UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pertuis

  • Samedi soir chez les fourmis

    Fin de la semaine de rentrée chez les fourmis, les cigales se sont tues bien tôt alors que les performances du thermomètre en ce début septembre feraient pâlir de jalousie celles de juillet, vais continuer à chanter encore un peu moi :)

    A cette heure les inscriptions de Fantastic Lola et Fantastic Eva à la gym sont faites (les chèques aussi gloups), Fantastic Aaron notre border collie a eu sa première séance d'agility aujourd'hui de 14 à 17, ce qui comble déjà pas mal mon emploi du temps que je pourrais rebaptiser "Oh mon Dieuuuuuuuuuu"

    Pour vous donner un aperçu c'est de 8 à 9 du lundi au vendredi l'auxiliaire du matin puis boulot jusqu'à 12h30 puis auxi de 13 à 14 puis reboulot jusqu'à 18h30 avec au milieu le mercredi : en ce moment dentiste à 12h00 (deux dents à couronner, les lauriers de la guerre sans doute", puis retour des grandes vers 12h40 pour le repas, départ pour la gym d'Eva à 13h15, là je ne sais pas encore si je vais rester avec elle parce qu'un aller retour ça fait 10 bornes et 30 minutes ... fin de la gym à 15h30 et ... trou avant de récupérer la grande au lycée à 17h00 cause option facultative ... j'aime autant vous dire que déjà à ce stade de la semaine je commence à ramer ... puis de 18h30 à 20h00 auxi du soir (mais là faut que je vous raconte c'est la 6° qui passe), puis jeudi, vendredi, avant le samedi qui s'annonce de la façon suivante : lever 8h00 pour accompagner Lola à la gym à 9h00 retour casa pour auxi du matin de 9 à 10 puis retour gym à 11h00 retour casa et agility à 14 jusqu'à 17, puis récupération des courses U.com faites ... quand je peux dans la semaine, là écroulement d'une grande puissance, KO, au tapis ... jette l'éponge, jette !!

    Il reste à caser l'aquagym de la grande et l'équitation de la 2°, les réunions pour les 2 assoc dont je fais partie : bibliothèque et L'Instant Sarah et peut-être, peut-être un peu de temps .... pour moi, ma vie, mon oeuvre mes amis et ... mon blog !

    Et il va bien falloir que je m'occupe un peu de moi ... des examens de santé à faire ... quand ??? Ben alors là ... la nuit peut-être ???

  • Quand l'amie s'en va

    Elle nous a quittés.
    Mon amie Marie-José, Ma-Jo, a tiré sa révérence.

    Elle va me manquer. Beaucoup.

    SPM_A0229.jpg


    J'ai croisé Ma-Jo il y a une dizaine de jours dans le hall de la maison médicale, elle venait pour un bilan complet, elle avait joli teint, jolie voix et son regard joyeux, ele m'avait parue plutôt en forme ... nous avons échangé quelques mots, je lui ai dit "je t'appelle bientôt", je ne l'ai pas fait et maintenant c'est trop tard mais je suis contente de l'avoir vue, sans savoir que c'était la dernière fois.

    Ma-Jo avait écrit un article pour me raconter son handicap, son combat d'une vie : lutter contre la douleur.
    Je vous livre ses mots, avec ses abréviations qui vous laisseront entrapercevoir l'effort que pouvait lui demander l'écriture de ce texte, c'était en novembre 2008 :

    Drôle de handicap

    J'ai eu un accident de la circulation sur une route tranquille

    Un camion moins tranquille a filé et je me suis retrouvée paralysée en Dorsale 4, j'avais 26 ans et croquais la vie à belles dents, jeune mariée de 3 ans.

    Je fus hospitalisée au Centre de Traumatologie à Strasbourg, soins, personnel, tt parfait. J'étais une poupée de son et dès que les contratures se sont faites sentir, j'ai dit à mon jeune mari, la vie revient ds mes jambes, je vais guérir pour toi. Le professeur était bien perplexe et se taisait, il attendais, moi je fonce. Les contractures devenaient plus fortes et une drole de douleur profonde s'est installée, difficile à expliquer ; morçure, déchirure, brulures, devenaient insuportables. La déchirure médulaire était sans appel, je devrai vivre sur un fauteuil roulant.

    Moi, à 26 ans une invalide j'aurais voulu hurler, moi qui vivais route de la foret, mon mari dirigeait une usine en milieu forestier. Les médecins auraient voulu comprendre dans les années 1963, le pourquoi de cette souffrance de ce jeune couple avec en + la douleurs physique. Je n'avais jamais les pieds dans un hopital, pour cette 1e fois on m'y a gardé 360 jours, je ne tenais pas assise sur le fauteuil roulant, je me suis abimée la sangle abdominale, il fallait revoir la parapléque de ts les bouts. Enfin j'ai pu tenir une heure, j'ai repris crayons, peintures qui m'étaient familiers, on m'a entrainée vers l'atelier de poterie, je modelais de petites pièces que je peignais et mes compagnons d'infortune me demandaient discrètement de peindre une pomme, un lapin qu'ils venaient de sortir du four avec l'ergothérapeute. Ces nouveaux amis étaient enchantés d'apporter ce cadeau à leurs enfants. Je remontais ds ma chambre harrassée mais heureuse. Le chef kiné me confortait, sur mon lit après qq massages de décontration, il me disait ; tu as bien travaillé, je n'avais peins que 2 ou 3 objets simples, oui repris le thérapeute mais tu as trouvé un plaisir de donner aux autres. Je n'y avais pas pensé un instant.

