UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Etapes

Petit à petit on avance. De toutes façons on ne peut pas reculer et il me semble que ça on le comprend assez tôt dans la vie, Petite Fantastic me disant ce soir "ah mais pourquoi on est déjà dimanche soir" !

Un jour s'achève, un week-end, une semaine aussi par la même occasion. Une drôle de semaine avec une mise à l'arrêt sur prescription depuis mardi parce que la sciatique a décidé de redoubler son travail de sape, me privant de l'indispensable sommeil réparateur garant de mes débuts de journée.

Une drôle de semaine avec la réception des papiers qui entérinent la fin d'une étape de quatre lustres, papiers que j'ai signé seule sur un coin de bureau, succession du paraphe de ces initiales que j'ai souhaité garder, patronyme intimement lié à celui de mes Fantastics, je n'avais aucune envie de reprendre mon nom de jeune fille, pas de recul, on avance et je ne suis plus une jeune fille. Puis appeler le co-signataire qui pouvait venir "cet après-midi", pas le temps de dire ouf, les papiers sur la table de la cuisine, un café, paraphes, signature, "c'est toi qui les envoies".

Puis c'est vendredi, Véro l'auxiliaire du matin m'annonce une formation de 6 mois, soucis à venir, samedi travaux dans le salon, j'ai commandé les peintures et dans le jardin, avec des voisins qui déménagent et me donnent des pierres, des galets de la Durance pour dessiner des bordures, dimanche l'annonce d'une naissance chez des voisins et amis, bienvenue bébé !

On avance, c'est une évidence. Il y aura du doux, du fort, du mouvant, de l'incroyable, du merveilleux et puis le reste aussi, à chaque jour son lot, à chaque étape son dessin, il n'y a pas de gomme pour nos passés mais des crayons de toutes les couleurs pour dessiner nos présents. Aujourd'hui j'ai commencé l'aquarelle, eau, pigment et liberté de créer. Pour mettre de la couleur à mes instants plaisir.

On avance, naturellement, simplement, évidemment, nous sommes voyageurs sur le fleuve temps, au rythme des battements de nos coeurs, transporteurs d'épices et de sentiments, le décor défile, changeant, émouvant. Et le fleuve nous emporte vers ailleurs, croiser les lueurs d'autres vies qui avancent, comme une évidence.

Amis nous croiserons-nous demain, dessiner ensemble une heure, un jour, un moment ? Choisir des couleurs et peindre le temps, main à main sur le pinceau, encre de Chine et aquarelle, défi à nos talents ?

fleuve,temps,aquarelle


Commentaires

  • Décidément la vie occupe vous occupe à plein temps et ne vous laisse pas de répit, y compris votre santé.
    Mais vous avez une soif de vivre que j'admire.Laisser vous flotter sur le fleuve du temps, quelle belle image.
    Bonne semaine.

  • J 'avance, puis je recule, un simple pas en arrière pour mieux contempler ton chef d'oeuvre Marie ... Un arc en ciel de mots, une farandole de couleurs. Je voyage au coeur de ta semaine telle "une baroudeuse" se pressant à la vitre de l'orient express. Je ne veux rien manquer. Je grimace, j'admire, je souris puis je ris oui je ris car je sais que nous partagerons bientôt nos crayons, nos pinceaux, dans le seul but d' ajouter une magnifique toile colorée à très belle collection.
    Soigne toi ma belle.
    Je t'embrasse Marie

  • Très beau message. C'est toujours un plaisir de te lire Marie. Pour les papiers, j'avais trouvé ce moment étrange et glauque, mais j'ai été soulagée que cette page se tourne... repose toi...

  • désolee pour toi marie que tu es vécue ces moments de solitudes avec ces papiers jez devais te tel et puis j'ai la crève vais demain chez le toubib ma cousine est venue mon pere auusi que depuis un mois et demi n'etait pas sorti bref entre une chose et une autre ai pas trouve le temps de te passe un coup de fil promis te tel de main suis contente que tu changes de couleur ton interieur si j'ai bien compris une page se tourne aussi dans ton coeur comme chez toi bisousssss

  • Bonsoir Marie!
    Voilà une note comme je les aime: pleine de vie, d'optimisme, de réalité et de simplicité...
    Je te souhaite plein de courage et surtout plein de bonheur et de joie pour ces instants à venir !

  • je souhaite pour le tableau qui débute une palette riche de couleurs éclatantes mais en même temps douces.que tes pinceaux chantent.je t'embrasse. naik

  • Alors j'ai attendu avant de répondre à vos commentaires parce que celui qui précède le mien, là juste au dessus est le 6000° commentaire !!! Merci Naïk lectrice et amie de la première heure, un commentaire qui ajoute une petite flamme à ce blog qui m'est cher.
    Merci à vous tous d'être ici, avec moi, pour moi. Ecrire est un plaisir, être lue un bonheur. Merci à tous !

  • Merci Marie de prendre tes plus beaux crayons pour mettre de la couleur dans nos vie à travers tes textes.
    Les moments se suivent avec leur lot de joie ou de tristesse, ils s'enchainent et composent la trame de nos vie, comme tu l'écris tu y mets des pigments et la liberté de créer.
    Bon courage à toi pour ta sciatique et bon "blogguiversaire" pour ton 6000 ème commentaire.
    Bonne semaine
    Gwen

  • Et comme disait une petite princesse si chère à mon coeur "Pour être heureux, mots plein de couleur".
    Cette palette de couleurs te va si bien.
    Je t'embrasse fort ma douce

  • "Pas de gomme pour nos passés" et c'est très bien comme ça, Marie: Nos passés nous offrent une nouvelle palette de couleurs, de nouveaux pigments, de nouvelles subtilités de teintes, pour, main à main et d'un même pinceau, peindre notre présent et notre futur...

  • Rien de pire qu'une "chiatique". Ca fige tout. Le corps, la tête. Et comme le corps et la tête ont l'habitude de dormir ensemble, ils partagent aussi les insomnies.

    Tu sais Marie, tu l'as dit il y a peu d'ailleurs, je suis un peu fêlée.
    Alors je vais te raconter un "truc".
    Un jour que ma boussole avait la tête en l'air, que mes jours n'étaient pas plus beaux que mes nuits je me suis dit à haute voix (pour être sûre de bien me comprendre moi-même)...
    "Ecoute Joyce, dis-toi une fois pour toutes que même en marchant à reculons tu avances ! Je ne le répèterai pas".
    Bon... même pas honte.
    Plein de bisous Marie jolie.

Les commentaires sont fermés.