UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la croisée des chemins

 

Nature. Quel drôle d'été. D'année. J'enchaîne les épreuves physiques, des petites, des plus problématiques, toutes me contraignant à une certaine immobilité qui n'est pas dans ma nature. Alors j'use mes pensées au rabot de la réalité, d'une certaine réalité, utilisant les outils que la vie a mis sur ma route, éprouvant les connaissances passées et nouvelles au fer de l'expérience. Transcendant la période à toutes fins utiles.

Je suis consciente et sereine, au-delà de certaines compréhensions qui se froissent ou dénigrent. Qu'importe, je suis hors de ces portées. Je chante sur une autre gamme, le tout étant de composer avec les voix enfantines si lucides et les voix fraternelles qui seules m'importent. Parfois encore quelques papillons s'affolent et leurs ailes perlées de larmes laissent deviner la profondeur des défis et des cieux. Et dans le regard de ceux qui m'aiment bat la mesure, pour que mon regard reste droit, franc et levé.

Les choix ne m'ont jamais semblés aussi emprunts d'absolu, d'un profond besoin d'une conviction à l'épreuve de l'altérité. Exprimer clairement ma position quand l'affolement aurait pu me mener entre les mains des hommes en vert de façon tout à fait arbitraire et irréfléchie. Etre seule face à cette blessure atypique. Au-delà des possibles de la médecine occidentale. Jamais vu ça pour toute réponse.

Rencontrer des esprits libres et libertaires.

Préparer les vacances en famille, départ dans une semaine. Un matelas gonflable et un cerf-volant. Des draps de plage tous neufs aux couleurs acidulées, achetés sur ce nouveau marché du village qui me régale le samedi matin.

Avancer au coeur de cet été mystérieux. A la patte d'oie prendre une des voies.

 

Commentaires

  • C'est un été papillons, je n'en ai jamais vu autant, doux papillons qui volent et se posent ici ou là, en une fraction de seconde ils repartent dans un battement d'ailes, inaccessibles...Dame nature nous ouvre ses bras, nous laisse aller à nos réflexions les plus intimes. Et, nous laisse le choix. De prendre notre voie, à la patte d'oie.
    C'est forcément le bon choix puisque, bien qu'entourée et aimée, tu es la seule à savoir avec exactitude ce qui est bon et bien pour toi.
    Je t'aime ma douce.
    Bonne fin de dimanche

  • Coucou Marie, cela fait longtemps que j'étais prise par ailleurs, mais jamais l'oubli ne m'a effleurée ! Je te sens très optimiste, vous les jeunes femmes, vous êtes des battantes, et rien ne vous arrête ! mais vous êtes sur la bonne voie, vous êtes un exemple pour vos filles! les garçons n'ont qu'à bien se tenir ! je vais t'envoyer une petite surprise par mail et t'en
    dire plus long ! j'ai adoré le blog de photos de Maxine, c'est une fille surdouée en tout, très sensible comme sa maman ! A bientôt, et gros bisous.Colette.

  • Bonnes vacances les filles.
    Marie je ne sais pas si tu as raison de refuser les hommes en vert, je ne connais pas ta situation, mais je sais que tu as raison de ne pas accepter systématiquement les hommes en vert... La médecine "occidentale" comme tu le dis est bien prompte à intervenir. Parfois c'est nécessaire, et souvent ça ne l'est pas.
    Je me réjouis de ton nouveau marché, j'adore les marchés
    Je t'embrasse bien fort

Les commentaires sont fermés.