UA-66561467-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

retour

  • Bon temps pour une note

    Me voilà de retour. De quelle lointaine contrée pourriez-vous me dire si mon silence ne vous avez pas naturellement éloignés de ce lieu ?

    Physiquement me voilà de retour de Lyon où j'ai passé quelques jours sur le salon Handica, chouchoutée par tous. Quelques jours pour toucher des yeux la réalité de notre action, pour se souvenir que derrière les pseudos, les e-mails se trouvent des regards, des états, des vies.

    Moralement me voilà de retour de contrées dangereuses et violentes si dure est l'épreuve.

    Aujourd'hui le grand bleu avait pris possession du ciel tout entier et enfin le soleil a réchauffé la terre. Dans cette année d'apocalypse le printemps mitigé s'est voulu interminable, orages fous et pluies diluviennes quand brise légère et chants d'oiseaux étaient attendus. Qu'il en soit ainsi, la météo est à l'image du monde.

    Ce matin férié a été tout égayé par un tour à bord du Tiloune grâce au reportage sur Thalassa : retrouvez Maï, Dodo, Paco et Marin encore pour quelques jours ici : http://www.pluzz.fr/thalassa-2011-06-10-20h35.html quelle joie de les retrouver au bout de leurs rêves, en pleine forme ! Bravo à eux

    Puis la matinée s'est amusée à flirter avec l'après-midi.

    Les tranchées sont enfin rebouchées : oui les grands travaux sévissent toujours dans la rue et dans la partie du jardin qui s'y rattache, des mètres et des mètres de terre retournée à coup de pioche par un courageux comme j'en connais peu, de ceux qui savent à quoi servira chaque coup de pelle, chaque goutte de sueur.

    Et la chaude journée s'étire dans une lecture de Comte Sponville jusqu'à ce que, soudain, soudain, le temps me paraisse idéal pour une note, alors je suis de retour.

    Je suis de retour et mes bobos aussi : cette fois c'est une sorte d'érythème violent situé .... sous les pieds !!! Arggghh alors le creux des mains qui gratte je sais ce que ça symbolise mais les pieds ? Avoir les pieds qui me démangent ? Des fourmis dans les pieds ? Serait-il temps pour un nouveau ballet ? Une nouvelle symphonie ?

    Ma foi, dansons puisque c'est l'été et que les cigales sont de retour, les fourmis finiront bien par me lâcher les pieds !