UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

j'suis énervée

  • Jour de vent

    Une petite note écrite voilà quelques jours de mistral, les gens d'ici le savent bien, ce vent vous rend fous, fous mais pas à lier, fous à lever les voiles !

    En ces temps de vents et de brouillards, confusion montre son visage de cendres et de brumes, fardée comme une putain et les langues sont épaisses sur les lèvres desséchées. 

     Aujourd'hui je me libère, ainsi va la plume au gré du papier, du temps et des oiseaux.

    N'entendre, que ce chant, sous les assauts du vent.

    Ils sont devenus fous ! Brasseurs fermentés, gargouillis d'intestins et pensées frelatées.

    Aujourd'hui me libère, j'éteins le plafonnier. Ces minutes sont précieuses et faciles à gâcher. Quitte à les dépenser j'aime autant les écrire. Pas à pas égrener chaque souffle, brouillonne.

    Mon cerveau est confus, bourdonne, tance et condamne ; mais mon âme vagabonde entre feuille et campagne. Ne vous méprenez pas, pas celle des oriflammes, celle des champs humides et des airs profanes.

    Dansez, sifflez, bruyantes vapeurs ! Une bonne fois en finir pour épouser les choeurs !

    Aujourd'hui me libère, offre un rituel, pur jus, pur soufre, trop enfermé serré pour une boîte crânienne.

    ça cogne de plus belle, à soulever le fond, remuez bien la lie,mélangez les humeurs et voilà que ça tourne et les mots sont mêlés, ventrelus, échevés, la bouillie foutreniaise, raison dépitoyable sans latin ni trompettes.

    Mi-chahut, mi-chaman.

    Aujourd'hui me libère, j'irai humer la brume, lumière d'or et de sang, jusqu'au son des trois lunes.

    Voilà que ça s'apaise. C'est fini. C'est passé.

    Et maintenant. Soyez.

    Nul besoin de voter pour ou contre les autres.

    En ces temps de mistral soyez qui vous voulez, pas esclave servile à vous-même loyal.

    Le vent de la croyance, brise à vos embarcations, voile et dévoile vos êtres de chair.

    Voyez ce que vous croyez.

    Mais n'oubliez pas de décroître pour mieux lever les yeux. C'est la terre qui nous forme, le monde qui nous élève, la vie qui nous nourrit. Et l'esprit nous contemple. C'est ainsi que vivent les gens libres.

    Si quoi que je fasse je perds mon temps, j'offre mes mots aux jours de vent.

  • Bis repetita non placent

    Aujourd'hui levée tôt pour bonne cause de rentrée, plutôt joyeuse d'entamer cette toute nouvelle période toute changée, plus de travail puisque je suis maintenant en invalidité, du temps pour mes filles et pour moi donc plutôt joyeuse (aussi pour tromper la mélancolie liée à l'envol de ma grande).

    Aujourd'hui était le début d'une remise en forme avec un rendez-vous qui allait faire date : un rendez-vous chez le kiné.

    Aaaaahhh j'en vois certains sourirent déjà, ils n'auraient pas oublié un fameux épisode : Félix m'a tuer

    Il y a une dizaine de jours prenant mes résolutions de rentrée de tout mon corps me voilà composant à nouveau le numéro de Monsieur Lechat (oui là à partir de ce moment vous pouvez vous poser des questions sur ma santé mentale et la qualité de ma carte mémoire qui visiblement à tendance à oublier certains tracas qu'elle aurait du ENREGISTRER mais mais ... je ne vous en dis pas plus, attendons la suite)

    -"allo le cabinet qui était tout neuf il y a 5 ans ? Je voudrais bien prendre RV même si je n'espère rien pour la balnéo car ma mémoire défaille mais quand même pas totalement non plus"
    -"oui en fauteuil pas de souci venez le mardi 4 à 10h30" me dit la collègue associée de Monsieur Lechat.
    -Parfait merciiiii :))

    Ah, ah voilà donc Marie toute prête pomponnette pour ce premier rendez-vous d'une longue série. Plus approche l'heure du rendez-vous et plus Marie renâcle. C'est qu'elle est "un peu" fâchée avec les kinés Marie mais bon après un café, un croissant, checker mails et facebook, un sms à sa grande, un .... rrrrrrroooo ... ayé elle est partie, finalement le sourire aux lèvres trop contente de se tenir à ses résolutions ...

    C'était sans compter sur la perversité de Chat et compagnie ...

