin d'amour sera long à disparaitre, le temps fera son temps je t'adore et je suis là tu le sais bisous et courage il en faut je sais et tu en as pour toi pour tes enfants bisous ma belle

  • Marie, du courage il en faut, et tu en as pour toi et tes filles, je ne trouve pas les mots pour consoler ta peine, et je n'ose en écrire, ils seraient dérisoires face à tout ce qui t'arrive, mais saches que je suis là aussi et que je suis triste que tu sois dans la peine, je t'embrasse très très fort ma belle.

  • Marie,
    Laisse parler ta peine, laisse couler tes larmes,laisse gronder ta colère car c'est le début de la guerison et du pardon.
    La vie est faite de plusieurs vies et la prochaine te trouvera certainement encore plus forte et déterminée.
    Nous pensons très fort à toi.
    Daniel et Véro

  • J'allais te dire un peu les mêmes mots que Véro.
    Tu as le droit d'être triste, d'être chamboulée, d'être meurtrie, d'être en colère, d'être déprimée, d'avoir envie parfois de baisser les bras. Des émotions saines entremêlées certainement de tous petits bonheurs, de petits regains d'énergie et de lueurs d'espoir. Un mélange d'émotions, le chao total, le bordel comme on dit souvent après une grosse tempête. Il faut le temps que chaque émotion reprenne sa place, le temps de digérer, le temps de s’adapter, le temps de se redécouvrir, le temps de réfléchir et le temps de pardonner.
    Je pense à toi très fort et je te souhaite pour cette année 2011, une multitude de doux petits instants de bonheurs. Bisous ma douce !

  • douce Marie, difficile de ne pas avoir tout ce vague à l'âme! l'écrire semble le meilleur moyen pour toi de le laisser s'écouler. laisse faire, ne retient rien, écrit, écrit, écrit… de toute cette douleur du beau en sortira, laisse parler la force créatrice qui est en toi.…(yoda)
    Ce ne sera que magnifique, j'en suis convaincue. Souvent des grands drames naissent les plus belles oeuvres. Tu as une âme d'écrivain, alors lance toi c'est le moment… Ainsi tes nuits blanches, ne seront plus broyées de noir!
    je t'envoie toute ma force retrouvée, je t' adore.
    Brigitte

  • Les mots sont dérisoire face à ton chagrin.
    Je te dirais juste une seule chose: n'oublie pas qui tu es vraiment. Et pour illustrer cette phrase, je te propose cette belle histoire que tu connais peut-être déjà.
    Ci joint le lien:
    http://spiritpartage.forumactif.com/t608p15-la-petite-ame-qui-voulait-experimenter-le-pardon?vote=viewresult
    Je t'embrasse
    JMi

  • de passage sur ton blog, je voulais te souhaiter une bonne année 2011.
    à la lecture de ta dernière note, j'ai la gorge serrée car j'ai vécu et je vis encore ce que tu ressens avec la séparation et la maladie.
    Puisse le tout-puissant t'apporter mansuétude. modestement je t'apporte mon soutien. Je serai là à ton écoute
    Bonne année et meilleurs voeux.

  • Merci à vous tous pour vos messages de soutien.

    Le gros coup de blues d'après Noël est passé, deux semaines à pleurer, je n'ai plus de larmes, enfin faut pas trop appuyer là où ça fait mal quand même.

    Chacun de vos messages me touche, Naïk qui gentiment me rappelle mes propres pensées, Sylvie, Sylviane chère cousine, Laurence toujours là, Nath présente ici et aussi en vrai. Patricia, Véro ta présence ici me touche particulièrement je pense bien à vous, ma chère Brigitte c'est promis cette année je viens te voir à Paris et tu viens me voir dans le sud. JMi j'ai lu le conte,je te rassure je ne suis pas désespérée, je suis juste triste, très triste, dire que maman voulait me prénommer Tristane ! ma joie refera surface, je le sais et je préfère pleurer que garder tout à l'intérieur ...

    Sitingbull ta présence ici me touche particulièrement, comment vas-tu?

    Et puis tout ceux qui m'ont écrit et à qui je vais répondre aussi ...
    je vous embrasse tous bien fort.

  • Bonsoir Marie,
    Le fait que tu poses la question de savoir comment je vais, te "mets" ou te "classe" (je n'aime pas cette terminologie) mais j'en ai pas d'autre pour qualifier ce que je pense. Je dirais l'empathie que tu portes à ton entourage démontre ta grandeur d’âme. Laisses couler tes larmes, çà fait tellement du bien.
    Bon courage. Je sais que tu en regorges.

  • Marie,
    Je ne sais trop quoi te dire... Mes mots ne transformeront jamais la réalité que tu vis en ce moment au plus profond de toi. Les périodes de fête agissent parfois dans nos cœurs comme un poison qui nous oblige à une piqure profonde de rappel de nos douleurs et de nos manques. Saletés de fêtes!! Tu les a passées Marie; tu les a passées... Et j'ai vu à travers ta lecture que l'écriture est un exutoire positif qui te permettra sans doute de transformer ta vie puisqu'elle t'allège de tes peines et de ta colère. Tu écris magnifiquement bien... Continue de t'en servir. Et bats toi pour que tes peines enfin extériorisées te fassent vivre la joie au quotidien. Il y a du beau tout autour de toi Marie... Et le plus beau est en toi... Et tu sauras ensuite le magnifier par l'écriture. J'en suis sure... Je t'envoie toutes les ondes positives que j'ai en moi pour te soutenir, même si je crois, parce que je t'ai lu, que les seules ondes positives qui te soutiennent viennent de toi puisqu'elles casseront enfin ce bloc de glace au fond de ta gorge avec le temps... Je crois à ton courage. Fonce Marie, fonce... Tu ne t'es finalement pas appelée Tristane mais Marie... Et Marie, c'est le symbole de la vie... Je t'embrasse très fort.

  • Bonjour Marie,
    Je viens de découvrir votre blog et je l'ai trouvé vraiment plein de ressenti, et je l'avoue votre histoire m'a touché..

    Je prépare actuellement le diplôme de Conseillère en Économie Sociale Familiale dans le but de travailler auprès de personnes handicapés. Pour mes études, je dois réaliser un mémoire. J'ai choisit le sujet de l'insertion professionnelle en milieu ordinaire des personnes en situation de handicap moteur.
    Pour cela j'aimerai entrer en contact avec des personnes qui ont un handicap moteur pour leur poser des questions sur les difficultés et freins qu'ils ont pu rencontrer dans l'accès à l'emploi ect...
    Je vous sollicite donc si vous souhaitez me faire part de votre témoignage. Je vous laisse mon adresse e-mail: estelle.mohr@gmail.com

  • Coucou Marie

    on dit pas de nouvelles, bonnes nouvelles...mais ton silence sent la souffrance...physique ? morale?...les 2 peut être...!

    nous avons beaucoup discuté au téléphone, l'autre jour et ta souffrance a trouvé un écho dans ma mémoire, comme je te l'ai raconté...comme je comprends ta souffrance, ta peine, tes désillusions...et je sais bien que tu es forte pour tes Fantastics...mais je sais aussi à quel point c'est dur de l'être...
    je ne peux que te répéter qu'après la pluie vient le beau temps...c'est long mais il faut y croire...

    courage ma belle

    gros bisous

  • Merci Christine, oui c'est effroyablement dur et mon silence sent la souffrance pour ceux qui savent entendre ce silence là,comme toi.

    Un jour peut-être ça ira mieux.

    Bisous

Les commentaires sont fermés.