UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • La traversée

    Il est assez commun de dire que ce qui compte c'est le chemin lui même. Le simple fait de se mouvoir, de changer d'espace et de temps est un facteur de mutation. Ce delta aussi infime soit-il, qui sépare un point A d'un point B, tout chargé de son lot de surprises et de déceptions, parce que, oui, vous avez projeté mille attentes, vous transforme radicalement, j'oserais même dire vectoriellement. La grande homothétie trans-personnelle, que le chemin fasse 500 mètres ou 5000 miles nautiques.

    Seulement voilà, de nos jours (ok là ça prend des allures de "c'était mieux avant" mais attendez avant de conclure à ma place :D) de nos jours donc, il nous est possible de changer d'espace en un clignement de paupière et un clic de souris, et c'est bien là que le bât blesse. Nos corps de matière ne sauraient assimiler le changement sans le facteur temps et sans la totalité des informations que vous auriez glaner par tous les pores de votre peau.

    Regarder les skippers du Vendée Globe passer des caps, ne fait pas de vous des navigateurs.

    Or c'est bien l'exercice qui nous est collectivement demandé aujourd'hui. Sauver notre écosystème en étant uniquement bombardé d'images de lieux lointains voire de temps futurs. Seulement voilà quand ça sera ici et maintenant, pour chacun, il sera tellement trop tard. L'idée est donc de transposer ces ailleurs/plus tard à l'échelle humaine et présente, dans votre maison-monde, dans votre corps, pour mieux mesurer et assimiler les enjeux.

    Prenez conscience de chaque inspiration irriguant vos cellules, chaque déploiement d'un muscle qui vous meut ou vous émeut. Vos veines et vos artères comme autant de fleuves et de rivières. Vos mains seront-elles de caresses, de force ou de violence ? Votre colonne érigera t'elle votre cathédrale toujours plus haut, plus fière ? Votre regard portera t'il vers des horizons radieux où se figera t'il sur cette pierre qui blesse vos pieds ? Que mettrez vous dans votre bouche ? De la nature verdoyante ou des produits chimiques ? Votre travail ou celui d'un autre ? Des mots d'amour ou des projectiles ? Prenez conscience que chaque molécule qui entre dans votre construction préside du devenir de votre corps maison monde. Et chaque pensée, chaque choix préside de votre santé émotionnelle.

    Vous avez vu s'effondrer la banquise mais vous n'avez pas senti trembler la terre sous vous pieds, ni entendu le fracas de milliers de tonne de glace qui s'écroulent dans la mer ? Alors imaginez qu'une partie de votre corps sensée être solide se mette à fondre et s'effriter ? Vous avez vu des mines géantes à ciel ouvert mais vous n'avez pas entendu les explosifs fracturer les roches millénaires ? Imaginez la curette prélevant votre épiderme, votre chair jusqu'à vos os. Pensez-vous que cet escarre volontaire puisse vous faire un quelconque bien ?

    Pour que le message virtuel soit plus que vu, pour qu'il atteigne son but qui est de vous faire changer, vous devez faire l'effort d'être plus qu'un voyeur, vous devez traduire ce que vous voyez en métaphores corporelles. On ne voit bien qu'avec le cœur.

    J'ai eu l'occasion, je devrais dire la chance, de participer de mon salon feutré à la première transat de mon amie Michèle et son compagnon Manu à bord de Martin le bateau poisson clown !

    C'est quelque chose une transat ! Il faut développer de grandes qualités et de nombreux savoir-faire pour traverser un océan. Il faut oser et être prudent, savoir accepter les impondérables et s'adapter, être patient, prendre en compte des facteurs sur lesquels vous n'avez aucun contrôle et d'autres qui ne dépendent que de vous. Vous devez savoir calculer et conjuguer, idéal pour une maîtresse d'école ou une maîtresse de sagesse.

    J'ai été le témoin privilégié de leur périple, de journaux de bord en quarts rêveurs, semant des petites étoiles gps sur la carte en une trajectoire parfaite d'une côte à l'autre.

