UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

chemin

  • Seule à voix basse

    IMG_0729.JPG

    Avec ma solitude j'irai par les chemins qui mènent à la Durance, troquer la résistance en langueur nostalgique, l'effriter aux galets qui roulent dans le courant. Enchanter ma peine dans le souffle du vent, les larmes perlées émues du chèvrefeuille, d'un éclat de coeur, d'un rire d'oiseau. Si longue que danse la route, à s'en faire exploser les poumons aux parfums épais d'un printemps solaire.

    Seule, seule, seule, seule, avec ma solitude, au milieu de ce paradis peuplé de petits frères des cimes, sous le regard du rapace tournoyant, majestueux. Il n'est de pierre au chemin des ombres et des oiseaux. Filer grand train, décoller, s'envoler, survoler, rêver de long voyage. Aller jusqu'à l'eau vive, noyer l'ombre née des gouffres, puiser l'essence lumineuse des pensées sans mot. Pardonner. Essayer au moins. Un détail, une écorchure. Essayer au corps. Mesurer les arpents de rochers et de glace, et les printemps, et la cadence soudain joyeuse d'un coeur vivant.

    Au retour libéré, siffler un air ami, inondé de joie et de couchant. Rentrer à la maison. 

     

     

  • Humble prière d’une athée à l’usage de ceux qui savent

     

    prière,athée,chemin



    Une vie vraie,

    Essence subtile, source de toutes vies.

    Sois ma joie

    D’être vivant parmi Le Vivant

    Dans l’amour et la grâce.

    Aujourd’hui et toujours.

     

    Une vie vraie,

    Dans l’ombre d’un doute

    Trouver la lumière

    Au fond du pire mal

    Chercher le meilleur

    Ici, là et entre Tout.

     

    Une vie vraie

    Pour apprendre le langage des justes,

    La volonté des sages et la vision pure.

    Accompagne du plus bas, mon infinie ascension.

    A mes pieds blessés, front ployé.

    Douleurs et sucs, dans ton silence, mêlés.

     

    Pour que toujours je chemine et puis,

    Que je me meurs guérie.

    Une première fois.

     

     

    Marie Decker

    Avril 2013

  • Pentes

    Les pentes sont faites pour être remontées ...

    Je ne vois pas le sommet et l'angle est aigu mais je (re)monte ...

    Une promenade avec deux pioux dimanche après-midi pour respirer les couleurs de cet automne rouge.
    Être, bouger, vivre.

    Et puisqu'on ne recule pas, autant avancer, prendre des initiatives,reprendre le contrôle.


  • J'ai changé de livre ...

    J'ai laissé mars affirmer en quoi vénus lui est si différente, j'y reviendrai peut-être un jour, peut-être ...

    Sur les conseils d'une amie je viens de commencer "Laisse-moi te raconter ... Les chemins de la vie" de Jorge Bucay et bien je peux vous dire que dès les premières pages je suis emballée !

     

    Je vous en dirai plus quand je l'aurai fini, ça va pas traîner !

     

    J'avais écrit cette note à l'avance (oui je suis organisée parfois),je la publie malgré le décès de Fiona, le chemin ne s'arrête pas, nous mettrons un pied devant l'autre, c'est ainsi.

    Patricia m'a dit "continue Marie" alors oui Pat, je vais continuer...




    Un titre de Daniel Balavoine, pour Fiona bien sûr, Fiona nouvelle étoile dans nos nuits.



    free music

  • Le chemin de Francis

    Bonjour à tous, pour me faire pardonner de mes plaisanteries et zénervements médiatiques de ces deux derniers jours, ce matin je vous invite à partager un pur moment de bonheur et de poèsie.

    J'ai évoqué il y a quelques temps, les moments forts et précieux de l'année passée, il y avait parmi eux le chemin de Francis et surtout cette façon qu'il a de le partager avec de bienheureux quelques-uns.

    Comment ai-je connu Francis ? Grâce aux blogs Handica et grâce à Bruno qui a très vite parlé de Francis et de ses magnifiques photographies qu'il ne manque pas de mettre en mots.

    medium_Van_Paysage.5.jpg

    Peut-être, chacun de nous appartient-il
    à un paysage propre
    dont il en recherche le grain toute la vie,
    une sorte d'éden originel et personnel.
    Pour moi, il est fait de terre et de ciel,
    avec un peu plus de ciel pour pouvoir lire les messages
    laissés par les nuages.
    Des arbres y dressent la tête,
    sentinelles noires de mon regard.
    Au loin, des montagnes me font de l'œil,
    m'invitant à passer de l'autre côté
    et à me jeter dans une autre vie.
    Mon paysage…

    © Francis Van - Mai 2006

     

    J'ai depuis avec Francis, une relation épistolaire et chacun de ses messages font naître en moi une émotion toute particulière. Francis a un don de partage et d'humilité qui fait mouche à chaque fois, je reçois ces messages, les lis sans perdre une seconde et les finis généralement les yeux humides ... non pas de tristesse mais d'une émotion proche je pense de la contemplation.

