UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

decker

  • L'éternelle

    maxine,decker,photographe,déesses

    Photographie Maxine Decker Photographe© - Déesses

     

     Elle a vingt ou mille ans

    Et qu'elle ouvre son âme, ses bras ou bien son coeur,

    Tu sais au fond de toi que brisé tu seras, dans une vie, dans une heure.

    Qu'elle parte ou qu'elle te garde, quand tu la perds tu pleures.

     

    Elle a vingt ou mille ans

    Et tu l'aimes comme un fou, depuis longtemps tu vois.

    Elle attendait de vivre dans tes yeux, dans ton corps et ta foi.

    Avant de la connaitre elle était déjà là.

     

    Elle a vingt ou mille ans

    Et il t'en faut plus alors pour que tu la comprennes, la chérisses et l'honores.

    Dans toutes ses tendresses, des matins les plus purs jusqu'aux soirs pailletés d'or.

    De l'aube des caresses aux longs soupirs encore.

     

    Elle a vingt ou mille ans

    Et elle est Dame Nature, faite femme pour toi, déesse des eaux vives et princesse des bois.

    Merveilleuse éphémère, bienheureux bien-aimé d'un conte où tu es roi.

    Prisonnier volontaire d'un amour courtois.

     

    Elle a vingt ou mille ans

    Et si  elle est alors, muse divine et féconde, de la coupe sacrée l'écrin intemporel

    Elle enfante pour toi, et le monde et le ciel, amante adamantine des amours charnelles,

    Gardienne au creux du corps de la flamme éternelle.

     

  • Imagine

    auribeau,maxine decker

    Copyright © Maxine Decker

     

    Imagine

    Il y aurait l'absence, tue et je serais, là. 
    Il y a ici le banc, trop petit paraît-il,
    Est le silence, je m'y assois, encore, 
    Si j'ignorais, jusqu'alors, son existence 
    Éternelle fulgurance, de mémoire, subtile 
    L'homme derrière,  moi et le bois mort
    L'arbre à l'ombre douce, berce l'âme
    Seule. La lumière vit. Inonde l'essence,
    Au fond, le coeur des fleurs denses. Immobile,
    Tuer las le mal, d'une mauve souffrance
    Indolence vague au souffle. Visible, là.
    Tu es. Mon amour, infini. Sois encore.

     

  • Les Printemps de l'Yggdrasil

    Après avoir cherché un éditeur traditionnel j'ai finalement décidé de mener cet événement fondateur de A à Z, de l'alpha à l'oméga ;-)

    J'ai donc publié Les Printemps de l'Yggdrasil sous ma propre édition "Editions du brouillard levant".

    Le livre est maintenant en vente sur le site Lulu.com

    marie decker,printemps,yggdrasil

     

    C'est une immense joie pour moi et le résultat de nombreuses heures d'un investissement très personnel.

    Puisse t'il être mon porte-parole !

    Pour aller sur le site de vente du livre, cliquez sur l'image ou ICI

    Vous pouvez laisser votre avis ICI

  • L'envol

    http://www.deezer.com/music/track/16511934

    free music





    Voilà qu'arrive le crépuscule de ce premier jour de septembre.

    Aujourd'hui tu pris ton envol et ce soir la page blanche ouvre l'esprit à tous les possibles.

    Ma toute petite fille, des babilles de tes premiers jours aux longs échanges de ces jours derniers, dix-huit années 4 mois et huit jours. Te voilà si belle jeune femme, étudiante brillante, romancière prolixe, photographe de l'émotion pure, ma toute petite, mon ange, ma Grande, ma Fantastic, mon oiseau libre.

    Aujourd'hui tu pris ton envol pour la capitale dont tu sauras, j'en suis sûre, capter l'énergie créatrice toute chargée d'histoires à découvrir et vibrante d'histoires à vivre.

    Je te revois petit bout de deux ans alors que la photo à peine prise tu réclamais "je peux voir ?", comme je te retrouve aujourd'hui lors des longues nuits de publication de séries qui suivent tes journées de shooting quand tes admirateurs impatients te réclament :"on peut voir ?"

    http://belle-epine-photographie.over-blog.com/

    Je te revois bien sûr cramponnée au guidon de ce vélo si neuf, partagée entre envie et terreur, quand est né entre nous ce "Tu peux le faire" dont j'ai tant abusé, transformé en "Tu peux le faire, c'est comme le vélo sans roulette" qui aujourd'hui te fait sourire.