    Michèle a opéré une double traversée puisqu'elle a vogué vers son lieu de travail, travail passionnant dont elle est désormais en retraite.

    Le présent d'une traversée c'est aller vers un ailleurs mais surtout vers un après.

    Pourquoi le marin est-il philosophe ? Parce que le mouvement c'est la vie et que sur l'eau, à l'instar du temps, il ne s'arrête jamais.

     

    Voyagez mes amis, sur les eaux ou dans les tornades de vos pensées. Au cœur de vos maisons mondes. Et prenez soin de Vous.

    http://www.manu-autourdumonde.com/

    A760D023-B05E-4FB3-A859-FD15C688F4B1.jpeg

    686BD10D-3A13-4568-BA4F-F6274688550A.jpeg

    44EFE1B0-9B27-4152-B0DB-329E1635D95E.jpeg

    03ABED2C-98F4-4931-80B0-A08DD2727C35.jpeg

    968CF690-8F4D-46BF-9F81-C1CAEED6D2BD.jpeg

     

    Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem Veram Medicinam : « Vous visiterez les intérieurs de la terre en rectifiant, vous trouverez la pierre cachée, vraie médecine »

     

    Et qu'y a-t-il entre les terres sinon les mers ? Entre l'éther, les mères. Ma Terre née. Éternelle

  • Mery par Patricia Delmée

    patriia,delmee,mery,violence conjugale,femme,anorexie


    Des blogueurs de la première heure nous sommes plusieurs à avoir répondu présent à l’appel de la plume et de l’encre. Malgré nos claviers et nos écrans c’est ainsi que je nous vois, penchés sur nos bureaux, près d’une fenêtre donnant sur un jardin. Scribes modernes. Vous savez il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises situations :)

    C’est au tour de Patricia Delmée de publier son deuxième livre. 

    Il y avait déjà eu Pluie de joie qui racontait les dix-sept années d’amour que Patricia a partagées avec sa fille Fiona. 

    Patricia nous propose maintenant  Mery. 

    Mery aborde des sujets difficiles comme la violence conjugale et l’anorexie. Mais ce qui surprend et émeut c’est l’approche sensible provoquée par les mots ciselés par l’auteure. Ils viennent parler directement à votre estomac ou vos pommettes, tout en gardant grand ouvert votre cœur à nu, à vif. Et là vous êtes Mery, vous pensez Mery, vous comprenez des « pourquoi » dont vous ne soupçonniez même pas l’existence. Vous passez du rire aux larmes, de délires en drames, de dérives en cheminements cathartiques.

    Ce roman devrait faire partie des programmes de prévention des violences faites aux femmes. 
    Mais ne vous méprenez pas, c’est un roman captivant qui quittera vos mains seulement la dernière page tournée. 

    Lisez-le, offrez-le, comme un conseil à une amie, une prière à un enfant, un message pour quelqu’un qui souffre. 

    Longue vie à Mery. Puisse t’il être entendu. 

    https://www.patriciadelmee.com 

  • Fols épidémiurges

    A quel moment sommes-nous devenus fous ?

    Car, oui, c'est bien de cela dont il s'agit, nous sommes collectivement fous.

    Si, si, j’en vois déjà qui s’insurgent. « Non pas moi, je ne suis pas foufolle, bon d’accord parfois j’ai mon petit quart d’heure comme ça vite fait, faut bien lâcher la pression, mais globalement ça va hein » .

    Alors, les psychés étant aussi diverses que les êtres vivants de cette planète, ça fait une très très très grosse addition d’addictions et de quarts d’heure de folie qui pour certains durent quatre ans ou quatre décennies. Globalement parions sans trop de risques que la folie l’emporte sur la rationalité, d’autant plus que quelques minutes de plaisir / facilité, coupable mais c’est si bon / con, peuvent balayer des jours de dry january ou de tri sélectif. Donc si je résume tranquillement sans passion ni désespoir, raisons - 1000*dérives= Folie furieuse

    Ce n'est pas le monde qui marche sur la tête mais bien nous les marcheurs. Et je ne parle pas seulement de ceux qui marchent en bâillons et bataillons depuis quelques mois comme si, avant eux, le monde était à l'arrêt, tel une vieille centrale usée.

