UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Si lit Marianne

 

Combien de vies vivons-nous à chaque croisement de temps déplié ?

Découvrant ce dimanche de printemps qui enroule ses minutes aux accords de Schubert je me surprends à fourmiller d'une attente confiante teintée de malice.

J'ai pourtant mille choses à faire, lire, rêver. Et j'attends, amusée, je sens bien cette joie imminente qui ne demande qu'à éclore d'un éclat nouveau.

Je suis un rosier rouge. Vingt demoiselles empourprées ornent déjà mon jupon mais du plus profond de mes racines je sais qu'à la plus haute branche se pare une incroyable. Je la sens frémir d'impatience, rose de plaisir à l'idée de surprendre tout le jardin. Entraperçue lors d'un voyage au pays des secrets codés je ne la connais pas comme on sait mais comme on ressent. Un dernier voile peut-être, une ultime étape d'étape. Touchée du doigt comme dans un songe, heureuse qu'elle soit. Tout simplement. Ce n'est qu'une question de temps, et le temps est une affaire humaine, un battement de cil d'une Vie qui nous traverse, émerveillés de multiples. Infinis, à chaque instant.

Là, vous livrer ces quelques mots qui auront habillé d'arabesques chantantes et impatientes mon présent attentif aux souffles du violon, aux accords du piano dansés en d'autres lieux, d'autres temps, par quelques virtuoses.

Avec vous attendre. Et puis faire, lire, oser. Aimer Tout cela. Refermer le carnet, c'est l'heure du goûter, des cerises et du thé.

Commentaires

  • Oui oser se laiser vivre, voilà une chose difficile à s'accorder!

Les commentaires sont fermés.