    J'arrive bien avant l'heure, me gare, me présente devant le cabinet et là .... stupéfaction, je dois faire erreur, je fais le tour, cherche encore, me dis "non ce n'est pas possible" ....

    Siiiiiiiiiii, c'est possible : IL N'EST PAS ACCESSIBLE le cabinet !!!!!!!!!!

    J'attrappe mon portable et compose vraiment frénétiquement le numéro de Monsieur Lechat à qui je compte bien faire avaler le téléphone en plus de ma colère !!

    '"oui allo"
    "Bonjour, c'est Madame Decker j'ai rendez-vous à l'instant je suis devant le CABINET et il n'est PAS ACCESSIBLE"
    "pas de problème je vais vous faire rentrer"

    Là ont suivi 10 minutes d'arguments en bois pour justifier que NON IL N'ALLAIT PAS ME FAIRE ENTRER" je croyais avoir fait le tour des arguments bidons pour ne pas être accessible mais là il m'en a sorti des originals made by LECHAT, de la catégorie master class. Vous en voulez quelques-uns ?

    En préambule je vous informe que nous ne parlons que d'une grosse marche ...

    - si je mets un plan incliné vous viendrez écoper l'eau à l'intérieur les jours de pluie
    - si votre fauteuil avait eu des poignées on aurait pu
    - si les roulettes anti-bascule de votre fauteuil avaient été escamotables on aurait pu
    - à l'intérieur à certains endroits il y a encore des marches (dont une après un plan incliné, le truc improbable)
    - et pour la balnéo ça n'y comptez pas on n'a pas de lève malade
    - ouais si on stockait des rampes quelque part mais ...non

    N'en jetez plus Monsieur Bernard Félix à Cadenet. Non n'essayez pas de me faire croire que votre charmante associée (elle) va m'appeler. Je veux juste rentrer chez moi maintenant, je viens de comprendre une leçon phénoménale ...

    Bis Repetita non placent ...

    C'est fini, j'ai décidé qu'on ne m'y prendrait plus à deux fois, je vais comprendre les leçons la première fois maintenant, merci Monsieur Félix de m'avoir fait comprendre une fois de plus que certains sont mal à l'aise face au handicap et refusent tout simplement de le côtoyer. Merci Monsieur Félix de m'avoir fait comprendre que je dois renoncer à ceux qui ne veulent pas de moi et que d'autres, eux, vont me recevoir.

    J'ai pris mon téléphone, rendez-vous le 17 à 10h30 à Pertuis dans un cabinet de 5 kinés.

    Quand on cherche vraiment on trouve et quand ça ne passe pas par un chemin, prends-en un autre !!!!

  • Hé petite ...

    Les faits : à deux reprises lors de ces derniers jours cette remarque est venue me percuter. Quand on est handicapé force est de constater qu'un des comportements des plus répandus parmi nos congénères qui se considèrent comme valides est une vision réductrice de la vie de la personne "diminuée".
    Passée à la fonction vectorielle 1/x tout ce qui touche la personne moins valide ...

    Je présente à une voisine le nouveau "il" qui habite depuis quelques semaines à la maison :"c'est bien d'avoir trouvé un PETIT compagnon" (dit devant lui bien sûr), ça te fait quelqu'un à qui parler ...

    J'avoue que j'ai eu un PETIT peu de mal à ne pas pouffer de rire, je sais très bien que c'est dit sans aucune méchanceté et qu'elle se réjouit très sincèrement pour moi mais quand même, devant cet homme qu'elle ne connait pas du tout j'ai trouvé que le qualificatif était un peu .... infantilisant ?

    Autre jour, autre contexte : rendez-vous médical à la sécurité sociale pour ma demande d'invalidité. Un médecin, une femme, très gentille au demeurant, me questionne sur ma pathologie, vous avez un courrier qui indiquerait votre pathologie ? .... heu c'était il y a 33 ans ... non. Et donc je dois mesurer vos amplitudes articulaires ... heu c'est à dire que je n'ai plus d'articulations ...:$ ... je vois bien que ses cases sont mal adaptées à ma situation, pour un peu je lui proposerai bien de me prendre en photo pour qu'elle puisse étayer ma demande ... je la sens embêtée par mon cas, j'essaye de cerner ce qui la dérange et puis soudain elle dit "c'était quand même bien pour vous d'avoir une PETITE activité"

    Nous y voilà, le revers de la médaille, à force de réclamer le droit au travail l'idée fait son chemin, seulement voilà dans ce cas précis l'évolution des pensées est restée bloquée sur "le travail des personnes handicapées c'est pour les sortir de chez elles, quelque soit le travail, même pour de faux s'il le faut" ...

