UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

auffray

  • Le petit Prince, l’âne et la Provence.

    011ff49b386f0680aab9977aa9edf698.jpgIl était une fois un petit Prince.

    II était né sur une planète orange et comme tous les habitants de la planète orange il avait un cœur gros comme ça. Il avait choisi une maman au cœur tendre et attentif mais cette maman avait un seul défaut : elle habitait à Bordeaux. Le petit Prince n’était pas sensible aux charmes humides des vignes, de leurs fruits et de leurs produits dont on dit pourtant qu’ils sont la boisson des dieux.

    Ce que le petit Prince aimait par dessus tout c’était la chantante Provence où il venait tous les étés prendre un joli teint hâlé en faisant de longues promenades dans les odorantes collines, visitant moult châteaux bordés de cèdres centenaires et de pins  parasols. Il aimait courir dans la garrigue soulevant à chaque foulée joyeuse d’incomparables odeurs de thym et de menthe sauvage. Il aimait aussi la plaine aux milles vergers baignés de soleil, promesses alignées de  récoltes juteuses qu’il prenait plaisir à retrouver au marché du village entre les brassées de lavande et le marchand d’épices.

    Cette année là fût une année particulière pour le petit Prince, cette année là le petit Prince rencontra un âne. Un petit âne gris au regard si doux que le petit Prince se mit à rêver un jour d’habiter la belle Provence, de trouver pour sa maman une petite bastide blanche sous le ciel bleu, entourée d’un grand parc bordé de cyprès pour y soigner des ânes mais surtout sa chère liberté.

    De retour de vacances il en fit un dessin, normal pour un petit Prince, de son dessin il en fit une histoire, normal pour un écrivain, de son histoire il en fit un cadeau. Ce cadeau je l’ai reçu dans ma boîte aux lettres cachée sous le saule-pleureur. Imaginez ma joie émue ce matin de recevoir d’un Prince  un si joli présent. Cette fable illustrée a deux pouvoirs magiques, elle donne à celui qui la lit un permis de rêver sa vie et un message que je vais inscrire de ce pas au verso de mes paupières : ne laisse personne te dire ce que tu es capable de réaliser car toi seul le sais.

    Petit Prince, je voudrais que tu saches que ton message m’a beaucoup touchée et que si le cœur t’en dit je t’accueillerai avec une grande joie dans ma maison en Provence l’été prochain. Nous aurons tous les deux, je le sais, dépassé quelques impossibles et j'aurai mérité un peu plus j’espère cette belle amitié que tu m’offres en partage.

    61108510f6352655f90dd8ddcdaf196e.jpgJ’ai chez moi un petit âne gris, il ne fait pas de bruit mais chaque jour qui passe il me rappelle que l’amitié est un cadeau de la vie à qui sait la vivre, je le baptise ce soir Ulysse comme le petit âne gris de ton histoire, il portera donc le symbole de cette double amitié et m’accompagnera désormais dans mon odyssée merveilleuse.

    Ce cadeau magique que j’ai reçu ce jour portait une mention manuscrite de la main même du petit Prince : « A la jolie Marie, une super nana de la part d’un très jeune écrivain inconnu »

    Comment résister à tant de charme et d'humilité ?

    Petit Prince que ta vie te soit riche de découvertes et surtout pleine de courants d’airs*

    * Dans l’histoire d’Ulysse le courant d’air malicieux qui ouvre et ferme les portes est le symbole de la liberté, il est beaucoup question dans l’œuvre de ce jeune philosophe de barrières, de cages et même de barreaux dorés, cette fable le petit Prince l’a écrite en 2004.

    Je remercie bien sûr Laurence du fond du cœur pour ce message qu’elle souhaite réconfortant et chaleureux.

    Laurence cette surprise m’a apporté tant de chaleur que je ne pouvais m’empêcher de la partager à mon tour ce soir.

     Une certaine qui m’a ouvert la porte de la blogoterre et qui me manque a pour devise « la terre est plus belle que le paradis » : en tout cas cette terre là très certainement.

    En toute Amitié à tous.

    Marie

    et je ne peux pas vous parler de Provence et de petit âne gris sans penser à cet air que je fredonnais petite sans savoir que j'y habiterais un jour comme quoi à coeur vaillant ...