    Depuis cette époque, cela fait + de 40 ans, je ne me suis jamais arrêtée, je roule carosse, la douleur tjours présente m'inflige des levers et couchers 6 fois par jour pour q les points d'appui soient davange répartis. J'ai bcoup d'occupations, il y a dix ans, mon mari est parti vers la Lumière l'an dernier, j'ai eu un cancer du sein.

    cette année problème assez grave avec le rein mais je trace et continue mon chemin. Je suis présidente de Handi Provence ds la région d'Aix, à Pertuis et cherche une suite plus jeune, je voudrais tant que cette association perdure pour aider les handicapés à sortir de chez eux et s'investir.
    A tous, bon courage, Marie José Amblard

    PS : Avant de me résoudre à cet état, j'ai tenté diverses interventions chirurgicale, poses d'étectrodes cutanées et transcutanées enfin le Professeur Fr Bourreau de St Antoine m'a guidé vers la relaxation, sophrologie que je pratique ts les jours, j'ai appris à faire une place à cette douleur de dessanférantation, oui je l'ai apprivoisée, elle se laisse un peu souffler. Pour terminer, le vrai handicap n'est pas le fauteuil mais cette douleur aussi compliquée que son nom.




    Ma-Jo, j'espère une chose de tout mon coeur : que maintenant tu ne souffres plus.
    Bon vent ma belle, tu es dans mon coeur.

  • Couleurs des mots en Provence



    Voilà c'est fait, nous avons vernissé hier l'exposition de peintures et poèmes des adhérents de l'association Handi Provence dont j'ai l'honneur d'être vice-présidente.
    Sous la présidence de Madame Marie-José Amblard et de Monsieur le maire de Pertuis lui-même handicapé nous avons inauguré cette exposition qui va durer une semaine.

    J'ai donc mis sous verre mes mots illustrés pour certains avec les photographies de ma plus grande fantastic.

    Ben ça fait quelque chose ... me suis un peu cachée pour observer les visiteurs, ceux qui regardaient sans lire et puis ceux qui se mettaient assis et qui restaient là, absorbés, dans mes mots .... pfiouuu ça fait un drôle d'effet, c'est vrai qu'avec vous j'ai la joie de vos commentaires mais là de les voir comme ça ....

    Et puis il y a eu cette petite dame toute fluette, avec ses cheveux si blancs (on la voit sur une des photos) qui est venue vers moi et qui m'a dit :"l'éphémère, c'est si beau, je suis émue" et moi du coup j'étais toute chose, c'est quelque chose quand même d'émouvoir une dame qui a du en lire tellement d'autres des mots. J'ai eu envie de lui offrir, là tout de suite, décrocher le tableau et puis lui donner, je ne l'ai pas fait hein mais ça m'aurait fait vraiment plaisir.

    Bon je vais essayer de joindre les fichiers tels que je les ai imprimés, jeudi soir à 23h00 j'étais en train de les mettre sous-verre en utilisant des chemises en papier pour faire les fonds parce que ma portière de voiture est ENCORE en panne et que je n'ai pas pu aller acheter des cansons, quand il a fallu que je nettoie une des vitres sur laquelle le papier avait collé je me suis demandé ce que je faisais là à une heure pareille, maintenant je sais, c'était pour offrir une émotion à cette petite dame.

    C'est elle que je remercie.

    Bon nous sommes dimanche fin d'aprem, j'ai fini ma présentation de sensibilisation à l'accessibilité pour le groupe immobilier (même pas le trac brrrrrrr), m'en vais faire ma valise, départ mardi au petit matin pour Lyon puis Nancy, puis retour samedi début d'aprem, mes fantastics vont devoir se débrouiller seules après l'école en attendant le retour du père, ça va bien se passer :)

    Je vous retrouve donc le WE prochain sauf si j'y arrive d'ici là ...

    Ben on verra bien ..

    Va me falloir un peu de courage cette semaine, suis bien preneuse de quelques compliments, encouragements, bourrage de crâne I'm the best et tout et tout :)))

    PS et bien il y a une erreur sur le slide, les peintures de Milly ne sont pas les siennes, ce sont celles de Diane, et j'en ai pas de Milly ni de Gisèle d'ailleurs, désolée les filles :(

    handiprovence Douleurs.pdf

    handiprovence Filer si Bas v2.pdf

    handiprovence le secret.pdf

    handiprovence vent de sable.pdf

    handiprovence que le meilleur rouge l'emporte.pdf