    Autrement dit quand vous êtes valide vous travaillez très sérieusement pour gagner votre vie et quand vous êtes handicapé vous avez une petite activité pour vous occuper ..

    Je suis petite de taille certes, pour autant je ne pense pas que ma vie soit petite, que mon compagnon soit petit, que mon activité professionnelle soit petite (32 heures / semaines en quatre jours + le mercredi pour les enfants), que ma famille soit petite (4 enfants). Je n'ai pas l'impression de faire les choses pour m'occuper ou pour faire "comme si" je n'étais pas handicapée, je les fais pleinement sans demie-mesure et je réclame le droit que mon handicap soit pris en compte parce que tout cela je le fais avec le handicap et tout ce que cela implique, je n'ai à aucun moment l'impression d'avoir une petite vie.

    Alors pourquoi ce regard réducteur ?

    Ces derniers jours j'ai entendu "on dirait que tu en fais une gloire d'être handicapée"
    Bien sûr que non, il n'y a aucune gloire à être handicapée, c'est un fait, un critère, mais je suis fière de réaliser ce que je fais tout en étant handicapée, ça oui.

    Je ne recherche ni gloire, ni lauriers mais une juste reconnaissance de ce que je suis et fait. Hé Petite, est-ce trop demander ?


  • Qu'est-ce qui fait bondir Marie ?

    ralala ... j'ai beaucoup hésité sur le titre de cette note avant même de l'écrire !

    J'avais pensé à "je suis une garce" mais non quand même, c'est que j'ai une image à préserver :) et puis je me suis dit que vous alliez vous dire "Marie elle ne poste qu'une fois par semaine, elle fait dans le titre raccoleur" d'ailleurs j'avais pensé aussi à "je suis une femme libre, mon téléphone c'est sacré" ou "le grand bordel dans les fichiers" mais non, non décidément cette vulgarité ne me ressemble pas alors, alors quoi ? qu'est-ce qui fait bondir Marie ??

    Ah ben le voilà le titre "qu'est-ce qui fait bondir Marie "un mélange de mégalo-mytho-humour" comme je les aime surtout quand je suis Zénervée !!!

    Bon allez Marie, dis-nous ce qui t'énerve ....

    Et si je vous dis PROSPECTION PAR TELEPHONE ???? là, voilà je vois que vous m'avez comprise ....

    Je n'en PEUX PLUS !!!!! ça augmente d'année en année, aujourd'hui j'en suis à 2 ou 3 appels ..... par JOUR, c'est horrible, à tel point que si vous m'appelez et que je vous réponds style chien qui aboie dites-vous simplement que vous êtes le 4° appel masqué du jour ... et oui chez moi vaut mieux dire à l'avance qui vous êtes pour que je vous réponde de ma voix la plus suave ou enjouée (c'est selon) !!!

    Alors moi aujourd'hui je vais vous donner mon secret, mon arme absolue pour couper la chique à tous ces prospecteurs de me deux qui appellent bien sûr à midi quinze ou 19h30 en fonction du contenu du panier garni que j'ai gagné pour l'ouverture du magasin "Mes outils en or" ou "Met mon masque à l'argile des flancs de côteaux des bords de la Durance sur ta face". Oui je vais vous dévoiler mon arnaque anti "je me fais avoir sans sortir de chez moi" et je vous rappelle que téléprospectrice j'ai été, pas longtemps certes : 3 semaines et demi mais dans ces métiers c'est déjà de l'ancienneté, donc un petit truc tout en douceur, hop t'as rien compris mon gars que tu es déjà en train de raccrocher, l'argumentaire stoppé net à la première phrase !!

    La première phrase, hé, hé, c'est celle qui, après avoir vérifié que vous êtes le chef de famille ou que vous savez utiliser une carte bancaire, va valider le critère principal pour lequel vous figurez sur ce fichier, autrement dit ce sur quoi s'est engagé le vendeur du fichier ... vous suivez ???

    Alors nous avons :
    Vous avez entre 25 et 60 ans, c'est bien votre cas Madame Decker ?
    Dans le cadre d'une étude nous appelons les propriétaires de votre région ?
    Votre mari bricole/jardine/boit du vin ???
    Êtes-vous satisfaite de votre forfait mobile ?