     

    Je n'ai pas la foi dont parle si bien Francis et mon rapport à la religion et ses pratiques est plutôt tumultueux, j'aurai je pense l'occasion de vous en parler un jour, mais là, de ses mots, ses images et son chemin naissent un sentiment troublant, une interrogation particulière que je me hâte d'attribuer à la profonde humanité qui lie Francis à ses compagnons.

     

    Hier nous avons reçu de Francis un cadeau bien particulier et comme je pouvais lire sa joie dans ses mots je vous les livre tels quels et je vous invite à quelques minutes de pure émotion parce que c'est juste beau.

    Cà y est ! Il est là !

    Mon fiston Simon est parvenu à mettre sur la toile le film qu'il a réalisé sur notre chemin jacquaire de septembre dernier (13 minutes à partir de 3 heures 30 de film !).

    N'hésitez le diffuser autour de vous. Cela fera plaisir à Simon.

    D;autre part, si vous connaissez d;autres "adresses" pour faire connaître ce vécu, merci de me contacter.

    Vous ne pouvez évaluer mon bonheur de pouvoir partager ce "voyage" avec vous.

    Cliquez donc sur :

    http://www.penitence.be/spectiffilms/mediaplayer...
    Amitiés.

    Francis

     

    http://voyageurimmobile.blogs-handicap.com/

    http://www.francisvan.com/

     

     

    Mon ami Yannick dont je vous ai parlé au tout début de ce blog m'a proposé une "aventure" un peu dans le même esprit, il s'agirait de traverser une partie du Vaucluse avec pour chemin le lit de la Durance ... ben moi je vous le dis : ça promet un beau moment non ? alors il y a quelqu'un que ça tente ??? Marie telle Cléopâtre descendant la rivière entourée de chers amis, compagnons du défi de partager un chemin autre que le bitume ....

     

  • Mon chemin

    Demain j'irai sur le chemin, je ferai mes valises, regarderai au loin et d'un pas franc j'entamerai une nouvelle portion. Les encombrements ont été nombreux ces derniers temps et les croisements dangereux, plus d'une fois devant la patte d'oie il a fallu choisir. Puis il y a eu l'impasse et il a fallu faire demi-tour, renoncer à un itinéraire imaginaire qui ne menait qu'à un miroir aux alouettes, redoublant de courage nous avons fait la route en sens inverse croisant alors ceux qui nous avaient soutenus et parfois même indiqué le chemin. Les regards se croisent étonnés et déçus " vous étiez partis d'un si bon pas ! Oui mais ceux qui indiquent la route ne sont pas ceux qui marchent et un conseil ne remplace ni carte ni boussole si tant est que de ces chemins là il y eu des cartes, quelques esquisses peut-être mais ni mappy ni tom-tom !

    Qu'importe ! la vie c'est surtout le chemin, dans un sens ou dans l'autre, à reculons ou à cloche-pied le chemin reste le chemin même quand il est de traverse, même quand il se fait sentier qu'il soit battu ou non.

    51268aefd93db18f458d35891982d887.jpg

    Demain je prendrai vraiment la route et voilà le pourquoi de cette note, quelques 700 kilomètres qui vont me ramener dans ma Lorraine natale, vers la Meuse et sa petite Sibérie toute chargée de ses souvenirs guerriers. Verdun et c'est toute mon enfance qui me revient, celle qui m'a formée, forgée, façonnée avant qu'un beau matin je ne les quitte : l'enfance et la Meuse ! Verdun et mes parents dont je vous parle si peu.

    f28b124a90b21bfe42b000593fd497a5.jpg

    Et puis il y a MA SOEUR. Et je sens déjà l'odeur des croissants, des gros pains dans lesquels nous ferons les plus grosses tartines pour faire, des goûters, des souvenirs sucrés pour nos sept nains enfants, nous parlerons des heures jusque tard dans la nuit, profitant de toutes les minutes pour se ressourcer l'une à l'autre, moi la petite toute blottie contre sa grande sensibilité, on va se dire, on va pleurer et puis on va rire aussi jusqu'à en avoir la voix un peu cassée quand le froid de la nuit envahit la maison et que l'on goûte, encore une heure, encore une minute au plaisir d'être ensemble. Elle m'appelera "son piot" et je l'appellerai "ma grande" nous glousserons et nos ados de filles diront d'un air amusé "elles sont folles" les maris mi-amusés, mi-agacés sauront bien que jamais rien ni personne ne pourra nous enlever cette complicité si forte, ce lien qui nous unit. Un lien si fort parce que nous l'avons voulu et que nous l'avons construit un peu tard qui vaut mieux que jamais.