    Il y a quelques jours tu étais blottie tout contre moi, quelques heures nous arpentions ensemble les terres vierges de ma parentalité, quelques minutes nous traversions soudées les remous, les épreuves. Te voilà maintenant sur la branche qui oscille au souffle d'un bel automne, puisse t'elle être un tremplin. Ouvre grand tes ailes ma si belle, te voilà toute chargée de bagages, de draps et de cahiers neufs et d'une vieille phrase qui chante comme une comptine :"Tu peux le faire, c'est comme ..."

    Vole ... que je te vois !

    maxine,decker


  • Not less

    Vinaigre balsamique
    Chocolat en poudre
    Beurre salé
    Levure de boulanger
    Trois soucoupes rondes et ... mon esprit s'échappe, c'est la fatigue ou la liberté, l'ennui ou l'envie de rire, d'écrire, de vivre, en d'autres langues why not !

    I bet to write a poem in english and my words will dance in your ears, only rythm of life can make a symphony


    Not less

    Sometimes I dream, and it's like flying.
    Higher than my mind can ever climb.
    Dreams are the sun and the water
    Wich make me stronger.
    No more pain and no more sadness,
    All is allowed here and forever, not less.

    Remember you're a dreamer.

    Dreamers can make mountains meet
    Dreamers are not sheep,
    Dreamers are not only dreamers,
    They are genius Creators, not less.

    Open your minds to freedom and madness,
    And
    Let's take a flight with me, not less.

  • Marie et les dentistes

    Ah ! spéciale dédicace aux lecteurs de la première heure qui reconnaîtront peut-être, dans ce titre, un renouement avec les origines et une note subtilement baptisée Marie et les coiffeuses, note rapidement coiffée par Gilles et les barbiers et des allusions récurrentes à mes rendez-vous avec moi-même chez le coiffeur.

    J'ai en effet pris l'habitude de l'introspection, en face à face avec l'image renvoyée, heureuse ou impitoyable, dans les hyper-miroirs des salons de philoffure ou coiffosophie.

    Une envie de souple longueur "parce que c'est plus féminin" m'a tenue éloignée quelques temps des salons ; point de coupe, point d'incision subtile au coeur de mes pensées, point de face à face avec mon âme dans le miroir. Tout juste un aperçu rapide à domicile, le temps de rafraîchir la longue mèche que je cultive spécialement pour cacher les yeux et le reste.

    Et puis, comme on ne se refait jamais complètement, mes pensées ont refait surface et avec elles un grand besoin d'y voir clair, de frais derrière les oreilles, j'ai donc repris les bonnes habitudes d'antan et pris la direction ... du salon de coiffure sans rendez-vous, parce que ces envies là n'attendent pas ...

    Une fois arrivée force est de constater que j'ai du déserter plus longtemps que je ne veux bien le dire : toutes les têtes qui coiffent ont changé, j'entends bien évoquer le nom de la tenancière actuellement en congés par un qui, semblerait-il, est Monsieur son époux. C'est tout.

    Oups. Première pensée.
    "Je vais m'occuper de vous" annonce t'il les ciseaux déjà à la main. .... ah ben ... oui. Deuxième pensée.

    Je ne sais s'il s'appelle Edouard et si ses mains sont d'argent mais ses ciseaux eux sont sans doute en or pour travailler ainsi en silence.
    Plongée délicieuse et reconnaissante, tout juste entrecoupée par les babillages des voisines de fauteuils et les sourires amusés que nous échangeons à l'écoute discrète du discours féminin d'à côté, discours qui pourrait fournir à Florence Foresti un sketch emballé c'est pesé et ... c'est du lourd :))

    Coupe, coupe, coupe, dégage le front, la nuque, coupe, coupe, voir clair, heu ....vous allez peut-être m'en laisser un peu ... "juste quelques mèches encore" dit-il, aussi parfaitement absorbé dans la tâche que j'avais pu l'être dans mes pensées maintenant aussi éclaircies que ma coupe, le temps de ne pas dire stop que le tour d'oreille magnifiquement rasé laissait apparaître la blancheur d'albâtre de ma peau épargnée de l'ardeur estivale par des favoris maintenant désuets et plus du tout coordonnés à l'état de mes pensées. swif, swif, swif, un coup de pinceau, miroir tendu de dos pour admirer le travail. "Si je peux me permettre" dit-il, "je vous préfère comme ça" ; ça fait au moins un heureux :)
    Il dit alors que la semaine prochaine il ne sera pas là, sa femme sera de retour et lui retournera dans son salon exclusivement réservé ... aux hommes, je comprends soudain bien mieux, la coupe impeccable et le long silence ...

    Quelques trois semaines plus tard la coupe est toujours coupe et retourner chez le coiffeur pourrait être assimilé à un suicide capillaire mais, mais, j'ai rendez-vous chez le dentiste, c'est le remplaçant d'une dame en congés, je ne sais s'il s'appelle Edouard et si ses mains sont d'argent mais, même si ses instruments sont bruyants, je goûte pleinement son silence à mon silence reconnaissant, parole de toute façon empêchée en pleine préparation de couronnement.