    Les deux premières étant bien sûr les principales. Alors depuis quelques mois je mens .... et oui, avec un aplomb à faire rougir tous les pinocchios ! Je sais c'est mal :)

    Bon je ne vous cache pas que du coup ma colère ressemble maintenant à un fou-rire planqué un peu potache mais au moins ça m'amuse !!

    Vous avez entre 25 et 60 ans, c'est bien votre cas Madame Decker ?
    Moi "ah non pas du tout ! J'ai 18, 70 ans" ça dépend des jours ... je vous garantis que c'est imparable, ils ne peuvent pas aller plus loin car leur produit ne s'adresse qu'à cette clientèle !

    Dans le cadre d'une étude nous appelons les propriétaires de votre région, c'est bien votre cas Madame Decker ?
    Moi "ah non pas du tout" (je le tiens très bien maintenant celui-là :) ) je suis locataire .... je suis désolée ... et là ce sont eux qui s'excusent de m'avoir dérangée !!! Ils peuvent car OUI ça me dérange !!

    Bon je vous raconte celle d'aujourd'hui ...

    elle -"Bonjour je suis Madame XXX pour directe énermachin (bon là ça me gonfle de leur faire de la pub alors un vendeur alternatif d'électricité (arf vendeur alternatif pour de l'électricité, même pas fait exprés) ) Vous connaissez sans doute ?"

    Moi - "NON"

    elle -"la pub vous savez avec deux oiseaux"

    Moi - "je n'ai pas la télévision"

    elle - "arf arf arf"

    elle a tout simplement éclaté de rire tellement ça lui paraissait incongru de vivre sans télévision ... alors je me suis amusée un peu :

    elle - vous connaissez d'autres distributeurs d'éléctricité qu'EDF

    moi - "je n'ai pas d'éléctricité"

    elle - "?ù$#!!?"
    moi - enfin plus exactement nous produisons notre propre éléctricité

    elle -"alors vous avez des panneaux solaires"

    moi -" oui, oui et une EOLIENNE dans notre jardin"

    elle -"EXCUSEZ-MOI DE VOUS AVOIR DERANGEE"

    moi -"au-revoir ... bon courage !!!"

    Je sais je suis une garce, c'était ça le vrai titre de la note :)

    Essayez vous verrez ça fait du bien, quand on sait le niveau d'endettement du pays et des familles, quand on sait que la croissance n'est surtout pas la réponse et même si je sais qu'il faut bien que les boîtes vendent leur production je milite pour une libération de mon téléphone et de tous les téléprospecteurs : libérez-les, mettez le bordel dans les fichiers :)

  • La petite Marie dans la banlieue suite et ...

    ... et il me tend mon téléphone, je lui tends alors la main paume en l'air ... il replie alors son bras brusquement. En une fraction de seconde mon cerveau a le temps de m'envoyer le message suivant "tu n'es vraiment qu'une bécasse maladroite, c'est bon adieu le portable, bon dieu Sarko jamais là où on l'attend" quand, je lève les yeux et croisent les siens : son expression est un mélange d'effroi et de dégoût, la lèvre supérieure repliée déformant sa bouche en une grimace d'où s'échappe un "ahhhhhhh" pour le moins spontané ! "Ah c'est horrible" ajoute t'il ...

    Je le regarde incrédule mi-agacée, mi-amusée, mi-bon-j'ai-pas-que-ça-à-faire (oui je sais ça fait trois mi mais là je vous garantis qu'il vaut mieux se sentir plusieurs à l'intérieur pour résister à l'envie de lui répondre "kesta j'te casse ta tête toi bouffon". Il enchaîne "ah c'est horrible, j'peux pas, j'vous le pose là" en posant le téléphone sur l'accoudoir de la portière ouverte.

    "Mais non" dis-je alors, "si je ferme la porte il va tomber c'est sûr" nom de nom je fais une campagne de sensibilisation sur les bonnes pratiques en direc live ! "Donnez-moi le s'il vous plaît"

    "Vas-y toi" dit alors le courageux jeune homme en poussant du coude LA FILLE.

     

    Je la regarde, elle me regarde avec des yeux aussi brillants d'intelligence que ceux d'un poulpe mort et encore c'est péjoratif pour les poulpes, elle émet un bruit situé entre le cri de la tortue de mer qui pond et le gloussement de la pintade castrée ... mais sa main se tend vers le téléphone, (allez vas-y tu vas voir c'est facile, donne le moaaaaa). Elle me tend le téléphone avec mille fois plus de crainte que Marcus tendant son pied au crocodile, son bras avance en faisant des petites saccades, j'ose, j'ose pas.