    A quel moment avons-nous passé cul par dessus tête, sexe par dessus amour, fric par dessus altruisme, quantité par dessus qualité, moi par dessus tous les autres ?

    A quel moment la liberté de piller est passée par dessus le respect, l'industrie agroalimentaire par dessus l'agriculture, le service monneyé par dessus celui qu'on rend, cœur sur la main et main tendue ? (J’en entends qui disent toujours)

    Certains s'inquiètent pour l'argent alors que nos seules préoccupations devraient être se nourrir, se soigner et se cultiver et pour cela il faut produire des légumes, des plantes et des artistes. 

    L'argent cette invention humaine qui ne correspond plus à aucune réalité. L'argent, de nos jours, est virtuel. On invente des milliards en quelques secondes, puis on vous brandit la menace de l’endettement pour mieux vous asservir de peur. Rembourser des hectolitres de vide par votre sueur froide.

    Que se passerait-il si toutes les personnes étaient immédiatement créditées d'une somme forfaitaire ? Cent mille euros ? Allez soyons fous, allons jusqu'au million. Que se passerait il alors ? Quels sont les métiers qui ne trouveraient plus aucun preneur ? Réfléchissez.

    Vous, continueriez-vous à exercer votre fonction ?

    Peut-être le feriez-vous, la peur en moins ? Moins souvent ? Moins longtemps ? Vous le feriez mais peut-être avec la conviction d’être heureusement utile sans devoir marcher sur la tête du voisin qui veut rendre le même service mais à sa façon. Gagner de l’argent c’est le bâton et la cerise c’est de se sentir utile et son travail apprécié. La carotte c’est un toit et une assiette remplie raisonnablement chaque jour.

    Aujourd’hui on essaye de nous faire croire que la panacée c’est une gamelle de crème au beurre surmontée de chantilly mangée entre métro et dodo en vomissant de la bile sur les « cas sociaux », les estrangers, les fous de dieu, les véganes, les Autres en général.

    Fous. Nous sommes fous.

    Cet été j’ai fait des conserves. Peu car la récolte a été minable, l’autonomie alimentaire c’est pas pour demain. Des pickles. C’est bon les pickles. J’ai dû les jeter. Pas confiance. Peur d’avoir manqué la stérilisation. La conservation. Pourquoi ? Aucune transmission de se savoir-faire. Ringardisation du « fait maison » depuis des années et apologie des produits industriels quand bien même aujourd’hui nous savons à quel point l’industrie agro-alimentaire nous empoisonne, nous et la Terre. C’est le monde à l’envers ! Pourtant dans ces bocaux je savais exactement ce qu’il y avait jusqu’au moindre grain de sel ! Il est rude le chemin de la liberté d’être quand le formatage a été opéré dès l’enfance.

    Qu’allons-nous faire de toute cette folie ?

    Des épidémies, des usines à vaches cochons poulets ? Ah non ça c’est déjà fait.

    Des continents plastiques et des îles artificielles ? FAIT

    Faire fondre la banquise et noyer les Marquises ? FAIT

    Faire éplucher les oranges pour les vendre sous plastique ? FAIT

    Enfermer ou tuer des gens parce qu’ils : aiment un autre ami imaginaire ou quelqu’un du même sexe, portent une autre nuance de mélanine, parlent une autre langue, veulent se mettre en sécurité eux ou leurs enfants FAIT FAIT FAIT !

    Humilier les victimes parce qu’elles sortent de leur silence statutaire ? FAIT

    Harceler en raid sur les réseaux associaux ? FAIT

    Déverser des hectolitres de haine en toute impunité aux heures de grande écoute ? FAIT

    Déverser des hectolitres de produits toxiques dans les rivières, les champs. FAIT

    Vacciner des personnes centenaires parce qu’elles risquent de mourir pendant qu’on enferme les étudiants dans leurs 9 mètres carrés ? FAIT

    Mais quelle créativité ! Toute cette intelligence mise au service de la folie c’est dingue non ? 