    Je serai donc reine la semaine prochaine, reine de quoi ? ah ça pour le savoir faudrait que j'introspecte un peu encore, voyons quel prochain rendez-vous fleurit mon agenda .... ah tiens le 13 octobre un aller-retour parisien pour assister au documentaire ... "Miroir de mon âme" réalisé par Deza avec au générique votre presque humble serviteur et ses 4 Fantastics entre autres, six heures de train entrecoupées par une soirée paillettes dans les yeux et dans les coeurs, bonne occasion pour intrainspecter non ?

    :)


  • Maxine D. Photographe

    Depuis quelques années grande Fantastic a troqué crayons à dessin contre appareil photo et elle a indéniablement "un oeil" comme d'autres ont un nez ...

    Elle continue à écrire son troisième roman et fait maintenant partie d'un collectif de jeunes artistes : Art Maniaque que vous pouvez découvrir sur Facebook ou My Space.

    Je me dis que ses potes ont beaucoup de chances parce qu'à travers ses photos elle les montre belles et beaux, et ça à ces âges où les métamorphoses ne sont pas toujours des plus faciles, avoir une belle image de soi-même c'est un beau cadeau !

    Thomas-Anthony-8369.JPG


    Mix-II-7622.JPG


    Photo-Maxine-7500.JPG


    Photo-Maxine-7497.JPG

    Memory-Days-6576.JPG



    Je me dis aussi "qu'il est beau beau le monde dans ses yeux", elle le voit ...

    Si vous aussi vous voulez découvrir ses photographies vous pouvez aller là :

    http://belle-epine-photographie.over-blog.com/

    et pour l'encourager, un coup de pouce à sa page là :

    http://www.facebook.com/pages/Maxine-D-Photographie/171500802864903

    La belle jeunesse que voilà ...

    Bravo à toi, bravo à vous tous ...

  • Ligne jaune : l'émission sans interdit



    Merci encore à toute l'équipe !
    Merci à tous ceux sans qui ma vie ne serait pas ce qu'elle est, ils se reconnaîtront j'en suis sûre :))

  • Petite Marie à la radio

    9 août 2003 la canicule, il faisait beau, il faisait chaud et je passais à la radio pour l'émission "c comme à la radio" Eva était née quatre jours plus tôt et je m'étais évadée de la maternité de l'hôpital nord où il faisait 50° dans les chambres !

    Une émission toute en douceur que j'ai enfin réussie à transformer et découper pour vous en faire profiter, je sais je suis trop gentille :))


    podcast
    podcast
    podcast

    à lire un article sur les campings adaptés en clin d'oeil à notre expérience de vacances en camping que j'évoque dans l'émission et notre conclusion d'alors : si on peut faire du camping, on peut tout faire :)) http://informations.handicap.fr/art-tourisme-culture-15.0.0.0-2712.php

    Et puis ... une autre émission enregistrée il y a quelques jours pour Vivre FM, interrogée par un journaliste sur le thème de la réussite sociale des femmes j'ai eu la désagréable surprise de retrouver mes paroles en illustration de l'interview d'un auteur qui publie un livre "comment devenir une femme riche" ... en fait si je suis devenue une femme riche je n'ai pas du m'en apercevoir !! à l'heure où je commence à payer les cautions personnelles que nous avions données en garantie des emprunts je trouve ça un peu fort de café d'entendre mon nom cité avec celui de Liliane de Bettancourt !! Faut croire que je le vaux bien mais alors par la richesse intérieure, vous savez celle qui n'a pas de prix ;)

    podcast

    Ah la la je vais finir par me la jouer starlette, me plaindre des paparazzi et publier des démentis ! Ou alors je fais un procès et pour le coup femme riche je deviens !!!

    Bon je ne vous cache pas que je me suis bien fait chahuter au sujet de cette émission pendant les deux jours du salon Autonomic à Marseille mais vous n'aurez pas d'interview car j'ai perdu ma voix dès le jeudi soir ... dure et longue a été la conférence du vendredi matin quand la voix vous lâche au milieu des phrases !!!

    Je récupère tranquillement ce week-end en bidouillant des fichiers audio, vm wave, mp3 et j'en passe, alors pour finir je vous laisse avec Eva qui chante la souris verte dans une version souris cocaïnomane parce qu'il n'y a que la dernière phrase qui est "cool" :))


    podcast
    et petit papa noël grunge, j'ai honte ...  c'est moche :)))


    podcast