     

    Elle finira par me le lâcher au dessus de la main.           YES !! je l'ai !!

     

    Mais je ne pouvais quand même pas en rester là ...

    "Dites voir, vous n'en faites pas un peu beaucoup là ?" :  suis comme ça, je ne peux pas m'en empêcher ! faut que je comprenne !

    J'ai droit pour toute réponse à deux paires d'yeux pétrifiés ...

    "mais vous n'avez jamais vu une personne handicapée de votre vie ?"

    les têtes hochent un non à l'unisson, c'en est presque comique, sur la plage arrière d'une R12 jaune, volant fourrure et queue de renard au rétro, ça serait sans doute du plus bel effet ...

    et là le déclic, le lien se crée, la communication s'amorce .... mais c'est quoi vos mains, et pourquoi, et comment, et vous conduisez quand même ... et qu'est-ce que vous avez ... alors je prends quelques minutes, j'explique, un peu et leur lâche un "faut sortir un peu les jeunes" en me disant intérieurement qu'il y a bien des actions à mener, la France accessible physiquement c'est pour 2015 (ils ont promis, juré, craché, voté, signé, acté, décrêté, yapuka) mais la France accueillante c'est pour quand ? Parce qu'à nous trois on a accumulé un nombre certain de préjugés et de comportements inappropriés ...

    Se reconnaître dans la différence de l'autre, s'accepter les uns, les autres, vivre ensemble, c'est pour quand ?

     

    Bon là je vous l'ai raconté avec un peu d'humour qui sauve tout mais je me suis quand même dit en quittant ce parking que si j'avais subi ça quelques années plus tôt je l'aurais extrêmement mal vécu. Avoir une apparence qui fait peur c'est quelque chose quand même ! Bon ensuite je me suis dit que le sujet du début de semaine était tout trouvé, j'ai mis mon clignotant, je suis rentrée à l'hôtel et j'ai picolé du whisky avec (ben vous le saurez pas ...)

    FIN !!!

    alors j'attends vos commentaires, réactions : comment l'auriez-vous vécu, qu'auriez-vous pensé, dit ? et qu'est-ce qu'il faut faire  ????

  • Pour les copines !!!

    f22908afd765845106485ada00a610ea.jpg

  • Faut-il croire ?

    Se laisser entraîner dans les mots d'artistes de la parole, sens profond de l'expérience et du vécu, la maîtrise du sujet qui me laisse bien souvent sans voix, tant mieux parfois le don est dans l'écoute. Mardi j'ai asisté à l'intervention d'une femme art-thérapeute et quand, de sa bouche experte, je reçois des paroles aussi fortes qu'affirmatives que de nos jours les femmes en situation de handicap ne reçoivent pas les mêmes soins que les hommes mon sang de féministe ne fait qu'un tour et déjà je retrousse mes manches prête à aller en découdre avec cette société aux relents machistes, à peine sortie de l'âge de pierre et Paul et Jacques !

     

    Evidemment je refais illico la lecture de ma propre expérience, si j'avais été un homme, capitaine d'un bateau vert et blanc ou pauvre mioche au pantalon accroché à l'écharde du banc m'aurait-on laissé quitter ainsi l'hôpital avec en guise de mob un carosse à quatre roues, confié aux bons soins d'une infirmière à peine sortie de l'enfance ? Si j'avais été un gars m'aurait-on fait ça ?

     

    Si on en est encore là et je suis malheureusement toute prête à la croire, alors les nénettes préparez-vous à brûler vos dim osmose !

     

    J'attends vos réactions et surtout témoignages pour faire la lumière sur cette afirmation, la question est donc "avez-vous remarqué des différences de prises en charge à handicap égal entre les hommes et les femmes ?"

    PS j'ai flashé Shamrouh sur la note précédente !

  • Arrrrrggggghhhhhh !!!

    J’ai vécu hier mes amis une de ces journées qui me font regretter de m’être levé le matin, d’avoir enfourché mon cheval de bataille de la grande lutte de ma vie, d’être plus royaliste que le roi et de vouloir mener ma vie tambour battant alors que, vu mon état, je pourrais être pensionnée de guerre, reconnue ancienne-combattante  décorée de la croix de guerre la patrie reconnaissante et vivre tranquille à l’ombre du mûrier platane à élever mes filles et mes chats, cuisiner en ayant comme références culinaires principales "Les suggestions gustatives de M Picard" et "La cuisine de mes jours heureux de Mme Argel" qu’il vaut mieux cuire avant le dégel.