     

     

     

     

     

  • 2020 Silences

    Aucune note. Silence radio.

    Une année blanche, comme pétrifiée sous la neige. Une année sans printemps. 12/01/2021, comment ça 2021, où est passée l'an 20, l'an vain on aurait dû se douter ! La voilà évaporée cette année v'haine que nous avons traversée tant mal que mal.

    Avec ma famille nous avons "sauvé l'été". Une longue réunion de famille de presque deux semaines dans notre belle Provence, ma soeur demandée en mariage par mon beau-frère, mes Lyonnais adorés avec la présentation de la nouvelle venue dans la famille qui avait quelques mois déjà et qui répond au doux nom d'Alizée. Mes enfants et leurs amoureux. Et mes parents qui n'étaient pas venus depuis des années. Une parenthèse enchantée qui, je dois le dire, m'a sans doute permis de ne pas trop déprimer dans ce confinement sans confins.

    J'ai essayé d'écrire, j'ai écrit un peu, si peu. Je voudrais briser un silence mais il est si vieux que des décennies de poussière le rendent pesant. J'assiste à la libération de paroles anciennes, prescrites mais certains réagissent en se plaquant les mains sur les oreilles comme autant de Joey qui crient lalalalalalala pour ne pas entendre.

    Et pourtant, et pourtant. La libération de la parole est le seul antidote contre le poison violent instillé par les pédo-bourreaux.Il n'y a pas de vaccin contre le crime. Seuls les témoignages à posteriori d'autres victimes peuvent aider les familles à voir "les signes" en cours.

    Puis la fin de l'été et l'automne sont venus, en fracas de vagues, épidémiques, climatiques. Tiens on dirait mon livre malheureusement. De nos jours pas besoin dêtre Nostradamus pour écrire une dystopie d'anticipation, il suffit de regarder les infos, d'ajouter quelques dégrés et l'affaire est faite. C'est simple. Basique. Et absolument effrayant.

    Au milieu des masques à miasmes la rentrée de William amorce une drôle de terminale pour un drôle de bac revisité. AAAAAhhhh quatrième et dernier bac pour mes enfants.

    Mais qui est William doivent se dire ceux qui suivent plus de loin que de près ? Alors forcément c'est là que je réalise que ça fait vraiment TROP longtemps que les rotatives de mon petit "journal à se dire" sont à l'arrêt !  

    Ouch. 

    Bon d'accord ce n'est pas un sujet des plus faciles à aborder, d'une part parce qu'en tant que parent il y a une foule d'informations à assimiler et d'autre part de trés vieux concepts à interroger pour mieux comprendre et les transformer. Merci la plasticité du cerveau !

    Dysphorie de genre. Transidentité de genre. F to M, THC, sont donc entrés dans mon vocabulaire courant.

    William, le quatrième de mes enfants est donc un homme.

    Voilà la principale information à retenir en fait. C'est simple comme séance de rattrapage pour ceux qui n'ont pas suivi ;-)

    Ok, ok vous avez manqué quelques épisodes épiques de changement de prénom qui ont transité par le changement du prénom du père au nom du fils, AMEN. quand ça colle pas dans toutes les cases ça fait beuguer les ordinateurs et les officiers d'Etat civil. Mais bon tout a fini par rentrer, avec un peu de chance vous aurez droit à l'épisode changement de genre à la sécu en direct live mais ça c'est en août ou plutôt en covid4°vague le temps pourrait bien nous paraître quelques dégrés long d'ici-là.

    Me voilà Trans-parente, remarque ça m'aidera peut-être d'être une poule de cristal pour écrire la suite du livre ou une loupe pour décortiquer les vieux cortex et surtout une trans-maman pour accompagner sa transition en pleine lumière.

    Bon en fait il s'en est passé des choses cette année :)

    Vous raconterai les autres Fantastics au prochain épisode !

    (Qui a dit "ouais dans un an ?"  :'D )   

    498E9236-2D03-435B-8E80-C33B47894DDD.jpeg

    Trans,genre,transidentité,parents,maman,enfant,