    5f494d447aeff3ad0e4d7bc46b02e7ca.jpg

    Demain j'irai aux racines, là où tout a commencé et quand je serai arrivée, je me retournerai et je contemplerai le chemin parcouru, je sais déjà qu'elle me plaît bien cette route, elle est un peu sinueuse et parfois ça grimpe dur mais c'est la mienne et j'en suis fière parce qu'elle me ressemble. C'est une route pas ordinaire et ceux que j'y ai croisé garderont pour toujours une place particulière dans mon coeur, les hôtes comme les bandits car sans eux pas d'aventure !

    Vous qui partagez mon voyage, je m'en vais à la source et quand je reviendrai nous écrirons ensemble un nouvel itinéraire, les besaces chargées de pâtisseries fourrées à la crème confiance.

    Que les jours à venir vous soient sucre et miel, j'espère avoir le temps de vous faire un petit signe de la main de temps en temps entre deux .. goûters ! 

    7ad04c4dda756de2e6536212e4ec7b9e.jpg
  • Une furieuse envie...

    Cela n'arrive pas ou plus souvent mais ce matin je me suis réveillée avec une furieuse envie de marcher. Envie curieuse antant que furieuse ! Me voilà assise au bord du lit les pieds hésitant à goûter de la dure froideur du carrelage à peine sortis de sous la couette moelleuse.
    Me voilà assise et je me souviens de l'impulsion qui viendrait de mes cuisses pour appuyer au sol la plante de mes pieds et dans un élan offrir à ma petite personne sa verticalité et sa hauteur . Ca ne paraît pas si difficile que ça et ce matin elle est là, cette envie qui me laisse, assise au bord du lit, avec en tête un goût de pourquoi pas et au creux du ventre une énergie inconsommable. Pourquoi cette impatience soudaine, pourquoi cette envie là quand on ne peut pas ? Le temps d'une nuit profonde ma tête aurait-elle oubliée ?
    Je crois plutôt que tous les mouvements qui s'opèrent dans ma vie professionnelle m'obligent une nouvelle fois à mesurer les possibles et qu'il y a des impossibles que je laisserai bien derrière moi !

    Seulement voilà ces impossibles là font de moi ce que je suis et je crois bien que je vais vivre avec dans ce nouveau parcours.

    Ce nouveau parcours qui commencera officiellement le 3 décembre soit lundi prochain et je peux maintenant vous dire où je vais.
    Mon chemin a croisé le leur pour la première fois en 2004 au tout début de mon projet d'entreprise et c'est NiKo qui m'avait répondu au téléphone, puis je suis allée voir Niko et Bruno sur leur stand à AUTONOMIC PARIS en juin 2006, ensemble nous avons mis en place une campagne de communication pour mes produits puis en novembre 2006 Gilles m'a demandé d'écrire un édito pour le site. Et ainsi de salons en salons j'ai pu faire la fête plus ample connaissance avec ces joyeux lurons collaborateurs Vous l'aurez sans doute compris j'ai la grande joie de vous annoncer que je vais faire un bout de chemin avec l'équipe d'HANDICA.COM.

    ac49b200c92807000f44d266ce737e10.jpg



    Je crois que vous n'avez pas fini d'entendre parler de moi !

    Alors je vous en dirai plus au fil du temps sur mes fonctions, pour l'heure je prépare mon premier déplacement sur Lyon avec un dilemme entre j'y vais en voiture mais "c'est beau mais c'est loin" et j'y vais en train (parce que j'adore le train et que c'est moins cher) mais "sont adaptés les transports lyonnais ?", de ces interrogations étant sûrement née cette furieuse envie d'un nouveau "lève-toi et marche" afin de dépasser des barrières physiques qui ne sont, quand on marche, que détails insignifiants.

    Marie pigeon voyageur : le retour, avec en bandoulière une furieuse envie de marcher que ça marche !

    PS de 20h11 : Sur une idée de moi,lasoeuràmoije : vogue Marie m'a t'elle dit !
    ben voilà !