    Mais comme j’ai été élevée à grands coups de « 100 fois sur le métier tu remettras ton ouvrage »  je me suis donc levée dans l’aube froide de ce matin givré. Sens et indécentes douleurs reprenant vie et droits me poussèrent sans l’ombre d’une hésitation vers l’indispensable douche chaude ….

    Quand soudain dans le lointain de l’aile sud résonna un « maman y’a plus d’eau chaude » qui tel l’olifant aurait du dans mon esprit éveiller des soupçons quant à une conspiration majeure du destin.

    Plus d’eau chaude ? Qu’importe !  Les guerriers ne craignent pas l’eau froide (ah nanméoh ça va pas nan ? MOA à l’eau froide ? t’es fou ?traître  tu veux ma mÔrt ? faites bouillir de l’eau, préparez des linges propres … ah mais nan ça c’est une autre histoire …).

    Me voilà toute prête parfumette devant mon écran quand mon aide de camp baptisé Soldat Look Out de son prénom m’apporta le plan des opérations commandos du jour.

    Au programme le rendez-vous avec les étudiants de l’IEP qui avait été annulé la semaine dernière pour cause d’attaque incontrôlée du blindé. La course contre la montre fût déjà handicapée par une bonne heure de chat blog mails travail acharné : mélange d’appels du camp mobile et des soldats déjà au front réclamant plus de renfort, je quittais donc la base, itinéraire codé dans le GPS, je suis la meilleure des warriors !!

    Arrivée au frein à main dans le parking (nan je rigooole) descente de la plateforme, remontée …. Remontée …. J’ai dit remonte !!! Naaaaaaaaaannnnnn c’est pas le bon jour ! Blindé, tu vas pas me faire ça !! je suis à l’heure si tu REMONTES !!

    Rien à faire ! Appel au camp du warrior mâle « nom de code rapplique tes fesses sur le front » mais warrior mâle propose une diversion inattendue : abandon du blindé, accomplissement de la mission et retour au blindé pour une opération d’assistance sur site.

    J’abandonne donc le blindé béant ne manque plus qu’un écriteau annonçant « bon à piller », je pars sans me retourner, la mission avant tout.

    cd85f89cff099fc69ace3956867f5879.jpg

    Quelques heures plus tard mission accomplie, je refais le chemin en sens inverse tentant d’ignorer les vitrines scintillantes, les tenues de fête, les cabanes du marché noël, l’appel du vin chaud et des châtaignes grillées, je retrouve le blindé toujours aussi béant sous les néons blafards du souterrain.

    Warrior mâle, arrivé sur site, parvient à rétablir le contact défaillant et oh miracle et joie de la technologie la plateforme remonte et moi avec. Me voilà repartie, je largue warrior mâle à proximité de son VL et mets le cap vers la base.

    Je dois faire étape au magasin pour parfaire mon uniforme pour la semaine prochaine, il me faut un nouveau coussin anti-escarres le mien a rendu l’âme sans doute pour cause de caramels, confiture, nougats et chocolats d’usage intensif et à défaut de mains de masseur  il me faut au moins de la mousse qui masse.

    Descente de la plateforme, à mi-course je tente la remontée, c’est bon ça marche, je descends jusqu’au sol, opération "je teste tous les coussins du magasin" un bon soldat prends le temps de choisir les armes qui feront de lui un meilleur warrior !

    Coffre chargé, j’ai les rehausseurs pour pattes de lit, une batterie d’appoint pour le fauteuil et suis assise sur un nouveau coussin, il est 14h30 il serait temps d’ouvrir une ration, retour au camp de base, remontée de plateforme …. Remontééééééé  de plateuuformeuuu … naaaaaaaaaaannnnnnnn, c’est pas vrai !!!

    Pas grave, je sais quoi faire warrior mâle m’a montré le contacteur défaillant, j’attrape au vol le soldat-livreur, explications, exécution immédiate … non rien à faire, la plateforme est clouée au sol … et moi avec.

    Je suis digne, je ne pleure pas, je ne hurle pas non plus, damned je suis faite comme une ratte !

    Un café décaféiné plus tard, armée de patience et de détermination je refais une tentative avec l’aide de la surveilante du magasin prête à aider un warrior en détresse, yesssssssss je remonte !! Je suis sur le chemin de la maison, il est 15h40 mon estomac crie famine, je suis comme schwarzie dans terminator là faut pas m’embêter …

    Enfin la tour de contrôle  - "Tom Tom pour blindé : vous êtes arrivé " Je coupe les gaz, j’imagine déjà le thé brûlant, allez, je descends, … je descends … j’ai dit je descends NAAAAAAAAAAAAAAAAANNNN

    APPELEZ-MOI justM comme M le maudit ou Marie la poisse, cette fois je suis bloquée dans le blindé !

    Et ça fait quoi un warrior bloqué dans son blindé ? ben ça répond au téléphone, ça organise un bureau de campagne improvisé en attendant que la bleusaille rentre du centre d’entraînement et titille le contacteur libérant ainsi votre héros affamé, frigorifié, énervexcité pollué d’idées aussi sombre qu’un certain jeudi 24 pour ce Krach personnel : et je pars à Lyon dimanche et c’est vraiment trop injuste, warrior caliméro sort le drapeau blanc, il en peut plus des hostilités le warrior, imaginez qu’en plus de ce que vous savez déjà et bien l’aspirateur a pris feu, le robinet de la cuisine est HS, il y a une épidémie de grippe et de vermine chez la bleusaille.

     

    Vous me croirez si vous voulez mais à l’heure où je termine mon rapport au lendemain de ce jeudi, l’école militaire vient de m’appeler : warrior junior N° 3 a eu les doigts écrasés dans la charnière d’une porte, faudrait que j’aille la chercher mais j’ai warrior N° 4 au lit et le blindé en rade, le plombier vient de passer : faut changer le cumulus ! J'ai oublié de réserver la cantine et la garderie pour les warriors juniors pour le mois de décembre.....

     

    Alors c’est décidé j’entame un plan de sauvegarde de moi illico nom de code « courage, fuyons »

    1 je décrète ouverte une grève illimitée anti-loi de Murphy, anti loi-des séries, anti année des 13 lunes, tout souci qui souhaiterait postuler à un statut de réfugié chez moi sera immédiatement reconduit à la frontière qu’on se le dise.

    2 cette année j’ai décidé de fêter le nouvel-an le 30 novembre soit AUJOURD’HUI ! Demain pour moi nous serons en 2008 qui est l’année du renouveau, voilà.

    Alors bonne année à tous ! Et surtout vous pouvez vous lâcher sur les bons vœux !

     

    Quant à warrior mâle : jeudi soir, fallait pas me demander pourquoi j’avais pas appelé le plombier, nan fallait pas …

  • Et si les soudures pètent ...

    Imaginez-vous la Provence glacée, jeudi déjà nous avons eu droit à une tempête de neige, du style mistral gagnant le matin chassant le moindre petit nuage aux confins de notre horizon, là haut dans le grand nord : vers Avignon :)

    457bc6354e2f3241bbafe483b962371b.jpg

    Mais en fin de matinée, en rentrant d'Aix après le handicafé j'avais remarqué que le ciel au dessus de Venelles avait accroché au clocher de vilains nuages d'un gris sombre et le temps d'un casse-croûte à la maison avait été suffisant pour que tout notre ciel soit de plomb et étonnament bas, avant de nous tomber dessus à grandes déversées de flocons gros comme des demak'up.

    0d66b5db39be347418cf5edbba64831b.jpg

    Hier la neige a cédé sa place à la glace. Balayée par le mistral la Provence a perdu en quelques heures ces quelques degrés si précieux qui font la douceur d'y vivre même en hiver ! Sortie du restaurant "les deux frères" à Aix où nous avons passé un moment feutré avec des amis, à minuit et demi le thermomètre de la voiture indique - 6 ° kaï kaï kaÏ !!! Vite au lit sous la couette !

    Et ce matin à l'aube (oui même le samedi, y'a pas d'heures pour les braves) vite une bonne douche bien chaude avant de passer à la banque puis au centre commercial avec les filles .... arghhhhhhhhhhhh ben pourquoi ça coule pas l'eau ?

    - maman la chasse d'eau elle marche pas

    - tiens pas d'eau au robinet pour la cafetière

    - arghhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh

    - Je sais : rappelez-vous c'était en février ....  pshhhhhhhhhh et pshhhhhhhhhhhhhh 2

    et ben voilà, les tuyaux n'ont pas été protégés (ben nan il fait JAMAIS froid en Provence !!) ils sont gelés ! adieu douche chaude, café, lessives ...chasse d'eau ooooooooh mooooooooon dieuuuuuuuuu !

    Bon ben matinée surf ! Quand soudain une pensée ...de celles qui vous font vous armer de patience et de courage ... et si jamais les soudures pètent ????

    Voilà il est 13H15 et toujours pas d'eau ! je crois que cette fois c'est moi qui vais prendre ........ LA FUITE !!! quelqu'un pour me recueillir ? même si j'suis pas lavée !!!




  • Explication de texte

    PÉRIGNY. --Un professeur et sa partenaire lancent cette année des leçons de danses de salon pour les handicapés. Comment s'adapter pour garder le rythme

    Valse à quatre roues
    :Christophe Leduc



    es cours de danse pour les handicapés moteurs et les aveugles, c'est possible. C'est le défi que se sont lancé Yves Bobilet et Brigitte Bordron, qui animent les cours de danses de salon de l'association Swing'danse, donnés au Centre municipal d'animation de Périgny. Ils ont proposé l'idée à Françoise Martinet, présidente de l'association, qui s'est tout de suite laissée séduire.
    « Lors d'un concours qu'on organise chaque année, raconte Yves, il y avait un juge handicapé en fauteuil, un danseur. On lui a demandé de faire une démonstration... » qui a conquis Yves et Brigitte autant qu'impressionné et ému le public présent.
    Yves Bobilet qui crée ses propres chorégraphies, décide alors de les adapter pour les handicapés. En restant au plus près des mouvements d'origine : « On ne veut pas, lors des thés dansants, qu'il y ait deux groupes », annonce Brigitte.
    Première transposition, celle de la rumba, presque au point. « Là, on travaille sur la valse », précise le chorégraphe. « On a décidé ça cette nuit à deux heures. J'ai dit à ma partenaire : ''Monte dans le fauteuil'' » ... Les bases étaient posées. Plus tard viendront le rock, le tango, le paso doble. Deux danses par séance.


    Danser à trois. Danser avec un partenaire aveugle nécessite de le guider davantage ; danser avec un fauteuil, évidemment, c'est encore plus difficile, et tout reste à créer, puisqu'il n'y a pas - ou peu - de cours spécialisés.
    « On travaille à trois : un handicapé, un fauteuil et un valide », explique Brigitte. Il s'agit de gérer l'espace qu'occupe ce troisième danseur, de maîtriser sa propension à s'enfuir à la fin d'une pirouette. « Jusqu'à présent, le fauteuil était considéré comme gênant, poursuit-elle. On s'est dit qu'il fallait qu'il devienne un accessoire de danse. Une hésitation, un rythme, on peut les retranscrire. » « Quelles que soient les difficultés, on doit rester dans le rythme », précise Yves.
    « Si une figure en quatre temps ne passe pas sur un fauteuil, on essaie en huit temps », complète Brigitte.
    Ainsi, dans un « tour du monde », une figure de la rumba, le cavalier tient les deux mains de sa dame pour tourner autour d'elle ; avec celle-ci dans un fauteuil, la figure n'était plus jolie. Qu'à cela ne tienne : Yves l'a adaptée, tient une main puis l'autre de sa cavalière pour effectuer sa pirouette - et là c'est esthétique.

    Pour en savoir plus
    Profil. Danses de salon pour les handicapés moteurs et les non-voyants avec Swing'Danse, au Centre municipal d'animation (CMA) de Périgny. Avec Yves Bobilet et Brigitte Bordron.

    Horaires. Tous les mercredis, à 18 heures pour les ados, 19 heures pour les adultes, à compter du mercredi 3 octobre.
    Portes-ouvertes. Le mercredi 3 et le mercredi 10 octobre sont des cours « portes ouvertes ».
    Contacts.
    CMA, centre municipal d'animation, place des droits de l'homme (à côté de la poste), Périgny.

    Cherchez l'erreur ...... ils zont oublié tous les Z devant zandicapés !!! c'est Gilles et l'ami Gégé qui vont être contents de lire ça !!

    Marcus ce n'est absolument pas contre toi mais là (et ça n'est pas du politiquement correct comme le dit Cath) par pitié aidez-nous vous zautres valides bien pensants à être des personnes avant d'êtres des zandicapés ! BORDEL !

    Parce qu'on n'a pas le droit de dénigrer de la sorte le combat qui s'exprime au travers de cette expression.

    Non je ne suis pas un adjectif (à dire de préférence à la manière d'elephantman), je suis une personne qui accessoirement se déplace avec un fauteuil roulant !!

    Même le pauvre juge est requalifié !

    Bien cher Christophe Leduc toutes mes salutations ZENERVEES !!!!!